Pour certains, les victoires du Canadien éloignent l’équipe d’une vente efficace à la date limite des échanges et d’un choix avantageux au repêchage. Plus le CH se replace dans la course pour une place en séries, moins il sera tenté d’échanger ses vétérans, et plus loin sera-t-il positionné en prévision du repêchage.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Avec sa victoire jeudi, le Canadien s’approche à six points des Hurricanes de la Caroline et de la dernière place donnant accès aux séries, avec deux matchs de moins à disputer. Ils sont aussi à cinq points des Panthers de la Floride et du troisième rang dans leur division, mais ceux-ci ont trois matchs de plus à disputer. Il y a aussi les Maple Leafs de Toronto et les Flyers de Philadelphie à devancer.

Montréal se rapproche donc un peu, mais une ou deux défaites pourrait vite les replacer dans une situation précaire.

Une mise en veilleuse du plan de vente ne serait néanmoins pas si néfaste pour l’avenir de l’organisation. L’équipe n’a pas de gros joueurs autonomes sans compensation comme les Blue Jackets de Columbus, par exemple.

Dale Weise, Nate Thompson, Marco Scandella, Christian Folin et évidemment Ilya Kovalchuk sont les cinq éventuels joueurs autonomes sans compensation. Les quatre premiers ne rapporteront sans doute pas mieux qu’un choix de quatrième ronde, et encore. Kovalchuk rapporterait peut-être un choix de troisième, peut-être un choix de deuxième, mais le CH sera peut-être aussi tenté de le garder.

Il y a aussi les dossiers Tatar et Petry, deux joueurs autonomes sans compensation à compter du 1er juillet 2021. Certains suggèrent de les échanger s’ils peuvent rapporter un choix de première ronde et un espoir. Petry l’a encore prouvé jeudi, il est essentiel à l’équipe. Rien, toutefois, n’empêcherait le club d’attendre à l’été avant de bouger si on le juge nécessaire.

PHOTO RYAN REMIORZ, LA PRESSE CANADIENNE

Jeff Petry a marqué le but vainqueur en prolongation contre les Ducks d'Anaheim, jeudi soir.

Une équipe aspirante à la Coupe en prévision de la saison suivante sera toujours prête à payer un gros prix pour renforcer son club. Erik Karlsson avait encore une année de contrat valide avant de devenir joueur autonome sans compensation. Les Sharks ont quand même donné la lune aux Sénateurs pour l’obtenir : leur meilleur espoir à l’attaque Josh Norris, un choix de première ronde (2020) et deux choix de deuxième ronde (2019 et 2021). Petry n’est pas Karlsson, mais il ne perdrait pas tant de valeur cet été.

Justin Faulk allait lui aussi devenir joueur autonome sans compensation cet été. Les Hurricanes de la Caroline l’ont échangé en septembre contre l’un des meilleurs espoirs de l’organisation des Blues de St. Louis, Dominik Bokk, un choix de première ronde en 2018, huit points, dont six buts, en sept matchs au plus récent Championnat mondial junior.

Max Domi peut lui aussi être un candidat à une transaction cet été, pour un haut choix au repêchage ou du renfort en défense. Domi semble vouloir jouer au centre. Il détient le poste au sein du troisième trio à l’heure actuelle, mais il y aura congestion l’an prochain. Il faudra faire une place à Jesperi Kotkaniemi et, ou, Ryan Poehling. Si l’offre est alléchante, il ne faut pas hésiter.

PHOTO KATHY WILLENS, ASSOCIATED PRESS

Max Domi

Voilà pour la vente. Le repêchage maintenant. S’il s’ouvrait aujourd’hui, le CH choisirait huitième. Mais il se retrouve aussi à seulement deux points de l’Arizona au 17e rang du classement général, à un point de Calgary et à deux points de Nashville et Winnipeg. Mais ils ont tous des matchs de plus à disputer hormis les Coyotes.

Y a-t-il une si grande marge entre repêcher au 7e et au 12e rang ? On diminue évidemment ses chances de repêcher dans le top 3. Le détenteur du 7e rang a 20% de chances de remporter l’un des trois lots de la loterie. Le 10e, 11%, et le 12e, 8%. Les chances de l’emporter demeurent faibles.

Le Canadien repêchait 15e l’an dernier. Il a mis la main sur un joueur, Cole Caufield, qu’il aurait probablement sélectionné s’il avait détenu le 8e choix tellement il avait le jeune homme en haute estime.

PHOTO JONATHAN HAYWARD, LA PRESSE CANADIENNE

Cole Caufield

Nick Suzuki a été repêché au 13e rang en 2017. Nolan Patrick a constitué le 2e choix et Lias Andersson le 7e. Jesse Puljujarvi a été choisi au 4e rang en 2016, Charlie McAvoy au 14e rang.

Le repêchage de 2015 est encore plus frappant. Pavel Zacha a été repêché 6e. Mikko Rantanen 10e, Mathew Barzal 16e, Kyle Connor 17e, Thomas Chabot 18e et Brock Boeser 23e.

En bref, aussi bien laisser le Canadien gagner, apprécier le spectacle mené par Ilya Kovalchuk et Nick Suzuki. De toute façon, il reste encore près de trois semaines avant la date limite des transactions. Le portrait a le temps de changer d’ici là.

À lire

Le monde du soccer s’apparente parfois à celui du théâtre. Le drame dure rarement seulement un acte. Pascal Milano fait le point sur l’épineux dossier Nacho Piatti.