Après ce match somme toute très amical, hier après-midi au Centre Bell, Michael McCarron a paru agréablement surpris quand on lui a fait remarquer qu’il avait l’air plus rapide cette saison.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

« Vraiment ? Je n’ai pourtant rien fait de vraiment différent cet été, a-t-il commencé par répondre. Je travaille sur mon coup de patin tous les étés, ce n’est pas nouveau. »

Mais cette fois, McCarron a travaillé un peu plus. C’est ce qu’il faut faire quand, comme lui, on est un ancien choix de premier tour qui a encore tout à prouver, un ancien choix qui a en poche un modeste contrat d’une saison à deux volets.

« C’est ma cinquième année chez les pros… mais j’ai probablement passé plus de temps sur la glace que par le passé lors de la saison morte. Mon épaule [gauche] s’est pleinement rétablie en avril, alors j’ai repris l’entraînement en avril. En mai, je suis allé sur la glace deux fois par semaine. En juin, c’était trois fois par semaine. En juillet, de trois à quatre fois, et puis en août, de quatre à cinq fois par semaine. Ça m’a aidé, je pense. »

Un plan

McCarron fait partie de ces attaquants qui ont une énorme côte à remonter, et c’est un peu ces gars-là qu’il va falloir avoir à l’œil au cours des prochains jours. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que l’entraîneur-chef Claude Julien aime bien décider de ses trios à l’avance en espérant n’avoir à toucher à rien. On sait bien qu’il est très tôt, mais c’est comme ça.

Déjà, ce match amical entre les Rouges et les Blancs – les Rouges ont gagné 5-4 en tirs de barrage, en passant – nous a permis de voir certaines choses, dont un trio composé de Max Domi au centre, de Jonathan Drouin à gauche et d’Artturi Lehkonen à droite, un autre avec Phillip Danault au centre de Tomas Tatar et de Brendan Gallagher, et un autre avec Jesperi Kotkaniemi au centre de Paul Byron et de Joel Armia.

Ça ne laisse pas beaucoup de place pour les autres, et McCarron en est bien conscient.

Les prochaines semaines seront immenses pour moi. Je ne sais pas trop ce que l’équipe a en tête en ce qui me concerne. Je suis capable d’être un joueur de la LNH, c’est ce que je crois. Je suis prêt à le prouver. On verra bien.

Michael McCarron

En défense, il y a aussi des évidences : Victor Mete avec Shea Weber, ça ne changera sans doute pas, tout comme Jeff Petry, qui est bien installé en compagnie de Ben Chiarot. Mais il reste de la place sur le dernier duo.

Peu importe. On ne va pas se mettre à tirer de grandes conclusions d’un match amical par un beau dimanche après-midi de septembre, devant quelque 20 000 fans passionnés, et on ne va pas le faire non plus ce soir, alors que les Devils du New Jersey seront de passage ici pour le premier match du calendrier préparatoire.

Mais déjà, tout de même, on peut remarquer que l’entraîneur-chef a un début de plan en tête. Reste à voir si ce plan comprend des surprises ou pas.

Michael McCarron, lui, souhaite pouvoir en causer une.

Prochain match : Devis du New Jersey c. Canadien, ce soir à 19 h au Centre Bell (préparatoire)