Assis sur sa chaise berçante favorite, Claude Julien a dû regarder le match de vendredi à Toronto en se posant la même question que nous tous : mais qui sont ces gars en bleu, blanc et rouge ?

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Il s’agit d’une question bien légitime, surtout après avoir vu le match presque parfait que les joueurs du Canadien ont envoyé au visage des Flyers de Philadelphie, dans le cadre de la deuxième rencontre de cette série, maintenant égale à 1-1.

> Relisez notre couverture en direct
> Le sommaire de la rencontre

Il y a des fois où la marque finale ne veut rien dire, mais ici, ce 5-0 veut tout dire, tellement la leçon de hockey a été totale, brutale, et tellement le résultat n’a jamais fait le moindre doute.

PHOTO FRANK GUNN, THE CANADIAN PRESS

Kirk Muller (au centre) a hérité des fonctions d’entraîneur-chef du Canadien pour au moins le reste de la série face aux Flyers.

À un moment donné, l’attaquant des Flyers Travis Konecny a tenté de briser son bâton en rentrant au banc, après une (autre) occasion ratée… mais il n’a pas été capable de le casser, même après quelques furieuses tentatives.

On trouve que ça résume assez bien le genre d’après-midi que les Flyers ont eu.

Ils nous ont dominés dans toutes les facettes du jeu.

Alain Vigneault, après le match

Honnêtement, on ne saurait être plus d’accord.

On a écrit l’autre jour, ici même, que le Canadien ne pouvait se permettre d’avoir des passagers, et on peut vous confirmer que, vendredi, il n’y en a pas eu, ou presque.

Mieux encore, ceux qui étaient en panne ont profité de l’occasion pour se mettre en marche : Tomas Tatar, invisible depuis le début des séries, a réussi ses deux premiers buts du tournoi, dont le premier du match, qui a rapidement donné le ton.

Joel Armia, lui aussi invisible avant vendredi, a réussi son premier but des séries également, bien qu’il ait été un peu chanceux (pas grave, il va le prendre pareil). Jonathan Drouin, qui doit en faire plus, on le sait, est allé au filet et a récolté une passe sur le deuxième but de son équipe, celui de Kotkaniemi.

Après tout ça, et après avoir accordé 4 buts sur 26 tirs, le gardien Carter Hart commençait à en avoir assez, et son entraîneur, sagement, a choisi de le sortir de là.

PHOTO FRANK GUNN, LA PRESSE CANADIENNE

Reste à voir si le doute est maintenant installé dans la tête du jeune homme, et ça, on le saura assez rapidement lors du prochain match. Si c’est le cas, ce serait un énorme avantage pour le Canadien, qui continue d’obtenir des performances magiques de la part de Carey Price.

On ajoutera que le Canadien a gagné la bagarre des unités spéciales : deux buts en avantage numérique, et en plus, le club montréalais a trouvé le moyen de museler les Flyers à 3 contre 5 pendant 1 min 38 s en début de deuxième période.

Kirk Muller avait bien raison de sourire quand on lui a parlé grâce à la magie de l’ordinateur.

« On s’est très bien préparés avant d’arriver ici… Claude en est la raison principale, et ça facilite mon travail », a expliqué le coach intérimaire.

Alors oui, ç’a été presque parfait. Et pour le Canadien et ses partisans, ça n’a pas été stressant du tout. Claude Julien, qui a besoin de calme et de repos, a sûrement apprécié !

ILS ONT DIT : « ON VOULAIT GAGNER POUR CLAUDE »

On voulait gagner pour Claude, on voulait gagner pour Kirk, et avant le match, l’énergie qu’il y avait sur le banc, c’était impressionnant. Ç’a été un de nos meilleurs matchs cette saison.

Jonathan Drouin

Jonathan et moi, on est des amis, et on adore jouer ensemble. Kirk a fait un très bon travail et quand on a nos quatre trios qui fonctionnent comme ça, on est durs à battre.

Max Domi

Chaque fois qu’il y a quelqu’un qui tombe au combat, on essaie de se rallier autour de lui… Claude est celui qui mène cette équipe.

Ben Chiarot

C’est un soulagement. Tu peux bien obtenir toutes les chances de marquer, ça demeure plaisant de pouvoir trouver le fond du filet.

Tomas Tatar

Les séries, c’est de gagner quatre matchs. La série est égale 1-1 […] On devra être bien meilleurs. À la fin du match, Muller a mis son premier avantage numérique quand c’était 5-0. On s’était assez embarrassés nous-mêmes, on n’avait pas besoin qu’ils nous embarrassent. Je vais m’assurer que les gars soient au courant au prochain match.

Alain Vigneault

Je connais tous ces gars-là derrière leur banc et je n’ai pas voulu embarrasser qui que ce soit… Notre avantage numérique n’a pas été super contre Pittsburgh, on ne peut pas s’entraîner beaucoup, et mon travail est de m’assurer que notre équipe est à son sommet.

Kirk Muller

Ils ont sauté sur la glace avec énergie. Ils gagnaient beaucoup de courses pour des rondelles libres. J’aurais dû faire quelques arrêts de plus. Ils jouent de manière intense, ils foncent au filet. On devra se préparer pour le prochain match et être meilleurs.

Carter Hart

DANS LE DÉTAIL

Trio d’observations sur le match entre les Flyers et le Canadien

EVANS DE RETOUR

Il y avait un petit changement dans la formation du Canadien au moment d’amorcer le match, vendredi à Toronto : Jake Evans, qui avait été blessé lors de la série contre Pittsburgh quand il avait été frappé par Brandon Tanev, était de retour dans la formation. On ne l’a pas vu souvent en début de match, mais Evans a pris le poste de centre avec le quatrième trio, en compagnie d’Alex Belzile et de Joel Armia. Pour lui faire une place, Kirk Muller a choisi de laisser de côté le vétéran Dale Weise. Muller a par ailleurs rapidement rebattu ses cartes, et il a aussi eu la bonne idée de réunir Jonathan Drouin à Jesperi Kotkaniemi au centre et Max Domi à droite. C’est d’ailleurs ce trio qui a réussi le deuxième but du Canadien en première période. Evans, lui, a réussi son premier point des séries, sur le but d’Armia en fin de deuxième, et Belzile en a profité pour récolter son premier point en carrière dans la LNH sur ce but.

UNE PREMIÈRE PÉRIODE IDÉALE

Si jamais le Canadien était capable de toujours faire ce qu’il a fait lors de la première période, cette équipe ne perdrait pas très souvent. Ainsi, ces 20 premières minutes ont approché la perfection pour la formation montréalaise, avec un Canadien absolument dominant d’un bout à l’autre de la période, tant au tableau du pointage (c’était 2-0 après 20 minutes de jeu) qu’au tableau des tirs, soit 16-6, en plus d’une domination de 36-16 au chapitre des tirs tentés. En fait, les Flyers ont été tellement humiliés que leur premier tir du match n’est survenu qu’en toute fin de première période, alors qu’il ne restait plus que 3 minutes 35 secondes de jeu au tableau. Il y a peut-être quelques chaises qui ont été lancées dans leur vestiaire au premier entracte…

UNE PLACE DE CHOIX POUR KOTKANIEMI

PHOTO DAN HAMILTON, USA TODAY SPORTS

Jesperi Kotkaniemi (15) réussit à loger la rondelle derrière Carter Hart (79) en première période.

Il est encore bien trop tôt pour prédire le genre de carrière que Jesperi Kotkaniemi va avoir avec le Canadien, mais disons que le jeune est très bien parti. Ainsi, avec son troisième but depuis le début des séries, vendredi à Toronto, le Finlandais est devenu seulement le huitième joueur de l’histoire du Canadien à récolter trois buts en séries avant même d’arriver à l’âge de 21 ans. Il s’agit d’un exploit digne de mention, surtout quand on jette un coup d’œil sur la liste des autres joueurs qui ont réussi à accomplir ça avant lui : Claude Lemieux (il détient le record d’équipe avec 10 buts avant l’âge de 21 ans), Stéphane Richer, Shayne Corson, Henri Richard, Mario Tremblay… C’est vrai, les noms de Paul Masnick et Alex Galchenyuk sont aussi sur cette liste, mais on présume que Kotkaniemi va surtout tenter d’imiter les cinq premiers au cours de sa carrière. Kotkaniemi a ajouté un autre but en troisième, son quatrième en six matchs des séries.