(Calgary) Tout au long de la prochaine saison, on parlera de Mark Giordano comme du détenteur du trophée Norris.

Donna Spencer
La Presse canadienne

Pour le seul joueur de l’histoire des Flames de Calgary à avoir remporté cet honneur, il s’agit d’une grande motivation.

« Tu veux prouver que ce n’est pas l’histoire que d’une saison, a-t-il déclaré lundi. Tu veux t’améliorer. Quand tu regardes les meilleurs joueurs de la ligue, la chose qui revient toujours est la constance. Je veux être ce joueur, connaître une autre bonne saison. »

Giordano est devenu seulement le quatrième défenseur en 65 ans à mettre la main sur ce trophée après 35 ans. Les autres sont Nicklas Lidström, Doug Harvey et Al MacInnis. La conclusion de son discours lors du gala de la LNH en juin — « Poursuivons dans cette voie. Je me sens jeune. Je me sens frais. » — a servi de munition à ses coéquipiers et amis pour le taquiner tout l’été.

« Je reçois encore des textos avec le mot-clic ’jeune et frais’ chaque semaine, a admis Giordano, qui aura 36 ans le 3 octobre. […] Des amis ont même fait faire des t-shirts avec le mot-clic. »

Que Giordano sente jeune et frais est de bon augure pour la saison 2019-2020 des Flames, sa septième comme capitaine du club.

Le Torontois de six pieds, 200 livres, a mené le circuit Bettman avec un différentiel de plus-39 l’an dernier. Il a conclu au deuxième rang des marqueurs chez les défenseurs avec 17 buts et 57 aides. Les Flames ont terminé au sommet de l’Ouest avec une récolte de 107 points, leur meilleure saison depuis leur conquête de la coupe Stanley, en 1989. Ils se sont tout de même inclinés en cinq matchs devant l’Avalanche du Colorado, au premier tour.

L’été n’a rien fait pour minimiser la frustration de Giordano.

« La façon dont nous avons été exclus fait encore mal. Nous n’avons pas été en mesure d’imposer notre style de jeu. Nous n’avons pas été aussi agressifs que nous pouvons l’être. […] De regarder le reste des séries en pensant que vous pouvez battre les équipes toujours en lice n’aide pas davantage. C’est maintenant à nous de passer à un autre niveau. »

Si l’équipe ne parvient pas à s’entendre avec le joueur autonome avec compensation Matthew Tkachuk, auteur de 34 buts en 2018-19, il manquera un gros morceau à leur formation.

« Il n’y a pas de doute qu’il est important pour notre club, a dit Giordano de Tkachuk. Il donne son 100 % chaque soir. Je luis parle souvent. On tente de rigoler de la situation. Ça finit toujours par s’arranger, mais on espère que ce soit plus tôt que tard. »

Cette absence pourrait s’ajouter à celle du défenseur de 20 ans Juuso Valimaki. Le choix de premier tour en 2017 ratera le début de la campagne en raison d’une déchirure du ligament croisé antérieur du genou, subie au début août.

« Le plus difficile, c’est que tu ne sais pas combien de temps tu devras t’absenter, a dit Giordano. Une fois en rééducation, il s’en tirera. Ça a été difficile d’apprendre cette nouvelle, car c’est déjà un rouage important de notre club. Il le sera pendant plusieurs années. »

Les Flames ont ajouté deux ex-Oilers à leur formation cet été : le gardien Cam Talbot et l’attaquant Milan Lucic. Les Flames ont cédé James Neal aux Oilers pour obtenir Lucic, une transaction impliquant deux joueurs offrant des performances en deçà des attentes et touchant un gros salaire.

« J’ai joué contre Lucic pendant de nombreuses saisons. C’est un gars qui peut faire changer le cours d’un match, doté d’une tonne d’expérience. Il sera un leader pour notre équipe », a souligné Giordano.