Jugeant fort inquiétante la situation de crise interne qui prévaut à la Fédération de hockey sur glace du Québec (Hockey Québec), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) appelle la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, à intervenir en nommant des experts indépendants pour faire enquête. 

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local
Initiative de Journalisme Local

« C’est clair qu’il y a une grave crise de gouvernance qui affecte sérieusement la capacité actuelle de Hockey Québec de remplir sa mission et ses mandats. La ministre déléguée à l’Éducation du Québec ne peut pas faire la sourde oreille aux nombreux témoignages d’employés rapportant un climat de travail toxique, engendré par la direction.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

La ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest

Elle doit les entendre et agir en conséquence pour éviter que l’organisation s’enfonce encore plus dans le marasme actuel », plaide Mario Beauchemin, le vice-président de la CSN en s’appuyant des révélations diffusées par Radio-Canada dans les derniers jours. Ce dernier ajoute qu’il suffit d’entendre les propos « simplistes, irrespectueux et réducteurs » tenus par le président du conseil d’administration de Hockey Québec, Yve Sigouin, pour comprendre que les dirigeants actuels n’ont pas les qualités nécessaires pour dénouer cette crise sérieuse. 

« À titre de vice-président de la centrale syndicale qui représente le plus grand nombre d’enseignantes et d’enseignants au Québec, j’ai été profondément choqué et insulté d’entendre le président Sigouin dire que les employés de Hockey Québec sont très bien traités, mais qu’ils sont malheureusement habitués à « travailler en pantoufles » et à être « gérés comme les professeurs d’une école publique ». Ces propos en disent long sur l’ignorance de celui qui les tient et sur le regard méprisant et condescendant qu’il porte sur les gens qui l’entourent.

Pas surprenant que le président et le directeur général aient perdu la confiance de la grande majorité des employés », constate Mario Beauchemin. Le vice-président de la CSQ invite d’ailleurs le président Sigouin à retirer ses propos irrespectueux et à s’excuser auprès de l’ensemble des enseignants de notre réseau public d’éducation. De son côté, la présidente de la Fédération des syndicats de l’action collective (FSAC-CSQ), Bianca Lachance, qualifie de « diffamatoires et non fondées » les accusations de la direction à l’endroit du syndicat représentant les employés de Hockey Québec.

« Les allégations faites par la direction et le président du conseil d’administration sont très graves et nécessitent l’intervention d’enquêteurs externes neutres afin de faire la lumière sur ce qui se passe. Nous exhortons la ministre Charest à faire intervenir un médiateur du ministère du Travail. Refuser une telle solution gratuite et ralliante envenimerait encore plus le climat déjà toxique à Hockey Québec et aurait pour effet de faire perdre toute crédibilité à la démarche », prévient Bianca Lachance. La présidente de la FSAC-CSQ termine en mentionnant que les commentaires dénigrants et antisyndicaux tenus publiquement depuis quelques jours par l’employeur sont symptomatiques de l’attitude qui lui est reprochée et qui est à l’origine de la crise actuelle.