Il y avait de l’action jeudi soir au Centre Bell. Sur la patinoire, où Victor Mete et Nick Suzuki ont chacun compté leur premier but dans la LNH. Mais aussi sur la galerie de presse, où il y avait plus de dépisteurs que d’espions dans un hall d’hôtel de Vienne pendant la guerre froide.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Seize équipes ont demandé une accréditation.

Plus de la moitié de la LNH.

C’est beaucoup. Pour vous donner une idée, au plus fort de la période des transactions, en février dernier, il y avait environ 10 dépisteurs par rencontre. Alors, comment expliquer cet intérêt démesuré pour un match entre le Canadien et le Wild un jeudi soir d’octobre ?

D’abord, à cause du Wild. Une équipe exécrable, aux prises avec des contrats épouvantables. Zach Parise et Ryan Suter, 35 et 34 ans, gagneront chacun 45 millions au cours des six prochaines saisons. Le Wild sera assurément vendeur cet hiver. Peut-être même dès cet automne.

Mais le Canadien suscite aussi la curiosité. Claude Julien a pris le porte-voix mercredi pour réclamer un défenseur gaucher. Pas pour le sprint avant les séries. Pour hier.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Ben Chiarot est l’un des nombreux défenseurs gauchers acquis par le Canadien de Montréal au cours des dernières années.

Son patron, Marc Bergevin, en a acquis plusieurs depuis trois ans. Nikita Nesterov. Brandon Davidson. Rinat Valiev. David Schlemko. Mike Reilly. Gustav Olofsson. Jordie Benn. Brett Kulak. Karl Alzner. Ben Chiarot. Pendant la même période, il en a aussi repêché neuf. Malgré tout, la quête se poursuit.

Pourquoi ?

Parce que les clubs veillent jalousement sur leurs bons défenseurs gauchers. De tous les joueurs échangés depuis un an, seulement 14 défenseurs gauchers évoluent cette saison dans la LNH. Et de ce groupe, devinez lequel est le meilleur lors de ses 25 derniers matchs (en date de jeudi) ?

1. Brett Kulak 3-9-12, + 8
2. Jake Muzzin 4-7-11, + 5
3. Marcus Pettersson 1-9-10, + 5
4. Michael Del Zotto  1-6-7, + 3
5. Brad Hunt 3-3-6, -2

Brett Kulak. Celui-là même qui est parfois retranché de l’alignement du Canadien. Que personne ne voit au côté de Shea Weber. De tous les arrières gauchers échangés depuis un an, il est celui qui connaît la meilleure séquence offensive.

Chapeau aux dépisteurs du Canadien.

Maintenant, ça vous donne une idée du défi qui attend Marc Bergevin. Il doit trouver un meilleur joueur que Kulak ou Mete. Dans un marché qui favorise les vendeurs. Alors que lui est un acheteur pressé.

Bonne chance.

Les coûts d’acquisition sont sûrement (trop) élevés. Mais pour la forme, regardons les possibilités de transactions avec les équipes qui comptent au moins quatre défenseurs gauchers capables de jouer dans la LNH. Des plus improbables aux plus réalistes.

Colombus

Zach Werenski, Ryan Murray, Markus Nutivaara, Vladislav Gavrikov

Deuxième choix au total en 2012, Ryan Murray n’a jamais comblé les attentes. Depuis trois ans, il n’a disputé que 166 parties et compté que 4 buts. Tout ça pour un salaire annuel de 4,6 millions que les Blue Jackets refileraient volontiers à une autre équipe.

Winnipeg

Josh Morrissey, Dmitry Kulikov, Ville Heinola, Anthony Bitetto, Carl Dahlström

Les Jets attendent de connaître les plans de Dustin Byfuglien. S’il prend définitivement sa retraite, la défensive souffrira d’un déséquilibre vers la gauche. Un rééquilibrage pourrait être souhaitable. L’éclosion de la recrue Ville Heinola, 18 ans, permettrait aux Jets d’échanger un gaucher. Le problème ? Ni Dahlström, ni Kulikov, ni Bitetto n’ont un grand potentiel offensif.

Anaheim

Cam Fowler, Hampus Lindholm, Brendan Guhle, Michael Del Zotto, Jacob Larsson

Les Ducks ont dépêché un directeur et un dépisteur au Centre Bell jeudi soir. Oubliez Fowler. Il vient de signer un contrat à long terme avec une clause de non-mouvement. Lindholm, lui, renforcerait le Canadien immédiatement. Son nom a circulé dans les rumeurs l’hiver dernier. Les Ducks ont finalement préféré se départir d’un autre défenseur aux statistiques similaires, Brendan Montour. Le coût pour les Sabres ? Un choix de 1er tour et un espoir prêt à jouer dans la LNH (Guhle). Cher payé pour un défenseur de 30 points.

Pittsburgh

Marcus Pettersson, Brian Dumoulin, Jack Johnson, Juuso Riikola, Pierre-Olivier Joseph

Les défenseurs les plus intéressants de ce groupe sont les plus petits salariés (Pettersson, Joseph, Riikola). Le hic ? Les Penguins sont accotés sur le plafond salarial. Il faudrait une combinaison d’espoirs et de choix pour que ça fonctionne. Tout indique que Riikola est disponible. Les Penguins l’ont même essayé en attaque dernièrement. Il possède un bon lancer frappé, mais est-il meilleur que Mete ou Kulak ? J’en doute. Joseph présente un beau potentiel offensif. Son stage dans la Ligue américaine ne fait que commencer. Et le Canadien a besoin d’aide maintenant.

Colorado

Nikita Zadorov, Samuel Girard, Ryan Graves, Ian Cole, Mark Barberio

L’Avalanche a le vent dans les voiles. Premier de sa division. Parmi les favoris pour la Coupe. Idéalement positionné pour réaliser une transaction majeure avec une marge de huit millions sous le plafond salarial. Il a même le luxe de retrancher de son alignement Nikita Zadorov, 24 ans, un défenseur gaucher format géant (6 pi 6 po) qui génère peu d’offensive, mais dont le contrat est abordable (3,2 millions). Zadorov était sur le marché l’hiver dernier.

Chicago

Erik Gustafsson, Duncan Keith, Olli Maatta, Calvin de Haan, Slater Koekkoek, Nicolas Beaudin

Le Canadien a besoin d’un défenseur gaucher. Les Blackhawks en ont. Les Blackhawks ont besoin de renfort au centre. Le Canadien en a. Nicolas Beaudin, 20 ans, comblerait plusieurs besoins. Excellent patineur, il possède une bonne vision du jeu et est pressenti pour devenir quart-arrière en avantage numérique. Il sera bientôt prêt à faire le saut dans la LNH. Cela dit, un joueur de son talent coûte cher. Je parie que le Canadien – qui a échangé Andrew Shaw aux Hawks cet été – s’est déjà renseigné sur la compensation exigée pour chaque défenseur de Chicago. Si le prix avait été bon, la transaction aurait déjà été conclue.

Arizona

Oliver Ekman-Larsson, Jordan Oesterle, Niklas Hjalmarsson, Alex Goligoski, Jakob Chychrun

Il y a plus de trafic du côté gauche de la défensive en Arizona que sur l’autoroute 10 le dimanche en fin d’après-midi. Sur papier, on a donc une occupation double. Les Coyotes, qui ont raté les séries les sept dernières saisons, risquent d’être dans le camp des acheteurs. Pour se donner du « lousse », ils pourraient vouloir se départir d’un contrat important. Hjalmarsson et Goligoski gagnent chacun 5 millions et seront joueurs autonomes dans deux ans. Par contre, ils ont des clauses de non-mouvement dans leur contrat. Compliqué.

Philadelphie

Ivan Provorov, Robert Hagg, Travis Sanheim, Shayne Gostisbehere

Shayne Gostisbehere, 26 ans, a le profil recherché par le Canadien. Résolument offensif. Mais sa production a fondu l’année dernière, de 65 à 37 points. Il a aussi été blanchi lors de ses cinq matchs cette saison. Avec un salaire annuel de 4,5 millions pour encore quatre ans, il représente un beau risque que Marc Bergevin pourrait se permettre.

Vegas

Shea Theodore, Nate Schmidt, Brayden McNabb, Nicolas Hague, Jon Merrill, Nick Holden

Les six défenseurs les mieux payés des Golden Knights sont tous gauchers. Une anomalie. Le club est aussi coincé sous le plafond salarial. Pas idéal pour aller chercher du renfort dans le dernier sprint, surtout quand on est parmi les favoris pour gagner la Coupe. Le Canadien pourrait devenir un partenaire intéressant pour Vegas. Encore une fois.