Les palmarès des espoirs sont imparfaits. Ils sont figés dans le temps, alors que les athlètes, eux, évoluent.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Et c’est justement ce qui rend l’exercice intéressant.

En janvier dernier, La Presse a établi une liste des 17 meilleurs hockeyeurs québécois nés en 2001. L’objectif ? Suivre la progression de ces joueurs pendant cinq ans. Dans leurs hauts comme dans leurs bas, afin de démontrer que le chemin entre le junior et la LNH est parsemé d’obstacles.

Que sont devenus les élus de cette première cohorte, un an plus tard ? J’y reviendrai dans ma chronique de demain.

Notez que j’ai écrit « première cohorte ». C’est que nous avons décidé de poursuivre l’exercice. Cette fois, avec les meilleurs hockeyeurs de 2002 nés ici, ou ayant progressé dans le hockey mineur québécois. Pour établir la liste, j’ai consulté une trentaine de directeurs généraux, entraîneurs-chefs et dépisteurs liés à la LHJMQ, ainsi que des journalistes affectés à la couverture du junior majeur.

Trois constats

• La cuvée 2002 est talentueuse. Une douzaine de Québécois peuvent espérer être repêchés par une équipe de la LNH

• Plus de 40 % des espoirs ont débuté la saison au sein de deux clubs de la LHJMQ, les Cataractes de Shawinigan et les Saguenéens de Chicoutimi

• Signe des temps, trois joueurs ont préféré poursuivre leur carrière aux États-Unis, dans trois types de programmes différents (ligue scolaire, ligue civile, programme national américain)

Pour chaque espoir, vous trouverez une courte description. Elle est fournie par un haut dirigeant d’une équipe de la LHJMQ. Cette personne n’est pas nommée, car elle n’est pas autorisée à parler publiquement des espoirs des autres équipes au nom de son organisation.

1. Hendrix Lapierre (centre, Chicoutimi)

PHOTO FOURNIE PAR LES SAGUENÉENS DE CHICOUTIMI

« Il ressemble à Dylan Larkin, des Red Wings. Un joueur rapide, capable de transporter la rondelle et de fabriquer des jeux. Il est surtout doué pour bouger la rondelle rapidement. Ses feintes sont spectaculaires. »

2. Mavrik Bourque (centre, Shawinigan)

PHOTO FOURNIE PAR LES CATARACTES DE SHAWINIGAN

« Son sens de l’anticipation du jeu est nettement au-dessus de la moyenne. En plus d’être un marqueur naturel, à la T.J. Oshie, il est aussi un bon fabricant de jeu. Très bon coup de patin et rapide avec la rondelle. »

3. Jérémie Poirier (défenseur, Saint John)

PHOTO FOURNIE PAR LES SEA DOGS, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

« Son style de jeu rappelle celui de Thomas Chabot, des Sénateurs. Son contrôle de la rondelle est d’un niveau élite. Il possède de bonnes habiletés de patinage, des mains rapides et il est capable de réaliser des gestes techniques impressionnants. »

4. Thomas Bordeleau (centre, équipe nationale américaine)

PHOTO FOURNIE PAR USA HOCKEY

Thomas Bordeleau est le fils de Sébastien Bordeleau, un ancien joueur du Canadien. Il est né à Houston pendant que son père y jouait. C’est pourquoi il peut jouer dans le programme national américain. Il a toutefois été formé au Québec, dans les programmes AAA des Laurentides.

« C’est un joueur très rapide pour récupérer les rondelles. Il est fort à un contre un contre les défenseurs. Il distribue bien la rondelle. Difficile de trouver un comparable. Je te dirais un genre de Brad Marchand, en moins haïssable. »

5. Théo Rochette (centre, Québec)

PHOTO CODIE MCLACHLAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

« C’est un joueur offensif. Un excellent fabricant de jeu, avec une bonne vision. Il est capable de transporter la rondelle en zone adverse. Ce qui m’impressionne le plus, c’est sa capacité à diriger l’attaque en supériorité numérique. Il me fait penser à l’ancien capitaine des Mooseheads, Antoine Morand. »

6. William Villeneuve (défenseur, Saint John)

PHOTO FOURNIE PAR LES SEA DOGS DE SAINT JOHN

« Ce n’est pas un joueur flamboyant. Défensivement, il est capable d’affronter les meilleurs trios. Offensivement, il est efficace et e de bonnes premières passes. Un peu comme Jason Demers [des Coyotes]. Physiquement, il n’a pas encore atteint son plein potentiel. Lorsque ce sera le cas, il sera encore meilleur. »

7. Patrick Guay (centre, Sherbrooke)

PHOTO FOURNIE PAR LE PHOENIX DE SHERBROOKE

« Je l’observe depuis le début de l’année, et il s’améliore. Sa vitesse me surprend. Ses mains sont ultrarapides. Il bat des joueurs en affrontement un contre un. Je pense qu’il n’a pas encore explosé à 100 %. Il possède un beau potentiel et peut devenir un joueur important au prochain niveau. Comme Yanni Gourde. »

8. Isaac Belliveau (défenseur, Rimouski)

« Un défenseur offensif. Très efficace pour distribuer la rondelle en supériorité numérique. Il prend aussi les bonnes décisions au moment de la relance. Sa progression n’est pas terminée, surtout s’il améliore la vitesse de ses pieds. »

9. Elliot Desnoyers (ailier gauche, Moncton)

« Une boule d’énergie. Rapide. Combatif. Bon dans les espaces restreints. Efficace près du but. Il gagne ses batailles à un contre un. Un travaillant, dans le moule de Cédric Paquette, du Lightning. »

10. William Dufour (ailier droit, Drummondville)

PHOTO ARCHIVES LE QUOTIDIEN

« Il est capable de fabriquer des jeux et de marquer des buts. Avec plus de vitesse et d’explosion, il pourrait devenir un attaquant de puissance redoutable, car il possède un physique imposant. Il me rappelle [l’ancien joueur des Tigres] Gabriel Gagné. »

11. Xavier Bourgault (centre, Shawinigan)

PHOTO FOURNIE PAR LES CATARACTES DE SHAWINIGAN

« Un joueur que j’aime. De la liste, il est l’un de ceux avec le meilleur potentiel. Qualité de patinage exceptionnelle. Très mobile dans les espaces restreints. Bonne explosion sur patins. Capable de marquer des buts. Il a aussi beaucoup grandi depuis qu’il a atteint le junior. »

12. Matt Choupani (attaquant, Des Moines, États-Unis)

« Dans le midget AAA, la saison dernière, il était dominant. Excellent contrôle de la rondelle. Capable de produire offensivement. Très bon pour changer de direction. Son défi, c’est d’améliorer sa vitesse de patinage. Son jeu s’apparente à celui de David Perron [des Blues]. »

13. Antoine Coulombe (gardien, Shawinigan)

PHOTO FOURNIE PAR LES CATARACTES DE SHAWINIGAN

« Un gardien confiant en soi, avec une bonne anticipation du jeu. Particulièrement bon pour arrêter le premier tir. Belle lecture du jeu. »

14. Jérémie Biakabutuka (défenseur, Val-d’Or)

« Ses qualités athlétiques sont indéniables. Bon patineur, puissant tir. Pour un gros joueur, il se déplace bien. Un comparable ? Samuel Bolduc [de l’Armada]. Il possède de beaux outils pour évoluer au prochain niveau, surtout s’il améliore son positionnement sur la patinoire. »

15. Lucas Mercuri (attaquant, Salisbury, États-Unis)

« Un attaquant de puissance. Un joueur comparable à Shawn Boudrias, des Eagles du Cap-Breton. Gros bonhomme (6 pi 3 po), avec de bonnes habiletés. Belle vision. Capable de protéger la rondelle. J’ai hâte de voir ce qu’il deviendra lorsque son corps aura atteint sa pleine maturité. »

16. Charles Beaudoin (ailier droit, Shawinigan)

PHOTO FOURNIE PAR LES CATARACTES DE SHAWINIGAN

« Un bon tireur. Il possède de belles habiletés de marqueur. Il est aussi en train de développer l’aspect physique de son match. »

17. Francesco Lapenna (gardien, Drummondville)

PHOTO FOURNIE PAR LES FOREURS DE VAL-D'OR

« Un compétiteur. Il se bat pour arrêter chaque rondelle. J’aime sa lecture du jeu. Son maniement de la rondelle m’impressionne. Un atout dans le junior majeur. »

Le cas Jacob Perreault

Un joueur a divisé nos panélistes : Jacob Perreault, fils de l’ex-joueur du Canadien Yanic Perreault. Le jeune attaquant est né à Montréal. Il a joué atome BB et pee-wee AA dans les Cantons-de-l’Est, avant d’aller s’établir avec sa famille à Chicago. Il joue aujourd’hui pour le Sting de Sarnia, dans la Ligue junior de l’Ontario. Bien qu’il réponde aux critères d’admissibilité, plusieurs électeurs ont préféré l’exclure de leur liste, faute de l’avoir vu jouer. Ceux qui l’ont cité le placent au deuxième ou troisième rang de leur palmarès.