Au début des années 90, les Islanders de New York misaient sur un défenseur robuste qui affectionnait les coups salauds. Un « bum ».

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Son nom ? Darius Kasparaitis.

Un Lituanien.

Pour Don Cherry, c’était un détail embêtant. Depuis des années, l’analyste de CBC vomissait sur les hockeyeurs européens. Des pleutres. Kasparaitis, lui, était différent. Il frappait. Il se battait. Comme un bon « All-Canadian Boy ». Cherry l’adorait. Lorsque son coanimateur Ron MacLean nota la contradiction, Cherry voulut se justifier.

« Il y avait des bons gars même parmi les nazis ! »

Des propos inacceptables.

Réaction de CBC ? Rien. Don Cherry a conservé son poste. À partir de ce moment, l’ancien entraîneur-chef des Bruins de Boston savait qu’il avait le gros bout du bâton avec son employeur. Et il ne s’en est pas privé. Pendant 25 ans, il a ridiculisé les Suédois. Les Russes. Les Tchèques. Les francophones. Sans relâche. Du racisme éhonté, à heure de grande écoute, sur l’une des principales tribunes du Canada anglais.

PHOTO CHAD HIPOLITO, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Don Cherry a multiplié les sorties controversées au fil des ans.

Chaque fois, il repoussait les limites. Mais chaque controverse renforçait son statut. Au point où en 2004, dans le cadre d’une émission spéciale, CBC l’a consacré 7e plus grand Canadien de l’histoire.

Une honte.

Déjà, son parti pris xénophobe était très bien documenté. Ses attaques répétées contre les francophones lui ont même valu une enquête de la commissaire aux langues officielles – un organisme du gouvernement canadien. La preuve était accablante.

– Il a dénoncé la tenue des Jeux de la francophonie « alors que tant de nos athlètes manquent d’argent ».

– Il a qualifié de « peureux » les hockeyeurs qui portent la visière – précisant que ce sont presque tous des francophones et des Européens.

– Il a affirmé – sans preuve – que les problèmes de consommation de drogue dans le hockey junior se limitaient au Québec.

– Il a déclaré que les Jeux olympiques de Nagano, en 1998, « ont commencé sur une mauvaise note, parce qu’il n’y avait pas assez de français dans un party, puis nous avons choisi [comme porte-drapeau] un francophone dont personne n’a entendu parler ». Cet athlète était le médaillé d’or Jean-Luc Brassard.

– Pendant ces mêmes Jeux, il avait qualifié les Québécois de « pleurnichards ».

Pendant un quart de siècle, Don Cherry a insulté les francophones et les Européens. Il aurait dû perdre son emploi une dizaine de fois. Ses patrons ont manqué de courage. Jusqu’à lundi. La direction de Sportsnet l’a finalement congédié, pour des propos racistes tenus pendant le match de samedi soir.

C’était la bonne décision à prendre.

Elle survient juste 25 ans trop tard.

***

Que s’est-il passé samedi soir ?

Don Cherry s’en est pris aux immigrants. Il leur a reproché leur manque de reconnaissance envers le travail des soldats canadiens morts au combat pendant la guerre.

« Vous autres… Vous aimez notre mode de vie. Vous aimez notre lait et notre miel. Vous pourriez au moins payer quelques dollars pour un coquelicot ou quelque chose du genre. Ces gars-là ont payé [de leur vie] pour ce mode de vie que vous aimez au Canada. »

Une remarque déplacée. Insensible. Raciste. Saluée par son faire-valoir Ron MacLean, qui a levé le pouce en l’air.

D’abord, on peut reconnaître le sacrifice des soldats sans porter le coquelicot. Je soupçonne que c’est ce que fait d’ailleurs la majorité de la population canadienne.

Ensuite, des dizaines de milliers de néo-Canadiens sont condamnés à se souvenir de la guerre. Pas juste le 11 novembre. Tous les jours. Parce que leurs proches sont morts dans un conflit armé en Bosnie. En Syrie. En Afghanistan. En Amérique du Sud. S’ils sont ici, c’est précisément parce qu’ils ont fui la guerre. Parce que leur famille a été décimée.

Et parmi les Canadiens de deuxième ou troisième génération, il y en a un très grand nombre dont les pères, grands-pères et oncles ont combattu aux côtés des Canadiens et des Alliés. Notamment des Grecs. Des Indiens. Des Philippins. Eux aussi se souviennent.

Les défenseurs de Don Cherry invoquent la liberté d’expression. Cinquante fois ai-je lu, lundi, qu’en 2019, on ne peut plus dire ou écrire ce qu’on veut.

C’est vrai.

Ça s’appelle la loi.

La diffamation, l’intimidation, le harcèlement et l’incitation à la haine sont tous interdits. Quant aux propos racistes, ils ne doivent plus être tolérés. Pour de maudites bonnes raisons. Ils entraînent une violation de la paix. Ils déchirent les communautés. Ils mettent le feu aux poudres.

La parole de Don Cherry est entendue au Canada anglais. Son message porte. Il attise les tensions ethniques. Il sous-entend qu’il existe deux groupes de Canadiens.

Les bons et les méchants.

Nous contre eux.

C’est déplorable que cet homme ait conservé si longtemps sa tribune le samedi soir. Parce que l’écoute d’un match de hockey devrait nous rassembler.

Et non pas nous diviser.