Henri Richard, le hockeyeur qui a remporté le plus grand nombre de Coupes Stanley dans l’histoire de la LNH, est décédé à la suite d’une longue maladie. Il était âgé de 84 ans.

Gaétan Lauzon
La Presse

La nouvelle a été confirmée par le Canadien sur son compte Twitter.

Le joueur au record inatteignable

Le petit frère de Maurice Richard n’est plus. Si le Rocket avait battu tous les records individuels de l’époque, le Pocket Rocket, lui, détient LE record qui ne sera jamais battu : celui d’avoir remporté la Coupe Stanley à 11 reprises.

> Écoutez notre balado hommage à Henri Richard

Retour sur la brillante carrière d’un joueur inspirant et sous-estimé.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Henri Richard portant le flambeau au Centre Bell en 2013.

Henri Richard n’est plus, mais son record de 11 conquêtes de la Coupe Stanley ne sera probablement jamais effacé.

« Personne ne va battre ça, c’est impossible, a soutenu Richard lui-même en 2009. Je le dis sans prétention. Il y a trop d’équipes, 30, et les bons joueurs sont trop éparpillés.

« J’ai eu la chance de gagner la Coupe à mes cinq premières saisons dans la Ligue nationale. Ça commence bien une carrière. »

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Henri Richard avec la Coupe Stanley en 1966.

Dire que le Canadien avait invité Henri Richard au camp du Canadien, en 1955, pour faire plaisir à son frère Maurice !

« On ne le connaissait pas du tout au début du camp, a avoué l’entraîneur Toe Blake. Mais à la fin, on ne pouvait le rétrograder. On ignorait une seule chose : sa réaction au jeu rude. On ne voulait pas que Maurice doive se porter continuellement à sa défense. »

Henri Richard, à 5’7 et 160 livres, a démontré qu’il pouvait s’occuper de lui-même. Il a déjà livré quatre combats en un match à Boston, dans l’une de ses 1436 rencontres dans la Ligue nationale, toutes sous les couleurs du Canadien.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Henri Richard en 1956

« Les gens disaient que je ne pourrais pas me tailler un poste dans la LNH, se rappelait Richard, né le 29 février 1936 à Montréal. Moi, je n’aurais pas cru possible, à cause des 15 ans de différence entre nous, que je jouerais cinq ans avec Maurice.

« Maurice songeait à prendre sa retraite, mais il a décidé de continuer parce qu’il voulait jouer avec moi. À chaque conquête de la Coupe, il décidait de rester pour une autre saison. Il s’est retiré après la cinquième. »

Maurice et Henri n’agissaient pas comme des frères dans le vestiaire ou sur la patinoire. « Je pense que Maurice ne m’a jamais dit un mot. Il ne m’a jamais dit que j’avais fait un beau jeu, que j’avais marqué un beau but. Il ne me l’a jamais dit. »

PHOTO JEAN-YVES LÉTOURNEAU, ARCHIVES LA PRESSE

Les frères Maurice et Henri Richard en 1974

Les deux étaient d’ailleurs taciturnes. Un jour, Rudy Pilous, entraîneur-chef des Blackhawks de Chicago, avait demandé à Blake si Henri Richard parlait anglais. « Heu ! Je ne sais même pas s’il parle ! » avait répondu Blake.

Incompétence et compétence

Maurice était avant tout un marqueur et Henri, un passeur. Henri a dominé la LNH au chapitre des mentions d’aide pendant deux saisons, en 1957-1958 et 1962-1963.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Henri Richard en 1963

Henri a néanmoins inscrit le but gagnant dans le match ultime de la finale en 1966 et en 1971. En 1971, contre les Blackhawks, il a même réussi les buts égalisateur et gagnant, à Chicago. Le Canadien avait alors effacé un déficit de 3-2 dans la série et de 2-0 dans le match décisif.

Henri Richard gagnait ainsi la Coupe Stanley une 10e fois. « C’est celle qui me procure la plus grande joie, avait-il dit à Gilles Terroux, de La Presse. Au début des séries, on nous accordait si peu de chances que c’en n’était même pas drôle. Il fait bon venir de l’arrière et plonger la tête dans le champagne. »

Furieux de jouer aussi peu souvent, Henri Richard avait créé une commotion au terme du cinquième match de la finale en fustigeant l’entraîneur-chef Al MacNeil, qui avait succédé à Claude Ruel à la mi-saison. « C’est un incompétent », avait-lancé.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Henri Richard (en haut au centre) célèbre avec le capitaine Jean Béliveau (à gauche) après avoir remporté la Coupe Stanley, le 18 mai 1971.

Presque 40 ans plus tard, Henri Richard mettait un bémol. « J’ai dit des choses que je n’aurais peut-être pas dû dire. J’ai parlé parce que je croyais que c’était nécessaire. Je ne dis pas que c’était correct ; on doit respecter son entraîneur. Mais moi, je voulais seulement jouer au hockey. J’ai été chanceux que la situation ait tourné à mon avantage. J’aurais pu commettre une erreur qui aurait pu nous faire perdre la série. »

Henri Richard a été impliqué dans une autre algarade le 24 novembre 1972. Malgré une victoire de 9-1 du Canadien à Vancouver, le temps n’était pas aux célébrations dans le vestiaire du CH. Richard avait giflé Serge Savard à l’issue d’une remarque de son jeune coéquipier. Il a toujours été réticent à en parler par la suite, les deux hommes ayant fait la paix.

Devenu capitaine en 1971 à la suite de la retraite de Jean Béliveau, Henri Richard a ajouté une dernière conquête de la Coupe en 1973. Tous ces titres ne se sont pas traduits par des bagues. « Ce n’est qu’en 1960 que la Ligue ou l’équipe a décidé de donner des bagues, mais nous devions en payer la moitié du prix.

PHOTO ANTOINE DÉSILETS, ARCHIVES LA PRESSE

Henri Richard est nommé capitaine du Canadien en 1971.

« Quand j’ai décidé de vendre mes souvenirs, j’ai donné quelques-unes de mes bagues à mes fils et les autres sont passées à l’encan. Je n’ai pas vendu mes souvenirs parce que j’étais dans le besoin. Ça prenait trop de place dans la maison. C’était des ramasse-poussière. »

Lise, sa femme, et Henri ont eu cinq enfants et une dizaine de petits-enfants.

Au plan des honneurs individuels, Henri Richard n’a remporté qu’un trophée, le Bill-Masterton, décerné au joueur ayant démontré le plus de persévérance et d’esprit d’équipe. Il en a été le lauréat en 1973-1974. « Bien honnêtement, je ne connaissais pas la raison de l’existence de ce trophée », a avoué Richard en riant.

PHOTO RENÉ PICARD, ARCHIVES LA PRESSE

Henri Richard célébrant son anniversaire le 29 février 1972.

Il a pris sa retraite en 1974-1975 à l’issue d’une saison en demi-teinte. L’entraîneur-chef Scotty Bowman lui avait infligé l’humiliation de ne pas l’utiliser pendant le match d’ouverture locale. « J’ai appris que je ne jouerais en consultant le tableau indicateur avant le match, a déclaré Henri Richard. J’ai vu que mon nom était retiré de la formation. Bowman ne m’en avait pas parlé. »

Le numéro 16 de Henri Richard a été retiré par le Canadien le 10 décembre 1975 . Il a été intronisé au Temple de la renommée de la LNH en 1979.

Les souvenirs s’estompent, mais les honneurs restent.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Henri Richard (à droite) avec Elmer Lach, Émile Bouchard et Toe Blake lors de la soirée du retrait de son chandail numéro 16, le 10 décembre 1975.

Henri Richard en bref

• Henri Richard a remporté la Coupe Stanley en 11 occasions, dont à chacune de ses cinq premières saisons dans la Ligue nationale.

• Il a joué pendant cinq ans en compagnie de son frère Maurice dans l’uniforme du Canadien. Le Rocket était de 15 ans son aîné.

• Il a amassé le plus de mentions d’aide dans la LNH pendant deux saisons, en 1957-1958 et 1962-1963.

• Le Canadien a retiré le numéro 16 en 1975, quatre ans avant que Henri Richard soit intronisé au Temple de la renommée.

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Henri Richard en 2007

- Avec La Presse canadienne