La fin de la récréation vient-elle de sonner ? Toujours est-il que Marc Bergevin a envoyé hier un signal fort aux directeurs généraux de la Ligue nationale qui sont en négociation avec des joueurs autonomes avec compensation.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

On peut en effet nommer une douzaine de véritables joueurs d’impact qui, comme Sebastian Aho, sont actuellement sans contrat et susceptibles de recevoir une offre hostile.

Qui sont-ils ? Dans l’Association de l’Est, Mitch Marner, Brayden Point, Ivan Provorov, Zach Werenski et Jacob Trouba. Dans l’Ouest, ça se passe surtout à l’attaque : Mikko Rantanen, Patrik Laine, Kyle Connor, Matthew Tkachuk et Brock Boeser.

La pression peut venir de deux sources. D’une part, Bergevin a ouvert la porte à ses confrères en déposant la première offre hostile dans la LNH en six ans. Reste à voir s’ils suivront. D’autre part, le CH redeviendra dangereux pour ces directeurs généraux qui négocient avec des joueurs sans contrat si les Hurricanes de la Caroline égalisent bel et bien l’offre du CH et retiennent les services d’Aho.

Officiellement, tous disent que leurs plans ne sont pas bousculés, car ils ne vont évidemment pas se placer en position de faiblesse en énumérant publiquement leurs inquiétudes. Au Colorado, Joe Sakic doit s’entendre avec Rantanen, qui vient de connaître des saisons de 84 et 87 points.

Je ne suis pas préoccupé du tout. On a beaucoup d’espace pour ça. On voulait s’en garder pour se prémunir contre ça, donc je ne suis pas inquiet.

Joe Sakic, directeur général de l’Avalanche du Colorado

« J’ai rencontré son agent au repêchage, on va attendre qu’il me revienne, a dit le DG de l’Avalanche, en conférence téléphonique. Le camp commence seulement le 12 septembre. L’offre hostile à Aho crée une base de comparaison. Plus il y aura de contrats signés, plus ça deviendra facile. »

À New York, Jeff Gorton doit s’entendre avec Trouba, qu’il vient d’acquérir des Jets de Winnipeg. « Je ne crois pas que ça change beaucoup. On a eu de bonnes conversations, je crois que ça va continuer », a dit le directeur général des Rangers, lui aussi en conférence téléphonique.

Kyle Dubas, lui, a appris la nouvelle de l’offre hostile en plein point de presse avec les médias torontois. Ce même Dubas négocie actuellement avec Marner, possiblement le plus gros nom parmi les joueurs autonomes avec compensation.

« Nous avons travaillé résolument pour nous assurer d’être parés à toute éventualité, d’être protégés pour tous les scénarios », a expliqué le jeune DG des Maple Leafs.

Perte de contrôle

« Tous les scénarios. » C’est là que Dubas met le doigt sur le bobo. Il n’y a aucun doute que la grande majorité de ces équipes égaleront toute offre hostile. Depuis 2005, une seule des huit offres hostiles déposées n’a pas été égalée. Dans le cas d’Aho, le directeur général Don Waddell avait déclaré publiquement, avant le dépôt de l’offre du CH, qu’il égalerait toute proposition pour son ultra-talentueux attaquant.

Dubas vient de conclure deux méga-transactions justement dans le but de se donner l’espace nécessaire pour s’entendre avec Marner ; il n’a pas fait tout ça pour récolter des choix au repêchage en échange de Marner.

Sakic a 27 millions d’espace sous le plafond, soit toute la latitude nécessaire pour égaler une offre hostile à Rantanen.

Comme Jim Morrison en 1967, les Rangers veulent le monde et ils le veulent maintenant. Ils viennent de repêcher Kaapo Kakko et de s’entendre avec Artemi Panarin ; ils vont trouver une solution pour égaler toute offre faite à Trouba.

IMAGE TIRÉE DE LA CONVENTION COLLECTIVE DE LA LNH

Exemple d’un formulaire d’offre « hostile »

Mais le danger pour ces équipes, c’est d’être embêtées comme l’est présentement Waddell. Le directeur général des Hurricanes a grogné au sujet de la durée de l’offre (cinq ans) du Canadien. La structure, avec beaucoup de bonis à payer cet été et le 1er juillet prochain, est également contraignante. C’est ce genre d’irritants qui guette les DG qui ont des joueurs autonomes avec compensation sans contrat : la perte de contrôle sur la structure du contrat.

Sakic a rappelé comment un DG rival pourrait lui nuire dans le dossier Rantanen. « J’aimerais mieux un contrat à long terme. Mais à la base, je veux qu’on s’entende. Si ça doit être court, ce le sera. » D’autres DG souhaiteront un contrat transitoire, à court terme. Les Jets sont-ils vraiment à l’aise de donner une entente de sept ans à Laine, après que le Finlandais eut terriblement manqué de constance la saison dernière ? Ils perdront le contrôle de cette décision si une offre hostile est déposée.

Il est fort possible qu’aucun de ces scénarios ne se matérialise, que les DG continuent à faire preuve de retenue et laissent Bergevin seul dans son camp. Mais il est désormais imprudent de tenir ce scénario pour acquis. Car il y a eu un précédent.

L’Est hostile

La saga Aho a accaparé l’attention hier, mais une fois la poussière retombée, on note surtout que la donne se complique drôlement dans l’Association de l’Est. La saison dernière, le Canadien a raté les séries malgré une forte récolte de 96 points, et il y a lieu de croire que le seuil de qualification sera encore très élevé cette saison.

–  Le Lightning de Tampa Bay conserve jusqu’ici son noyau intact. La perte de J.T. Miller sera comblée sans trop de difficulté dans une organisation où les attaquants top 9 poussent comme de la mauvaise herbe.

– Le portrait n’est pas encore finalisé à Toronto, mais pour l’heure, Dubas a au moins réussi à compenser ses pertes en obtenant les défenseurs Tyson Barrie et Cody Ceci.

– Les Rangers de New York ont ajouté Kakko et Panarin sans céder aucun joueur. C’est là une injection pure de talent. En défense, Trouba est largement supérieur à celui qu’il remplace, Neal Pionk.

– Comme les Rangers, les Devils du New Jersey injecteront beaucoup de talent (P.K. Subban et le premier choix, Jack Hughes) sans avoir eu à sacrifier de joueurs.

– Les Panthers de la Floride ont trouvé un gardien numéro un digne de ce nom en Sergei Bobrovsky, en plus d’avoir embauché à prix fort raisonnable l’attaquant Brett Connolly et le défenseur Anton Stralman.

– Les Islanders de New York auraient pu perdre beaucoup cet été ; ils ont limité les pertes à Robin Lehner, qu’ils ont remplacé par Semyon Varlamov. Ce dernier devrait bien paraître dans le système hermétique de Barry Trotz.

Chez les Capitals de Washington, Brian MacLellan a limité les pertes nettes à l’attaquant Andre Burakovsky. Mais il voit bien ce qui se trame dans la division Métropolitaine.

« Ça va être tout un défi dans notre division la saison prochaine. Toutes les équipes qui avaient fini dans le bas du classement se sont améliorées, a-t-il affirmé en conférence téléphonique. Alors il y aura du hockey compétitif qui va se jouer dans notre division. Je m’attends à ce que notre division soit la meilleure de la LNH la saison prochaine. »

PHOTO CHRISTOPHER HANEWINCKEL, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Shea Weber

Les dernières offres hostiles dans la LNH

28 février 2013, Ryan O’Reilly, Colorado Offre : Calgary, 2 ans, 10 millions

18 juillet 2012, Shea Weber, Nashville Offre : Philadelphie, 14 ans, 110 millions

9 juillet 2010, Niklas Hjalmarsson, Chicago Offre : San Jose, 4 ans, 14 millions

8 juillet 2008, Steve Bernier, Vancouver Offre : St. Louis, 1 an, 2,5 millions

1er juillet 2008, David Backes, St. Louis Offre : Vancouver, 3 ans, 7,5 millions

26 juillet 2007, Dustin Penner, Anaheim Offre : Edmonton, 5 ans, 21,25 millions *

6 juillet 2007, Thomas Vanek, Buffalo Offre : Edmonton, 7 ans, 50 millions

12 septembre 2006, Ryan Kesler, Vancouver Offre : Philadelphie, 1 an, 1,9 million

* Cette offre n’a pas été égalée.

Rectificatif: Dans une version antérieure de cet article, nous avions inclus le défenseur des Bruins, Charlie McAvoy, dans la liste des joueurs autonomes avec compensation susceptibles de recevoir une offre hostile. Or, McAvoy ne peut pas recevoir d’offre hostile, même s’il est sans contrat, parce qu’il ne remplit pas les critères d’ancienneté prévus dans la convention collective.