(Toronto) À la fin de la soirée, quelques instants après le but gagnant des Leafs en prolongation, Phillip Danault a donné un coup de bâton sur la vitre avant de rentrer au vestiaire.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Danault venait tout juste de rater un but presque certain en échappée, et il sait très bien que cette saison, ce n’est pas une bonne idée de rater des points comme ça en prolongation.

Pourquoi ? Parce que dans une saison de 56 matchs, avec seulement des matchs « de quatre points » au calendrier, résultat d’un calendrier exclusivement intra-division, les points perdus en prolongation deviennent très précieux.

Les points perdus comme celui-ci.

Ce qui est arrivé à la fin, c’est un but de Morgan Rielly, qui a donné une victoire improbable de 5-4 aux Maple Leafs, dans le cadre du premier match de la saison du Canadien, mercredi soir à l’aréna Scotiabank de Toronto.

PHOTO FRANK GUNN, LA PRESSE CANADIENNE

Morgan Rielly (44) et John Tavares (91)

Improbable, oui, parce que le Canadien méritait de gagner ce match, et que c’est une série de mauvaises pénalités, à partir du milieu de la deuxième période, qui a tout changé. (En passant, on va arrêter ça tout de suite avec la bagarre entre Ben Chiarot et Wayne Simmonds, qui n’a absolument rien à voir avec le résultat final. Les années 1970, c’est bien, surtout Led Zeppelin et le punk-rock, mais c’est moins bien quand on revient à de vieilles théories de hockey dépassées pour essayer d’expliquer des résultats.)

Bon. Alors, avec une avance de 3-1, ce sont plutôt le Canadien et son indiscipline qui ont permis aux Leafs de marquer deux buts en avantage numérique en fin de deuxième.

Pas besoin de chercher plus loin, c’est là, très exactement là, que le vent a tourné.

« Nous avons fait de belles choses et nous avons eu des occasions de gagner le match, a admis l’attaquant Josh Anderson. On a joué un bon match en général. Nous avons été la meilleure équipe, mais il fallait rester loin du banc des pénalités… »

PHOTO FRANK GUNN, LA PRESSE CANADIENNE

Josh Anderson (17)

En effet, et la leçon devra être tirée bien assez vite. Dans cette division Nord, il y a des marqueurs de premier plan (les Leafs en ont trois à eux seuls), et quand on donne du temps et de l’espace à des marqueurs comme ça, bien souvent, la rondelle se retrouve au fond du filet.

Cet Anderson, en plus, a très bien réussi son nouveau départ avec sa nouvelle équipe, surtout pour un gars qui n’avait pas joué en plus d’un an, pour un gars qui n’avait pas marqué depuis le 26 octobre 2019. Le Canadien lui a accordé un très lourd contrat de sept ans et on verra bien ce que ça va donner, mais en attendant, il a déjà deux buts au compteur, et s’il tient le rythme comme ça, il va rapidement devenir un favori.

Au fait, ce trio-là a été le plus actif, avec 7 tirs pour Anderson, 6 pour Suzuki et 1 pour Drouin.

« Ces trois-là ont connu un bon camp, a répondu Claude Julien. Tout de suite en partant, on a vu la cohésion en train de se bâtir entre eux. [Mercredi] soir, ça a paru. J’espère que ce qu’on a vu, c’était un échantillon de ce qui risque d’arriver cette année. Avec plus de temps pour jouer ensemble, on espère qu’ils vont devenir encore meilleurs. »

Alors non, ce n’est sans doute pas le résultat espéré par Claude Julien pour ce premier match, mais les points positifs sont nombreux. Assez, en tout cas, pour permettre de croire que cette saison sera meilleure que la précédente. Le Canadien allie vitesse, robustesse et talent. La plupart des soirs, ce sera suffisant pour gagner.

Dans le détail

Un début de saison différent…

Non, ce n’était pas un début de saison habituel à Toronto mercredi soir. Il n’y avait personne dans les gradins, bien sûr, mais aussi à peu près personne dans les rues, et il fallait chercher bien fort pour trouver quelque chose qui allait nous rappeler que le hockey était, enfin, de retour. Avant le match, les joueurs ont été présentés en vidéo par de braves travailleurs de la santé, et ensuite, pendant le match, il fallait subir des bruits de foule enregistrés d’avance, qui très souvent ne concordaient pas avec ce qui était en train de se passer sur la glace. Mais vous savez quoi ? On ne va pas s’en plaindre. Le hockey est de retour, et c’est pas mal tout ce qui compte.

Déjà des problèmes de discipline…

On présume que Claude Julien voudra corriger ça, et vite. Avec le Canadien qui avait une belle avance de 3-1 en deuxième période, les problèmes de discipline sont venus tout gâcher. En premier Ben Chiarot, déjà à la suite d’une pénalité à Brett Kulak, qui a offert un combat à Wayne Simmonds, un joueur plus que marginal qui était bien trop heureux de le sortir du jeu pour cinq minutes. Ensuite, et coup sur coup, Anderson, Suzuki et Weber, qui ont tous été punis, et qui ont permis aux Leafs de marquer deux fois en avantage numérique (dont un but avec un avantage de deux joueurs), pour venir faire 3-3 après 40 minutes de jeu. Au fait, si on calcule bien, c’est quatre pénalités de suite que le Canadien a offertes aux Leafs. « On avait le contrôle, mais les pénalités leur ont donné la chance de revenir, a expliqué Claude Julien. On a repris l’avance, on a bien géré ça après l’avoir perdue (3-3), mais il y a eu un bond malchanceux qui a fini dans notre but. On a eu la chance de gagner en prolongation. Ç’aurait pu aller des deux côtés, c’est une déception. »

Bon départ pour Romanov

Le jeune Alexander Romanov disputait mercredi soir le premier match de sa carrière dans la Ligue nationale, et, disons-le, il n’a pas déçu. Pour finir, il a récolté une passe, son premier point dans la LNH, et avec 22 minutes 22 secondes de temps de jeu, il a été le deuxième des joueurs les plus souvent employés par l’entraîneur Claude Julien, derrière le vétéran défenseur Shea Weber. « Pour un jeune à son premier match dans la LNH, il avait l’air confiant, allumé, très confortable, a commenté Claude Julien. Je n’ai pas haï son match du tout. C’est sûr qu’il a fait quelques erreurs ici et là, mais tout le monde en a fait. »

Le chiffre

1

En obtenant une passe sur le troisième but du Canadien, Alexander Romanov est devenu le premier défenseur du club à récolter un point à son premier match en carrière depuis Jyrki Lumme en 1988.

En hausse

Alexander Romanov

On ne sait trop s’il va jouer comme ça pendant encore 55 matchs, mais c’est assez bien parti !

En baisse

Joel Edmundson

On ne sait trop s’il va jouer comme ça pendant encore 55 matchs, mais c’est assez mal parti !

Ils ont dit

Pour un premier match, ç’a été excellent. Josh [Anderson] a une bonne vitesse et on va avoir un bon trio… On se parlait beaucoup sur le banc, sur la glace, on savait ce qu’on faisait. On est allés chercher de gros buts lors de la première période.

Jonathan Drouin

Les punitions, ç’a été le tournant à mes yeux […] C’est à nous de contrôler ça et ç’a été coûteux.

Claude Julien

Ce que Josh Anderson peut faire, on a eu un petit échantillon […], mais je peux dire que c’est un joueur qui fait ce dont on avait besoin. J’ai trouvé qu’il a apporté de bons atouts à l’équipe et c’est un signe encourageant pour nous.

Claude Julien

Il y a eu des hauts et des bas, la structure va se placer au fur et à mesure qu’on joue. C’est une déception : quand on mène 3-1, on veut pouvoir finir mieux que ça. Dans le cas de Romanov, je trouve qu’il bataille, il déplace bien la rondelle. C’est un bon joueur, dommage pour lui qu’on n’ait pas gagné. Il a bien joué.

Tomas Tatar