Il y a bien des choses auxquelles Keith Kinkaid ne s’attendait pas au moment de dire oui au Canadien cet été.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Il ne s’attendait pas à jouer souvent. Il ne s’attendait pas à devenir le gardien numéro un de sa nouvelle équipe. Mais surtout, il ne s’attendait pas à devoir aller « en bas », comme il le dit, et à devoir aller se refaire une confiance dans la Ligue américaine de hockey à Laval.

Mais c’est pourtant la réalité. Sa nouvelle réalité, avec laquelle il doit composer depuis lundi, jour où son nom a été placé au ballotage, ignoré ensuite par toutes les équipes de la LNH. Ce qui le mène ici, à Laval, avec sa nouvelle vie. Il devrait effectuer son premier départ devant le filet du Rocket vendredi soir.

Alors non, il ne s’attendait à rien de tout ça.

« J’ai été un peu sous le choc au moment de l’apprendre, a-t-il admis à la Place Bell de Laval mercredi matin. Mais ça me donne la chance de jouer quelques matchs ici et de retrouver mes repères. Avec le Canadien, j’aurais pu avoir une fiche de 3-1-1 et non une fiche de 1-1-3. Je sais que chaque point compte. »

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Keith Kinkaid

Keith Kinkaid sait aussi que le gardien numéro deux du Canadien n’a pas droit à l’erreur, ou si peu. Carey Price est un habitué des charges de travail plutôt colossales, et les rares fois où ce n’est pas lui, on s’attend à ce que le deuxième tienne le fort avec brio. C’est ingrat mais c’est comme ça.

« C’est difficile d’arriver devant le filet après deux semaines sur le banc et de bien jouer, mais je sais aussi que c’est ce que je dois faire… et je n’ai pas été aussi solide que je suis capable de l’être, a-t-il admis. Le fait d’être à Laval me permet de jouer plus souvent que je ne l’aurais fait avec le Canadien. Alors j’espère pouvoir retrouver mon rythme ici avec le Rocket, pour ensuite retourner avec le Canadien et obtenir des victoires. »

C’est probablement le dernier bout de cette phrase qu’il faut retenir dans tout ça : Kinkaid espère que ce passage chez le Rocket ne sera que temporaire, et il espère aussi ne pas avoir à s’attarder trop longtemps à Laval. C’est d’ailleurs probablement le plan du Canadien à son égard… à moins que le jeune Cayden Primeau ne se mette à jouer comme Patrick Roy en 1986. Primeau devrait obtenir son audition devant le filet du Canadien sous peu, puisque le club doit jouer jeudi soir au Centre Bell contre l’Avalanche du Colorado, et ensuite vendredi soir à Manhattan contre les Rangers de New York.

En attendant, Keith Kinkaid doit trouver ce qui ne va pas, lui qui s’estime pas mal meilleur que ce qu’on a vu de lui chez le Canadien, avec sa moyenne de 4,24 et son pourcentage de ,875, autant de chiffres qui ont contribué à ce qui lui est arrivé lundi.

« Peut-être que je glisse trop devant mon filet, que je ne suis pas en bonne position, a-t-il offert en guise de réponse. C’est peut-être aussi juste une question de confiance. On va faire du vidéo ici pour essayer de corriger tout ça. »

SOS défenseurs

Par ailleurs, le match de mardi soir au Centre Bell nous a rappelé à quel point le Canadien devra trouver des solutions à la ligne bleue, et assez rapidement à part de ça. Ben Chiarot et Shea Weber ne pourront pas toujours passer quelque chose comme 30 minutes par match sur la glace sans que cela finisse par paraître dans leur jeu.

AP

Shayne Gostisbehere

Ça explique d’ailleurs pourquoi la machine à rumeurs s’emballe de nouveau, et pourquoi le nom de Shayne Gostisbehere refait surface de nouveau—le nom du défenseur des Flyers de Philadelphie avait été chuchoté dans les couloirs du Centre Bell l’année dernière aussi, faut-il le rappeler.

Mais Joël Bouchard, l’entraîneur du Rocket, estime que toutes les solutions sont à Laval.

« Les réponses sont toujours à l’interne, a-t-il expliqué mercredi matin. On a Xavier Ouellet qui revient au jeu (mercredi soir) après une blessure, on a des défenseurs ici qui se donnent depuis le début de l’année, et notre travail, c’est de bien les préparer. Ensuite, je laisse Claude Julien et Marc Bergevin prendre les décisions. »

Leskinen rappelé

LA PRESSE

Otto Leskinen

En manque de défenseurs, le Canadien a annoncé mercredi en fin de journée le rappel d’Otto Leskinen du Rocket de Laval. Ce défenseur finlandais de 22 ans a récolté un but et un total de 12 points en 24 matchs dans la Ligue américaine depuis le début de la saison.

Notons que Leskinen a été le meilleur pointeur parmi tous les défenseurs dans le camp du Rocket cette saison.