Quand on l’attrape au bout du fil en ce petit matin de juin, Cristobal Huet donne l’impression d’un gars qui est en train de retrouver un peu de normalité.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

C’est que dans son coin de pays, à Lausanne, en Suisse, les joueurs du club de hockey local ont repris l’entraînement depuis mardi, avec en tête une préparation adéquate en vue d’un début de saison qui est prévu pour le mois de septembre.

Huet, employé du HC Lausanne depuis deux saisons à titre d’entraîneur des gardiens, a déjà hâte de pouvoir être impliqué dans un « vrai » match, avec de vrais enjeux.

« Ici, la saison a été annulée en mars, et on se prépare déjà pour la prochaine, commence-t-il par dire. Nos joueurs peuvent s’entraîner par groupes sur la glace et les contacts physiques sont permis. Il y a bien sûr quelques restrictions ; on n’a pas le droit d’aller aux douches et on doit entrer et sortir par un parcours précis, et puis ensuite, pour ce qui est du gym, on y va à coup de huit ou neuf joueurs et on doit tout désinfecter quand on a fini.

« Mais autrement, par ici, on en est train de sortir de la crise. On est en train de sortir du virus. »

« On suit les règles »

Ces derniers mots magiques sont à faire rêver, surtout que par chez nous, on n’en est pas encore là, bien que la LNH espère pouvoir ouvrir ses camps d’entraînement le 10 juillet, si elle obtient le feu vert de toutes les autorités compétentes.

Malgré tout, Huet reconnaît que le hockey du retour, dans les arénas d’Europe comme dans ceux de la LNH, sera peut-être un peu différent au chapitre de l’ambiance.

Pour le moment, on en est à s’entraîner dans des conditions à peu près normales… Alors, on attend les directives pour connaître la suite, mais il n’y a personne qui a envie de commencer la saison ici sans public. La vente des billets, c’est une partie importante des revenus des clubs. On verra bien ce qui sera décidé.

Cristobal Huet, entraîneur des gardiens du HC Lausanne

« Pour l’instant, on suit les règles, et en général, les Suisses sont très bons pour ça. Nos joueurs habitent presque tous ici, alors il n’y a pas trop de mouvements dans des zones différentes, à part pour les joueurs étrangers. Quand les matchs vont reprendre, je pense que tous les joueurs vont jouer de manière normale, comme ils le faisaient avant. Ils vont se sentir en sécurité et ils n’auront pas peur des mises en échec. »

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Cristobal Huet avec le Canadien en septembre 2007

En attendant, Huet, comme tous les fous de hockey de par le monde, voit lui aussi passer depuis quelques semaines des images des matchs d’autrefois, et il lui arrive de se voir passer lui-même à l’écran, à une époque différente.

Huet, doit-on le rappeler, a connu une belle carrière entre les poteaux, avant tout comme gardien du Canadien pendant près de trois saisons, de 2005 à 2008, et puis à Chicago, où il a participé à la conquête de la Coupe Stanley de 2010 avec les Blackhawks.

Il se souvient très bien de tout ça.

Ce sont de bons souvenirs et avec le 10e anniversaire de cette conquête à Chicago, on en entend parler, ajoute-t-il. J’ai vu les rediffusions de certains matchs et ça apporte un peu de nostalgie.

Cristobal Huet

Et Montréal ? Il en garde aussi de très bons souvenirs, même si la conclusion n’a pas été la même qu’à Chicago.

« J’ai été échangé au Canadien [par les Kings de Los Angeles] et j’ai adoré cette période-là de ma carrière, conclut-il. Mais malheureusement, dans le cas du Canadien, il n’y a pas de date à fêter… »