Le lendemain de veille semble déjà commencé à Columbus.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Le président, John Davidson, s’apprêterait à accepter un poste semblable avec les Rangers de New York, selon le NY Post.

On ne sait pas à quand remonte sa décision. Si Davidson la mûrissait depuis un certain temps, on comprend mieux les choix des Blue Jackets de miser sur le succès à court terme, à la date limite des échanges.

PHOTO EAMON QUEENEY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

John Davidson

Mais peu importe l’option, le pari serait demeuré audacieux. On a pris un risque en vidant la banque de choix au repêchage pour Matt Duchene et Ryan Dzingel et en conservant les droits sur Sergei Bobrovsky et Artemi Panarin sans rien obtenir en retour, mais on aurait aussi pris un risque en optant pour une reconstruction complète avec une formation aussi aguerrie et capable de percer en séries. En bref, les Blue Jackets étaient coincés dans une situation impossible parce que ses deux vedettes russes ont refusé de signer une prolongation de contrat cet hiver. 

Le DG Jarmo Kekalainen a dit ceci de très révélateur après l’élimination des Blue Jackets lundi soir : « Nous irons de l’avant avec des joueurs qui désirent jouer pour les Blue Jackets, qui sont fiers d’habiter Columbus et qui aiment être ici. C’est vraiment important pour nous que nos joueurs “saignent” en bleu. Ceux qui ne veulent pas être ici, et bien bonne chance... »

Le message s’adressait à Panarin et Bobrovsky et pouvait révéler le mal qui rongeait l’équipe malgré les succès de fin de saison.

PHOTO GEOFF BURKE, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Sergei Bobrovsky (72) et Artemi Panarin (9)

Columbus ne devrait pas plonger dans les abîmes du classement malgré le départ de ses joueurs autonomes. La défense des Blue Jackets demeure trop puissante. Seth Jones, Zack Werenski, David Savard et Ryan Murray, quand il est en santé, forment l’un des meilleurs top quatre de la LNH. Une troisième paire constituée de Markus Nutivaara et Vladislav Gavrikov constituerait un luxe.

Pierre-Luc Dubois, Cam Atkinson, Josh Anderson, Boone Jenner, Oliver Bjorkstrand et Nick Foligno reviennent avec l’équipe et permettent à Kekalainen de conserver un noyau intéressant à l’attaque. Atkinson vient de marquer 41 buts, Dubois et Anderson en ont compté 27 chacun.

Duchene et/ou Dzingel pourraient choisir de rester et grossir ce noyau. Mais conserver Duchene coûtera un choix de première ronde supplémentaire, en 2020. Kekalainen devra être créatif pour ajouter de la profondeur.

PHOTO JAY LAPRETE, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Matt Duchene (95) et Ryan Dzingel (19)

Emil Bemstrom, 19 ans, un choix de quatrième ronde en 2017, vient de connaître une saison de 35 points en 47 matchs à Djurgardens et pourrait rejoindre Columbus la saison prochaine.

Devant le filet, aurait-on voulu garder un gardien dont les nerfs craquent à chaque fois dans les moments cruciaux ? On donnera toutes les chances au Letton Elvis Merzlikins, 25 ans, de se faire valoir au camp d’entraînement.

Merzlikins a brillé ces dernières saisons en Suisse et surtout au Championnat mondial l’an dernier avec une moyenne de 1,50 et un taux d’arrêts de .940. Pour certains, il est le meilleur gardien à ne pas jouer dans la LNH.

Davidson quitterait Columbus pour des Rangers en pleine reconstruction. Davidson a grandi avec les « Blue Shirts ». Il s’est joint à l’organisation en 1975 et a constitué leur gardien numéro un pendant cinq ans. JD, comme on le surnomme, a été commentateur pour MSG, le réseau des Rangers, entre 1983 et 2006, avant de se joindre aux Blues à titre de président, puis aux Blue Jackets en 2012.

En 2013, Davidson posait un geste historique en embauchant le premier DG d’origine européenne de l’histoire de la LNH, Kekalainen, avec qui il avait œuvré chez les Blues pendant quelques saisons.

Les défis sont nombreux chez les Rangers. Mais ils regorgent de jeunes joueurs de talent et de choix au repêchage. Ils repêcheront deux fois en première ronde dans quelques mois et auraient pu bénéficier d’un troisième si les Stars de Dallas l’avaient emporté en prolongation hier et atteint la finale d’Association (le choix obtenu pour Mats Zuccarello restera un choix de deuxième ronde).

PHOTO JEFF CURRY, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Mats Zuccarello (36)

Ils pourraient néanmoins recevoir un choix de première ronde en 2020 si Zuccarello signe une prolongation de contrat à Dallas. Avec 11 points en 13 matchs en séries, Zuccarello recevra peut-être une belle offre de contrat de la part de Jim Nill.

Kekalainen ne pourra jamais blâmer son allié de longue date s’il quitte le navire à ce moment-ci. Qui d’autre aurait eu l’audace de lui donner la chance de diriger une équipe de la Ligue nationale de hockey dans un milieu aussi conservateur ?

À LIRE

PHOTO JEFF CURRY, USA TODAY SPORTS

Patrick Maroon (7)

Les Blues de St. Louis méritaient de remporter ce septième match, hier, tellement ils ont dominé les Stars de Dallas. Ben Bishop a finalement cédé après un match extraordinaire devant Patrick Maroon, opportuniste en saisissant un retour de lancer du jeune Robert Thomas, en deuxième période de prolongation. St. Louis, dernier au classement de la LNH en janvier, attend le gagnant de la série entre les Sharks et l’Avalanche.