Source ID:efef5b57f1373448a511bc2bf361ae37; App Source:StoryBuilder

Blackhawks-Canadien: quand les meilleurs ne sont pas les meilleurs

Quand vous parcourrez notre dossier sur le match d'hier, vous noterez que Nate Thompson a reçu la mention « En hausse ». Une mention bien méritée. Mais Nate Thompson est le centre du quatrième trio.

Claude Julien s'est fait questionner sur la présence d'Artturi Lehkonen en fin de match, alors que le Canadien attaquait à six patineurs. Il a défendu avec passion le numéro 62, qui a été victime du plus beau des 48 arrêts que Corey Crawford a exécutés hier. Lehkonen n'a pas démérité hier. Mais on parle ici d'un ailier confiné aux deux derniers trios.

Un autre qui a fait parler de lui après la rencontre : Jordan Weal, qui a joué 19 minutes hier. Pour vous assurer que ce n'est pas une coquille, voici en lettres : dix-neuf minutes. Weal, rappelons-le, a été acquis au coût d'un joueur de la Ligue américaine il y a un mois.

C'est un peu tout ça qui explique le rude passage que traverse le Canadien actuellement. Des joueurs marginaux se signalent, réussissent de beaux jeux, passent bien près de marquer. Mais ceux qui sont censés être les meilleurs, eux, ne le sont pas. Ça se traduit donc par des défaites comme celle d'hier où, malgré des efforts louables, le Tricolore se fait battre 2-0 par les Blackhawks de Chicago.

Allons-y par position. À l'avant, les deux talents les plus purs (à l'exception d'un Jesperi Kotkaniemi qui est peu à peu rattrapé par la vie) sont Max Domi et Jonathan Drouin. 

Domi est au ralenti depuis sa soirée faste de cinq points contre Detroit. Il n'a que trois points à ses huit dernières sorties, dont un but dans un filet désert. Il ne transporte plus son équipe comme il le faisait auparavant.

Drouin ? Blanchi hier pour la 15e fois en 16 sorties. Encore des pertes de rondelle au mauvais moment. Quand un joueur de son talent n'est employé qu'une quinzaine de minutes dans un contexte aussi crucial que le match d'hier, ça en dit long sur l'évaluation qu'en font les entraîneurs. Drouin a aussi refusé de rencontre les médias après la rencontre, tout comme Andrew Shaw.

Par son titre de capitaine, par son expérience, par sa prestance, Shea Weber est le pilier de l'unité défensive. Hier, il a de nouveau livré une prestation qui incite les observateurs à se demander s'il est en pleine forme. Après le match, on lui a demandé s'il jouait blessé. Réponse : « Non. » Il a répondu avant même la fin de la question, tel un participant zélé à Génies en herbe.

Reste Carey Price, qui, lui, fait son gros possible. Mais quand l'adversaire réalise de beaux « tic-tac-toes » comme celui qui a mené au but d'assurance de Brendan Perlini, il n'y a pas grand-chose qu'un gardien puisse faire. Et hier, même s'il n'a pas été mauvais, Price avait face à lui un gardien en état de grâce, qui a gagné le duel.

Price, donnons-lui le mérite qui lui revient, s'est présenté dans le vestiaire après le match et a tenté du mieux qu'il le pouvait de calmer la tempête, après une quatrième défaite en cinq matchs du CH.

« C'est le moment de jouer avec l'énergie du désespoir. Il faut garder une attitude positive. Le négativisme ne nous aidera pas. On ne peut pas se morfondre. C'est facile de se lever [ce matin], de se reposer, de revenir au travail [demain] et de continuer à pousser », a expliqué le numéro 31, qu'on a déjà vu bien moins loquace dans des situations tendues.

Le temps presse

Quand la sirène finale s'est fait entendre hier, Jeff Petry a montré un rare signe de frustration, y allant d'un coup de bâton bien senti sur la rondelle.

« Les défaites sont toutes aussi frustrantes les unes que les autres à ce stade-ci. On est bien conscients de notre situation. On doit puiser dans nos ressources et trouver une façon de nous en sortir », a commenté Petry après la rencontre.

Pendant ce temps, les Hurricanes gagnent, les Blue Jackets obtiennent un point dans la défaite. Le Canadien recule à trois points d'une place en séries, avec dix petits matchs à jouer et des tendances récentes qui ne pointent pas du tout dans la bonne direction.

Les piliers mentionnés plus haut n'ont d'autre choix que de se lever, car ce ne sont pas Lehkonen, Thompson et Weal qui vont permettre à cette équipe de se qualifier pour les séries. Mais même s'ils se lèvent, le temps commence à manquer.




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer