Dans l’immédiat, Tomas Tatar fait encore et toujours partie des plans du Canadien de Montréal.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Ensuite ? Ensuite, on verra, comme l’a dit Tatar lui-même mercredi, avec un brin de philosophie dans la voix. Voilà un peu où on en est dans cet épineux dossier, qui met en scène un joueur qui se cherche et une équipe qui cherche la formule magique.

Mais pour l’heure, c’est Claude Julien lui-même qui a insisté pour dire, mercredi, que Tatar faisait partie de la formation, de sa formation, quatre jours après l’avoir laissé de côté avant le match de samedi dernier à Toronto contre les Maple Leafs.

« Cette saison, pour avoir du succès, il va falloir pouvoir miser sur tout le monde, et ça inclut Tomas Tatar, a fait savoir l’entraîneur-chef montréalais. Il ne faut pas partir en peur parce qu’il a été laissé de côté lors d’un match. On va le revoir dans la formation. »

Ça, ce sera sans doute pour bientôt, puisque lors de l’entraînement de mercredi, Tatar avait déjà repris sa place avec la formation, complétant un trio avec Jesperi Kotkaniemi et Joel Armia, sa nouvelle affectation depuis peu. Cela laisse croire qu’il devrait être en uniforme lors du prochain match du Canadien, samedi soir au Centre Bell, contre les Maple Leafs.

J’ai été un peu surpris de devoir laisser ma place. Ce n’était pas ma décision, mais je dois la respecter, et m’assurer de répondre en professionnel.

Tomas Tatar

En 14 matchs cette saison, l’attaquant de 30 ans a récolté 4 buts et 4 mentions d’aide pour un total de 8 points. Des chiffres respectables, certes, mais un peu loin de ce à quoi on pourrait s’attendre.

Dans son cas, en fait, ce sont les derniers matchs qui s’avèrent source d’inquiétude ; ainsi, après avoir commencé la saison sur les chapeaux de roues avec trois buts lors des deux premiers matchs, le Slovaque n’a pu ajouter qu’un seul but lors des 12 rencontres suivantes, une panne qui a contribué à sa soirée de congé forcé de samedi dernier.

Il y a aussi que Tatar revient de la meilleure saison de sa vie, celle de 2019-2020, où il avait réussi 61 points en 68 parties. C’est le genre de léger détail qui ne s’oublie pas.

À ce sujet, le principal intéressé a souvent répété le mot « confiance » lors de son passage devant les caméras mercredi.

Sans doute pas un hasard.

« Je n’ai pas été mauvais depuis le début de la saison, a-t-il ajouté. J’ai connu un petit passage à vide, et c’est sûr que j’aimerais avoir une meilleure production offensive, mais pendant ce temps, il y a d’autres gars dans l’équipe qui ont pris le relais.

« Je dois seulement m’assurer de jouer avec plus de confiance dans certaines situations. Je dois pouvoir mieux manier la rondelle, je dois pouvoir tirer plus souvent au filet. J’ai déjà été dans une telle position auparavant, je ne suis pas inquiet. »

Contrat

Tout cela tombe bien mal pour Tatar, qui, on le rappelle, demeure sans contrat en vue de la prochaine saison. Il a affirmé, pour la centième fois peut-être, qu’il n’est pas perturbé par ses histoires de contrat, mais cette saison, il a souvent joué comme un gars qui est perturbé par ses histoires de contrat.

Ce qui n’est pas le cas, a-t-il juré une fois de plus.

« Je laisse ça entre les mains de mon agent… J’aimerais pouvoir avoir une réponse au sujet de mon avenir, mais non, je n’en ai pas. J’y vais seulement un jour à la fois. »