Les Flames et les Jets ont finalement fait marche arrière.

Joshua Clipperton
La Presse canadienne

Le Canadien, les Oilers, les Maple Leafs et les Canucks ont établi des programmes pour aider les travailleurs à temps partiel des arénas touchés par l’arrêt des activités de la LNH, en lien à la pandémie du coronavirus.

Les Sénateurs ont tardé, mais ils ont fini par se joindre au mouvement.

Lundi soir, via un communiqué, l’équipe a présenté l’initiative suivante :

« Les Sénateurs d’Ottawa viennent d’élaborer un plan et se sont engagés à développer un programme basé sur les besoins individuels des membres de notre personnel. Ce programme aidera tous les employés à temps partiel ayant besoin d’aide pour faire face aux difficultés financières pendant la pandémie de coronavirus. Nous travaillerons avec chaque personne et nous évaluerons les besoins de chacun afin de minimiser les répercussions sur nos employés.

Nous continuons de tout faire ce qui est en notre pouvoir pour contribuer à garantir la sécurité et la santé de notre personnel pendant cette période d’incertitude […], notamment en demandant à notre personnel de travailler de la maison jusqu’à nouvel ordre. »

Vendredi, un porte-parole de l’équipe avait déclaré qu’une question de la Presse canadienne à ce sujet serait transmise au service approprié. Plus tôt lundi, une réponse à un message ultérieur disait que toute information serait fournie « dès que nous l’obtenons ».

En saison régulière, il restait quatre matchs à domicile aux Sénateurs. De plus, trois spectacles ont été annulés ou reportés au Centre Canadian Tire.

Dans le cas du Canadien, suite à des mesures annoncées dimanche par le club, les joueurs ont publié le communiqué suivant lundi, en début de soirée.

« Suite de l’annonce du Club de hockey Canadien de la mise en place de mesures pour les 1200 employés [des jours de matchs] des Canadiens de Montréal et du Rocket de Laval, les joueurs des Canadiens ont décidé d’apporter une contribution financière supplémentaire afin de combler la différence entre (i) les mesures annoncées par le Club pour les employés, et (ii) la compensation que devait recevoir ces employés. »

Les Flames et les Jets ont initialement déclaré qu’ils ne paieraient pas d’employés à temps partiel, mais ont finalement changé d’avis dimanche, suite à de fortes critiques publiques.

Les joueurs des Flames Milan Lucic, Sam Bennett et Zac Rinaldo, ainsi que les épouses de TJ Brodie et Mark Giordano, ont contribué à un fonds en ligne mis en place par un ancien travailleur du Scotiabank Saddledome avant que Calgary Sports and Entertainment Corporation, qui possède l’équipe et opère l’aréna, annonce un programme de soutien financier pour les employés qualifiés.

Du côté des Jets, les critiques avaient débuté après des commentaires du président exécutif de True North Sports & Entertainment, Mark Chipman, selon lesquels la chance n’était pas du côté des travailleurs occasionnels, pendant la pandémie.

« Ces personnes ont des contrats à temps partiel, a dit Chipman jeudi. Ils travaillent quand nous travaillons. Donc, malheureusement, dans la mesure où nous ne présentons pas de spectacles et de matchs, ces gens n’auraient évidemment pas un appel pour venir travailler. »

Les Jets, qui possèdent également le Moose du Manitoba, de la Ligue américaine de hockey, en ont ajouté dans une lettre envoyée samedi au personnel à temps partiel du Bell MTS Place.

Vingt-quatre heures plus tard, par contre, une correspondance indiquait que les employés touchés seraient payés en totalité jusqu’à la fin du mois de mars.

Chipman a conclu le courriel de dimanche en ajoutant que True North « s’excuse sincèrement pour toute inquiétude que notre position d’origine aurait pu causer ».

Les Canucks ont présenté leurs plans vendredi. Samedi, ce furent le Canadien, les Oilers et les Leafs (ces derniers via Maple Leaf Sports & Entertainment, en compagnie des Raptors de la NBA et du FC de Major League Soccer).

Les Leafs, les Raptors, le FC, les Blue Jays du baseball majeur et les Argonauts de la LCF ont également créé le « Team Toronto Fund » pour aider davantage le personnel concerné, en cas de besoin d’une aide financière supplémentaire.

Ottawa Sports and Entertainment Group, qui possède les Redblacks de la LCF et les 67s de la Ligue de hockey de l’Ontario, va payer les travailleurs pour trois matchs reportés de la OHL et tout autre événement prévu à la Place TD jusqu’au 27 mars, au moins.

Plusieurs équipes professionnelles des États-Unis ont mis en place des programmes similaires, et des stars comme Giannis Antetokounmpo, Zion Williamson et Kevin Love ont aussi pris des engagements monétaires personnels.

La LNH, la NBA, le baseball majeur, la MLS, la LCF et la LAH, notamment, ont stoppé leurs opérations au milieu d’une crise qui a considérablement changé la vie quotidienne en Amérique du Nord et tué plus de 6500 personnes dans le monde.

Aux États-Unis, les Centers for Disease Control ont recommandé dimanche d’annuler ou de reporter les événements regroupant plus de 50 personnes pour les huit prochaines semaines. Cela signifie que dans le meilleur des cas, les ligues pourraient devoir attendre la mi-mai pour relancer leurs opérations.