Retraité prématurément lundi à seulement 29 ans, Andrew Shaw incarne deux périodes charnières du règne de Marc Bergevin.

Publié le 27 avr. 2021
Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Shaw a été acquis le jour du repêchage, en juin 2016, moyennant deux choix de deuxième ronde cette année-là, à un moment où le DG du Canadien visait haut, à sa quatrième année en poste.

La saison venait de se terminer en queue de poisson, en l’absence de Carey Price. Bergevin était à quatre jours d’acquérir Shea Weber en retour de P.K. Subban. Il avait échangé Lars Eller aux Capitals de Washington contre deux choix de deuxième ronde, en 2017 et 2018.

Bergevin voulait ajouter du caractère à sa formation et il croyait échanger essentiellement Lars Eller pour Andrew Shaw, puisqu’il récupérait deux choix de deuxième ronde avec Eller.

Les Blackhawks avaient sacrifié leurs choix de première et deuxième ronde au préalable, le premier pour obtenir le joueur de location Andrew Ladd à la date limite des transactions, le second pour Kimmo Timonen un an plus tôt. Ils avaient néanmoins récupéré au moins un choix de deuxième ronde, au 50e rang, dans l’échange de Teuvo Teravainen en Caroline.

Contrairement à de nombreuses équipes, les Blackhawks salivaient à l’idée de pouvoir repêcher Alex DeBrincat. Le jeune homme faisait peur à plusieurs organisations néanmoins en raison de sa petite taille : 5 pieds 7 pouces et 160 livres, un modèle identique à celui de Cole Caufield. DeBrincat venait de connaitre une saison de 101 points, dont 51 buts, en 60 matchs à Erie, dans la Ligue junior de l’Ontario, mais on se demandait s’il aurait autant de succès sans Connor McDavid et son centre attitré, Dylan Strome.

Un peu comme des équipes se demandaient si Cole Caufield pourrait réussir sans la présence de son centre Jack Hughes.

Les Hawks ne se faisaient pas trop d’illusions sur leurs chances de mettre la main sur DeBrincat au 39e rang, avec le choix du Canadien. Mais à leur grande surprise, il était toujours disponible. Ils ont sauté sur l’occasion.

PHOTO TIM FULLER, USA TODAY SPORTS

Alex DeBrincat

Un peu moins de cinq ans plus tard, DeBrincat, 23 ans, a 217 points, dont 110 buts, en 278 matchs. Il a déjà connu une saison de 41 buts il y a deux ans.

DeBrincat vient au deuxième rang des compteurs des Hawks cette saison avec 44 points, dont 23 buts, en autant de rencontres, deux buts de moins que Tyler Toffoli.

Repêché troisième au total cette année-là, derrière McDavid et Eichel, devant Mitch Marner, Dylan Strome a eu le temps d’être échangé des Coyotes aux Hawks. Il a seulement 13 points en 34 matchs et on l’a rayé de la formation plusieurs fois en avril.

L’autre choix de deuxième ronde obtenu pour Shaw a permis à Chicago de mettre la main sur le défenseur Chad Krys au 45e rang. Il est toujours dans la Ligue américaine à 23 ans et il a été devancé par de nombreux jeunes dans la hiérarchie.

Le directeur du recrutement chez le Canadien, Trevor Timmins, a avoué après ce repêchage avoir eu beaucoup d’intérêt pour le défenseur québécois Samuel Girard, repêché au 47e rang par Nashville. Il faut le croire sur parole car l’information est impossible à valider.

Après avoir repêché Mikhail Sergachev au neuvième rang, Timmins n’avait pas de choix avant la troisième ronde, au 70e rang. Il a choisi le franco-ontarien Will Bitten, fils de la célèbre championne québécoise de badminton Doris Piché. Bitten a été échangé quelques années plus tard pour le défenseur Gustav Olofsson. Les deux sont toujours dans les mineures.

Les deux choix de deuxième ronde obtenus de Washington pour Lars Eller étaient beaucoup plus tardifs en raison des succès des Capitals.

À la toute fin du second tour, en 2017, le Canadien a mis la main sur l’attaquant finlandais Joni Ikonen. Celui-ci montrait de belles promesses, mais des blessures ont fait dérailler sa carrière. Il a disputé seulement 36 matchs en Finlande lors des trois dernières saisons.

Le Canadien a échangé son autre choix de deuxième ronde des Capitals, au 62e rang en 2018, aux Oilers d’Edmonton pour ses 71e et 133e choix. Edmonton a repêché le gardien Olivier Rodrigue. Montréal a choisi Jordan Harris et Samuel Houde avec les deux choix.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Jordan Harris

Harris vient de connaitre deux saisons spectaculaires à Northeastern, mais a surpris l’organisation du Canadien en annonçant son intention de terminer ses études. Il faudra attendre une année supplémentaire. Houde n’a pas obtenu de contrat du Canadien.

Andrew Shaw a disputé trois saisons à Montréal. Il a amené beaucoup de fougue, mais il a aussi subi plusieurs commotions cérébrales. Il a connu sa meilleure saison en 2018-2019 avec 47 points en 63 matchs.

Mais le virage de Marc Bergevin en 2016 n’a pas fonctionné. Le CH a participé aux séries une seule fois en trois saisons et a subi l’élimination en six matchs aux mains des Rangers.

Andrew Shaw a été emporté par la vague de rajeunissement de l’équipe, amorcée par Bergevin en 2018. Malgré ses nombreuses blessures, Chicago a accepté de le rapatrier moyennant des choix de deuxième et troisième rondes.

Le Canadien a repêché le jeune attaquant Jan Mysak au 48e rang, en deuxième ronde, avec le premier de ces deux choix. Mysak joue avec le Rocket de Laval à seulement 18 ans en raison de l’annulation de la saison dans la Ligue junior de l’Ontario. L’organisation semble emballée par sa progression dans la Ligue américaine malgré deux buts en quinze matchs. Les joueurs de 18 ans ne sont pas légion dans la Ligue américaine, il faut le souligner. Le choix de troisième ronde sera utilisé (ou échangé) cet été.

Shaw a joué à peine 40 matchs sur deux ans à son deuxième tour de piste à Chicago. Le DG des Hawks, Stan Bowman, aurait eu intérêt à ne pas le rapatrier. Mais il a obtenu grâce à lui son deuxième meilleure attaquant après Patrick Kane.

Le Canadien aurait peut-être gagné Samuel Girard, ou pas, en évitant cet échange avec Chicago en 2016. Il n’aurait pas repêché Jordan Harris s’il avait conservé Lars Eller.

Ce que l’on sait de cette expérience Shaw, c’est qu’il reste Jordan Harris, obtenu dans l’échange de Eller, Jan Mysak, acquis avec le départ de Shaw, et un choix de troisième ronde dont on ne connait pas encore le destin.

À lire

1- Alexandre Pratt nous donne ses premières impressions sur le baptême de Cole Caufield. Vous l’avez aimé, vous ?

2- « On rate 100 % des tirs qu’on ne tente pas », a déjà déclaré l’illustre Wayne Gretzky. Richard Labbé le souligne dans son analyse du match du CH de lundi soir. Devinez à qui il faisait référence…

3- Patrick Roy vient d’embaucher un agent pour explorer pour lui les pistes de la LNH. De quoi alimenter les spéculations…