Le DG des Panthers de la Floride, Dale Tallon, n’est pas d’humeur à rigoler. Avec sa plus récente série de défaites, son club est désormais à cinq points de la dernière place donnant accès aux séries.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

« Notre club allait bien, on venait de gagner six matchs de suite, puis nous nous rendons à Montréal et ils nous ont botté le derrière, pour vous dire la vérité (défaite de 4-0 le 1er février), confiait Tallon au quotidien Toronto Sun. On ne s’en est jamais remis. Il faut trouver une solution rapidement. »

Les Panthers ont une fiche de 5-10-2 depuis leur défaite au Centre Bell. Ils ont perdu leur dernier match 3-0 contre les Flames.

Après 16 exclusions des séries éliminatoires lors des 18 dernières années, dont huit en dix sous son règne (hormis une saison où il était président et non DG), Tallon a pris les grands moyens cet été pour lancer son club.

Il a embauché un entraîneur réputé, Joel Quenneville. Il a aussi offert un gargantuesque contrat au gardien Sergei Bobrovsky sur le marché des joueurs autonomes : 70 millions pour sept ans.

Bobrovsky, 31 ans, jouait derrière une extraordinaire défense constituée de Seth Jones, Zack Werenski, David Savard et Ryan Murray (quand il est en santé) à Columbus. Il doit désormais composer avec une défense poreuse. Il affiche une moyenne de 3,23 et un taux d’arrêts de ,900.

Son arrivée en Floride s’apparente à celle d’Ilya Bryzgalov à Philadelphie en 2011. Les Flyers avaient offert 51 millions pour neuf ans à Bryzgalov. Sa défense à Phoenix le protégeait. Il n’a jamais pu afficher les mêmes statistiques avec sa nouvelle équipe.

Tallon a aussi offert 16,5 millions sur trois ans au défenseur de 33 ans Anton Stralman afin de solidifier sa défense. Stralman évolue au sein de la troisième paire à l’heure actuelle, mais il vient au deuxième rang de l’équipe en terme d’utilisation cette saison derrière Aaron Ekblad.

PHOTO GREG M. COOPER, USA TODAY SPORTS

Anton Stralman

Un autre joueur autonome, Brett Connolly, a reçu 14 millions pour quatre ans après une saison de 22 buts et 46 points l’an dernier à Washington. Sa production est à la hauteur avec 18 buts, mais il se retrouve au sein du quatrième trio en ce moment.

Les Panthers comptent pourtant sur l’un des meilleurs duos d’attaquants de la LNH, Jonathan Huberdeau et Aleksander Barkov. Huberdeau a déjà 77 points. À ce rythme, il en obtiendra 96. Il en avait amassé 92 l’an dernier.

Barkov a 62 points en 63 matchs et il est considéré comme l’un des meilleurs attaquants défensifs de la Ligue. Mike Hoffman a 27 buts et Evgeni Dadonov 25.

PHOTO MARK J. TERRILL, ASSOCIATED PRESS

Aleksander Barkov et Jonathan Huberdeau

Les Panthers viennent d’ailleurs au cinquième rang de la Ligue nationale au chapitre des buts marqués par match derrière Toronto, Tampa, Colorado et Washington. Mais ils sont aussi 30e au chapitre des buts accordés. Seuls les pauvres Red Wings de Detroit font pire.

Pour secouer son club, Tallon a échangé son deuxième centre Vincent Trocheck aux Hurricanes de la Caroline en retour de quatre joueurs, dont Erik Haula et Lucas Wallmark. L’échantillon est encore mince, mais Haula a une aide en quatre matchs et Wallmark est toujours blanchi. Trocheck n’a guère fait mieux en Caroline, mais il était un contributeur offensif important en Floride ces dernières années.

« On a obtenu deux atouts pour nous aider, a dit Tallon à son interlocuteur. Mais on ne sait jamais quand on fait un échange si ça affectera positivement ou négativement la chimie de votre équipe. »

PHOTO J PAT CARTER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le directeur général des Panthers de la Floride, Dale Tallon.

Tallon ne perd pas espoir, même si son club est désormais devancé par les Rangers et les Hurricanes parmi les équipes exclues. Le Canadien est à quatre points derrière. « Nous avons de grandes attentes. Nous accordons beaucoup de chances de marquer, mais les autres clubs aussi. Et nous comptons beaucoup de buts. Nous avons ce genre d’équipe. Nous sommes excitants à voir jouer, mais c’est frustrant. Nous comptons sur notre attaque et les résultats n’y sont pas en ce moment. »

Les fans du Canadien sont déçus par le manque de succès de leur équipe ces dernières années. Les Panthers ont participé aux séries quatre fois depuis 1996. Ils n’ont pas gagné une seule ronde.

Les Panthers ont pourtant bénéficié de quatre choix parmi les trois premiers depuis 2010 et huit dans le top 15. On est très, très patients en Floride…

À lire

Comment survivre à une saison de 70 défaites ? Simon-Olivier Lorange a sondé les membres des pauvres Sénateurs d’Ottawa, victimes d’une misérable saison en 1992.