« Est-ce que le Canadien est sur les rangs pour embaucher Jake Gardiner ? – Non. » Un mot. Trois lettres. Ce fut la réponse la plus courte du directeur général du Canadien, Marc Bergevin, lors de notre entretien de vendredi dernier. Une heure plus tard, mon téléphone vibrait. Une alerte. Jake Gardiner signait un contrat de 16 millions (quatre ans) avec les Hurricanes de la Caroline.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Ceci expliquait cela.

Ce que j’ignorais alors, c’est que le Canadien a courtisé le défenseur de 29 ans cet été. Il lui a même présenté une offre au début du mois de juillet. Marc Bergevin l’a confirmé hier matin en point de presse. Combien d’argent ? Combien d’années ? Le DG du Tricolore s’est refermé comme la défense des Devils de Jacques Lemaire après avoir compté le premier but. « On lui a fait une offre intéressante pour nous. Le joueur a décidé d’attendre. Ça lui appartient. »

Point.

J’ai fait des appels. Un contact dans la LNH m’a détaillé les deux offres. Celle du Canadien et celle des Hurricanes.

– Canadien : 15,75 millions pour 3 ans. Moyenne de 5,25 millions par saison.

– Hurricanes : 16,2 millions pour 4 ans. Moyenne de 4,05 millions par saison.

Pour un écart annuel de 1,2 million.

Quand même.

PHOTO KIM KLEMENT, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Jake Gardiner

C’est vrai, Raleigh a ses charmes. On peut faire du pédalo au parc Pullen. Cet automne, le musée d’art présentera une expo sur Frida Kahlo. Les maquettes de dinosaures au musée des sciences naturelles sont impressionnantes. Mais est-ce que ça vaut une perte de 1,2 million par année ?

Non.

Le taux d’imposition ?

Oui, il y a un écart important entre le taux d’imposition maximal en Caroline du Nord et celui du Québec. Dix points de pourcentage. Mais l’offre du Canadien restait quand même plus avantageuse.

Le temps de jeu ?

À Montréal, Jake Gardiner aurait évolué dans le top 4, à la gauche de Shea Weber ou de Jeff Petry. En Caroline, il aura des responsabilités semblables, avec des possibilités en supériorité numérique. Kif-kif.

La qualité de l’équipe ?

Les Hurricanes ont inscrit 99 points l’hiver dernier. Le Canadien ? 96. Avantage Hurricanes, qui viennent d’atteindre les demi-finales de la Coupe Stanley. Mais sur le moyen terme, le potentiel des deux équipes est semblable.

Alors, quelle est la raison ?

Durant sa conférence téléphonique avec les journalistes de Raleigh, vendredi, Jake Gardiner est resté laconique. « Plusieurs équipes désiraient des ententes d’une ou deux années. Je ne voulais pas revivre cela encore une fois. [Avec les Hurricanes], c’est une bonne opportunité avec une très bonne équipe. »

Je comprends qu’un joueur préfère un contrat à long terme. Mais là, le Canadien lui offrait pratiquement le même salaire que les Hurricanes… pour une année de travail de moins !

***

Une autre explication a circulé dans les dernières heures, notamment dans les médias. Jake Gardiner préférerait ne plus jouer dans un grand marché canadien. Ce serait plausible. Et légitime.

Ces derniers mois, à Toronto, les fans des Maple Leafs l’ont pris à partie. Il fut leur punching bag. Leur bouc émissaire. Leur souffre-douleur. Comme Patrice Brisebois à Montréal il y a 20 ans.

C’était devenu lourd.

En janvier dernier, dans une partie contre l’Avalanche du Colorado, les fans se sont déchaînés contre lui. Ils l’ont hué chaque fois qu’il a touché à la rondelle en troisième période. À domicile. Un épisode qui semble l’avoir marqué. « Ce n’est pas quelque chose que vous voulez entendre », avait-il déclaré – émotif – après la rencontre. Plusieurs coéquipiers, notamment Morgan Rielly et Mitchell Marner, avaient dû le défendre face aux fans.

Les insultes ont repris ce printemps. Pendant la série contre les Bruins de Boston, les partisans l’ont accusé d’être responsable de tous les maux de la Terre, de Mars, de Saturne et d’Uranus. Le septième match fut le théâtre d’un défouloir collectif contre Gardiner. Au coup de sifflet final, c’était clair qu’il avait joué son dernier match dans l’uniforme des Leafs.

Après huit saisons dans un marché sous forte pression, Jake Gardiner a-t-il préféré un salaire annuel moindre en Caroline pour gagner un peu de quiétude ?

Ça ressemble à ça.

C’est dommage pour les fans du Canadien. Encore une fois, me direz-vous. Je suis d’accord. Les attentes élevées des partisans n’ont pas été comblées par la direction. Sauf que dans le cas précis de Jake Gardiner, il est difficile d’accuser le Canadien d’avoir misé trop bas. Comme l’a indiqué avec justesse le président et propriétaire Geoff Molson hier (à propos de Gardiner) : « C’est une rue à deux sens. Ça nous intéresse. Mais ça prend de l’intérêt de l’autre côté aussi. »