Alexis Lafrenière n’est pas très à l’aise quand il est comparé à Sidney Crosby, préférant forger sa propre identité.

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse canadienne

Cependant, les deux joueurs ayant évolué pour l’Océanic de Rimouski seront toujours associés l’un à l’autre en tant que seuls joueurs de l’histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec à avoir remporté deux saisons d’affilée le trophée Michel-Brière, remis au joueur par excellence du circuit.

Lafrenière, qui est pressenti comme le meilleur espoir disponible lors du prochain repêchage de la LNH, a reçu cet honneur jeudi. Crosby a annoncé la nouvelle dans une vidéo publiée par la LHJMQ.

« C’est une de mes idoles. C’est un des joueurs que je regardais en grandissant. Que ce soit lui qui ait fait l’annonce, ça rend l’honneur un peu plus spécial », a admis Lafrenière lors d’une vidéoconférence.

Les autres finalistes pour l’obtention du trophée Michel-Brière étaient les attaquants Félix Robert, du Phoenix de Sherbrooke, et Xavier Simoneau, des Voltigeurs de Drummondville.

Lafrenière a inscrit 112 points, dont 35 buts, en 52 rencontres à sa troisième campagne dans la LHJMQ. Seulement Marco Rossi, des 67’s d’Ottawa, a fait mieux au niveau junior majeur canadien avec 120 points en 56 parties.

La saison précédente, Lafrenière avait amassé 105 points, dont 37 buts, en 61 matchs, et il avait aussi reçu le trophée Michel-Brière.

Lors de son séjour dans la LHJMQ de 2003 à 2005, Crosby avait connu des campagnes de 135 points en 59 matchs et 168 points en 62 matchs.

« Il est l’un des très grands joueurs non seulement de la LHJMQ, mais aussi de la LNH, a dit Lafrenière au sujet de Crosby, qu’il a rencontré lors du retrait du chandail no 87 au Colisée de Rimouski en septembre dernier. C’est un bel honneur de me retrouver dans la même catégorie que lui.

Il est un joueur exceptionnel et il continue de le prouver année après année. Moi, mon but est de franchir une autre étape, de continuer à avoir du succès. Je veux continuer à travailler fort et à essayer de m’améliorer chaque jour. »

Lafrenière aurait bien aimé faire comme Crosby et guider l’Océanic jusqu’au tournoi de la Coupe Memorial. Ses plans ont toutefois été sabotés par la pandémie de la COVID-19. L’Océanic occupait le quatrième rang de l’Association de l’Est avec un dossier de 38-18-8 quand la campagne a été interrompue le 12 mars.

« Avec l’équipe que nous avions, nous croyions en nos chances, a affirmé Lafrenière. Nous ne saurons jamais jusqu’où nous nous serions rendus, et ça ajoute à la déception de ne pas avoir eu la chance de jouer les séries. »

Cet hiver, Lafrenière a également aidé le Canada à remporter l’or au Championnat du monde de hockey junior, étant nommé joueur par excellence de l’évènement. Il a récolté 10 points en cinq rencontres au cours du tournoi disputé en République tchèque.

Crosby, qui a gagné l’or au Mondial junior avec le Canada en 2005, n’avait toutefois pas été nommé joueur par excellence. Patrice Bergeron avait plutôt reçu cet honneur.

Serein dans l’incertitude

Quant à l’incertitude provoquée par la pandémie sur le déroulement du repêchage de la LNH et ses préparatifs pour la prochaine saison, Lafrenière ne s’en fait pas trop avec ça.

« Ma famille, mes amis et moi attendons tous le repêchage depuis longtemps. Nous ne savons pas trop ce qui va arriver. Nous sommes dans l’inconnu, mais je reste patient », a indiqué Lafrenière.

Avec le déconfinement en cours à travers le Québec, Lafrenière a tout de même hâte de pouvoir sauter à nouveau sur une patinoire en compagnie notamment de Nathan Légaré et Samuel Poulin, deux espoirs des Penguins de Pittsburgh.

« Nous nous mettons au défi, nous nous poussons à donner le meilleur de nous-mêmes, a noté Lafrenière. Si le déconfinement nous le permet, nous serons très contents de pouvoir nous entraîner ensemble. »

Lafrenière, qui mesure six pieds un pouce, a indiqué qu’il pesait maintenant environ 195 livres. Il n’a pas pour objectif de prendre nécessairement du poids pendant l’été, mais souhaite plutôt travailler sur sa force, particulièrement celle de ses jambes, afin d’être plus explosif.