Source ID:583417; App Source:cedromItem

LNH: apprendre auprès d'une patineuse artistique

Barb Underhill a travaillé avec des joueurs du... (Photo fournie par le Lightning de Tampa Bay)

Agrandir

Barb Underhill a travaillé avec des joueurs du Lightning de Tampa Bay afin de peaufiner leur technique de patinage.

Photo fournie par le Lightning de Tampa Bay

La Ligue nationale de hockey demeure un milieu essentiellement masculin. Sur les patinoires, dans les services des opérations hockey des équipes, la présence féminine y est pratiquement inexistante.

Des femmes dans l'administration, dans les relations publiques et communautaires, parmi les journalistes. Des hommes partout ailleurs.

Mais des femmes font peu à peu leur place parmi les entraîneuses de patinage pour hockeyeurs. Au Québec, Julie Robitaille fait partie des pionnières, et en Ontario, il y a Barb Underhill.

Ancienne patineuse artistique dans les années 80, Mme Underhill a un jour eu l'idée de transmettre ses talents de patineuse à des hockeyeurs, si bien qu'aujourd'hui, elle travaille pour les Maple Leafs de Toronto, le Lightning de Tampa Bay et le Storm de Guelph, dans la Ligue junior de l'Ontario.

«Mon mari s'est joint au groupe de propriétaires du Storm, raconte-t-elle au bout du fil. J'ai commencé à regarder les joueurs de plus près, et je me demandais pourquoi ils faisaient les choses d'une certaine façon. J'ai réalisé que je pouvais les aider à être plus efficaces.»

Et dès ses débuts avec le Storm, un éclair de génie lui a permis de trouver sa technique d'enseignement.

«Mon mari joue au golf, et il regardait une vidéo d'analyse de son élan superposé à celui de Tiger Woods. Je me suis dit: je peux appliquer cette méthode au patinage, je dois juste trouver le Tiger Woods du hockey. Et j'ai trouvé Mike Gartner, un des meilleurs patineurs de l'histoire. Je l'ai filmé de tous les angles, et ça m'a permis de superposer son coup de patin à celui de mes joueurs pour mieux illustrer ce que je leur enseignais.»

«J'utilise la vidéo tous les jours. J'ai une base de données avec des centaines de joueurs, avec des exemples de toutes les techniques, toutes les situations. Donc quand je serai trop vieille pour patiner, je pourrai encore enseigner!», s'exclame la quinquagénaire.

Le choc

De sa place dans un milieu d'hommes, Barb Underhill ne fait pas de cas. «J'y pensais peut-être au début, mais plus maintenant. Je me sens comme une des leurs», dit-elle.

Visiblement, elle gagne vite le respect des joueurs qu'elle entraîne. «Elle doit mesurer 4 pi 8 po et elle patine mieux que pas mal tout le monde sur la glace!», lance l'attaquant du Lightning Cédric Paquette, qui a suivi plusieurs cours avec elle.

«On ferait une course, elle nous battrait tous», ajoute un autre de ses élèves, l'espoir des Rangers de New York Anthony Duclair.

«Je me souviens de ma première séance avec Brian Boyle, raconte Mme Underhill. Il ne me connaissait pas du tout. Je mesure tout juste 5 pi, il mesure 6 pi 7 po. Il me regardait avec un air qui voulait dire: qu'est-ce que cette femme de 5 pi peut bien me montrer? À son retour à l'aréna le lendemain, il marchait péniblement. Je crois qu'il avait alors compris ce que j'enseignais!»

À parler à ses élèves, on comprend que ses enseignements sur la posture sont particulièrement utiles.

«Avant de la rencontrer, je patinais trop penché vers l'avant et ça engendrait des maux de dos, explique Duclair. Elle m'a aidé à corriger ça. C'est bon pour la santé et le coup de patin s'améliore. Tu peux aller plus vite en t'épuisant moins.»

«Elle m'a fait travailler sur le haut de mon corps, la façon dont mes bras bougeaient. Mon coup de patin, c'est ce que j'ai le plus amélioré», estime Frédérik Gauthier, choix de premier tour des Maple Leafs de Toronto en 2013.

L'impact d'une émission

Il y a cinq ans, Barb Underhill a participé à la série télévisée Battle of the Blades, dans laquelle une patineuse artistique y allait d'une prestation avec un joueur de hockey.

«Avec la diffusion de cette émission, les joueurs ont commencé à respecter le patinage artistique, estime-t-elle. Et c'est à la même période que j'ai commencé à travailler pour des équipes de la LNH. On aurait dit que les joueurs étaient plus réceptifs à travailler avec des femmes. Je crois que les deux sports se rapprochent.»

Pour la petite histoire, elle avait fait équipe avec l'ancienne gloire des Rangers de New York Ron Duguay et avait justement fait sa prestation... en patins de hockey!




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Profession: préparateur physique

    Hockey

    Profession: préparateur physique

    Pour la moitié des joueurs de la Ligue nationale, la saison de hockey dure sept mois. Les plus chanceux - et talentueux - la prolongeront à huit,... »

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer