On dit ne pas paniquer chez le Lightning de Tampa Bay. Mais Tampa a subi une autre défaite samedi, sa sixième à ses dix derniers matchs.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

L’adversaire était de taille, évidemment, puisque les Capitals occupent le premier rang au classement général, mais il a freiné un bel élan après deux victoires consécutives contre la Floride et Boston.

Comble de malheur, le meilleur compteur du club, Nikita Kucherov, a quitté le match en deuxième période après avoir bloqué un tir.

Le Lightning n’est pas si mal positionné au classement. Malgré sa cinquième place dans la division Atlantique, Tampa est à un point du Canadien et du troisième rang, avec deux matchs de plus à disputer. Il doit aussi devancer Toronto et la Floride, mais il a trois matchs en main sur les Leafs et un sur les Panthers. Tampa a un point de retard sur Toronto et autant que la Floride.

Pour un club aussi dominant l’an dernier, 128 points et seulement 16 défaites, une fiche de 16-12-3 suscite la curiosité. Le Lightning a gagné autant qu’il a perdu depuis le début de la saison.

On peut invoquer certains facteurs atténuants. Le début de saison à Stockholm peut avoir alourdi les jambes des joueurs du Lightning. Les trois autres équipes voyageuses, Chicago, Buffalo et Philadelphie, en ont souffert à un moment ou à un autre.

L’une de ses grandes vedettes offensives, Brayden Point, a subi une opération à la hanche en fin de saison et raté les premiers matchs. Il a 23 points en 28 rencontres après en avoir amassé 92 l’an dernier.

Nikita Kucherov et Steven Stamkos ne produisent pas au rythme hallucinant de l’an dernier. Kucherov a obtenu 34 points en 30 matchs. À ce rythme, il amassera 93 points. C’est très bien. Mais il en avait obtenu 128 l’an dernier. Stamkos a 29 points en 28 matchs, dont 13 buts. Il avait marqué 45 buts et obtenu 98 points l’an dernier.

PHOTO MARK HUMPHREY, ASSOCIATED PRESS

Nikita Kucherov et Steven Stamkos

Les vrais problèmes du Lightning sont ailleurs. L’équipe occupe tout de même le troisième rang au chapitre des buts marqués par match (3,52) et le deuxième rang pour l’efficacité en supériorité numérique (29 %).

Par contre, Tampa se classe au 26e rang de la LNH au chapitre des buts accordés par match avec une moyenne de 3,23. L’équipe a accordé quatre buts ou plus dans 13 matchs sur 31. Elle a accordé deux buts ou moins seulement 11 fois.

Le gardien Andrei Vasilevskiy ne constitue pas le seul coupable, mais il n’offre pas le rendement des grands jours. Sa moyenne de buts alloués s’établit désormais à 2,84 et son taux d’arrêts à ,909.

Le gagnant du trophée Vézina l’an dernier montrait une moyenne de 2,40 et un taux d’arrêts de ,925 la saison précédente, d’où cet énorme contrat de huit ans pour 76 millions.

Son auxiliaire n’aide pas. Curtis McElhinney, a des airs de Keith Kinkaid après une très belle saison en Caroline. Sa moyenne de buts alloués s’élève à 3,62.

L’entraîneur Jon Cooper refuse de blâmer son gardien. « On pourrait analyser ses matchs et affirmer qu’il aurait aimé mieux faire à certaines occasions, mais souvent, on ne l’a pas vraiment aidé, confiait-il récemment au quotidien Tampa Bay Times. Quand votre défense s’améliore, votre gardien s’améliore également. »

Au chapitre des départs de qualité, une statistique avancée développée par Rob Vollman, Vasilevskiy vient au 30e rang chez les gardiens ayant joué plus de 10 matchs cette saison. Il est 29e pour la moyenne et 28e pour le taux d’arrêts.

Joe Smith, du site theathletic.com, rappelle le scénario de 2004 pour encourager les fans de l’équipe. Cette année-là, le gardien russe de l’équipe en arrachait et le Lightning était exclu du portrait des séries à l’approche des Fêtes. Six mois plus tard, il remportait la première Coupe Stanley de son histoire.

Les Capitals, les adversaires du Lightning samedi, ont vécu la même chose en 2018.

« Très peu de champions de la Coupe Stanley dominent du début à la fin d’une saison, confiait à Smith ce weekend l’un des principaux acteurs de cette conquête de 2004, Brad Richards. S’ils peuvent accorder moins de buts, ils retrouveront leur élan. Quand ils auront résolu leurs ennuis en défense, ils commenceront à amasser plus de points. Il leur reste encore beaucoup de temps. »

Le Lightning a dominé l’an dernier, avant de s’écraser en première ronde contre les Blue Jackets de Columbus. Aussi bien vivre un peu d’adversité avant…

À lire

Les facteurs génétiques ne sont pas à dédaigner dans le sport. Prenez par exemple Alex Harvey, le fils de Pierre. En ski, Miha Fontaine, 15 ans, tente de suivre les traces de son père, Nicolas. Michel Marois raconte son parcours.