• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Pour Subban, revenir à Montréal c'est comme revenir à la maison 
Source ID:; App Source:

Pour Subban, revenir à Montréal c'est comme revenir à la maison

P.K. Subban Subban a expliqué qu'il aime bien revenir... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

P.K. Subban Subban a expliqué qu'il aime bien revenir par ici pour y revoir ses amis, mais aussi pour continuer son travail avec l'Hôpital de Montréal pour enfants.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

(RICHARD LABBÉ) On peut sortir le joueur de Montréal, mais on ne peut sortir Montréal du joueur.

P.K. Subban sur une la glace à Pierrefonds... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

P.K. Subban sur une la glace à Pierrefonds samedi matin, dans le cadre du camp Subban Defence League.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Voilà qui résume un peu le cas P.K. Subban. Un joueur qui n'est pourtant plus un membre du Canadien depuis déjà plus de deux ans, mais à voir tous ces petits jeunes joueurs qui buvaient ses paroles samedi matin sur une glace de Pierrefonds, dans le cadre du camp Subban Defence League, on pouvait comprendre que la cote d'amour de Subban par ici est bien loin de s'effriter.

Et il s'agit d'un amour qui est bien réciproque, a tenu à préciser le défenseur des Predators de Nashville.

« Revenir ici, c'est un peu comme revenir à la maison, a-t-il expliqué pendant une pause. J'ai beaucoup d'amis ici, des gens que je considère comme des membres de ma famille ou de ma famille élargie. J'ai joué ici, de toute évidence; j'ai été repêché en 2007 [par le Canadien]... et c'est spécial d'avoir encore ce genre de relation avec la ville où j'ai joué. Cette ville, je considère que c'est un peu la maison. »

Subban a expliqué qu'il aime bien revenir par ici pour y revoir ses amis, mais aussi pour continuer son travail avec l'Hôpital de Montréal pour enfants. À ses yeux, c'est ce genre d'implication qui touche les partisans.

« Je ne vois pas le hockey comme un travail, a-t-il ajouté. C'est plaisant d'aller à l'aréna chaque jour et de pouvoir en faire une carrière. Le Centre Bell est un endroit spécial, presque plus que tous les autres, et Nashville fait partie de ce groupe maintenant... Mais il y a de ces arénas où c'est différent, et Montréal offre un environnement spécial aux joueurs. Quand j'étais ici, j'étais vraiment enthousiaste chaque jour. J'ai toujours essayé de tout donner quand j'étais ici... surtout le samedi soir ! Quand il y a un match ici le samedi soir, on sent qu'il y a un buzz dans la journée, en après-midi. C'est vraiment cool, ça me motivait, et je pense que les fans le voyaient. J'ai tout donné ici, autant sur la glace qu'à l'extérieur. »




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer