Source ID:; App Source:

Canadien: l'inspiration de 2010

Le Canadien a comblé un déficit de 1-3... (Photo Nick Wass, archives AP)

Agrandir

Le Canadien a comblé un déficit de 1-3 dans la série l'opposant aux Capitals au premier tour éliminatoire en 2010. Dominic Moore a inscrit le but gagnant dans le match décisif. Moore fait maintenant partie des Rangers, tout comme Benoit Pouliot.

Photo Nick Wass, archives AP

Pour espérer atteindre la grande finale de la Coupe Stanley, le Canadien de Montréal devra réussir quelque chose qu'il ne réussit pas souvent: combler un retard de 1-3 dans une série. Et ça doit commencer par une victoire mardi soir au Centre Bell, lors du cinquième match de cette finale de l'Est contre les Rangers de New York.

Non, ce genre de retour spectaculaire n'est pas l'apanage du Canadien, qui a réussi à combler un retard de 1-3 seulement deux fois au cours de sa longue et riche histoire: en 2004 contre les Bruins de Boston et en 2010 contre les Capitals de Washington. C'est tout.

Seulement cinq joueurs du Canadien étaient là il y a quatre ans lors de la dernière remontée du genre, devant des Capitals médusés: Brian Gionta, Tomas Plekanec, Andrei Markov, P.K. Subban et Josh Gorges. Travis Moen y était aussi, mais il n'a pas joué une seule fois contre les Rangers. Et Carey Price est à l'écart du jeu depuis le premier match de la série contre les Rangers, en raison de la blessure au genou droit que l'on sait.

Les fidèles qui croient au même genre de petit miracle cette fois-ci sont bien peu nombreux, mais dans le groupe, il y a bien sûr Brian Gionta.

«Ceux qui étaient là se souviennent du moment, de ce que l'on ressentait à ce moment-là, a expliqué le capitaine lundi à Brossard, au terme d'un entraînement facultatif. Lors de cette série-là (en 2010), nous n'avions jamais cru un seul instant que c'était terminé pour nous. C'est la même chose cette fois-ci. Nous croyons en l'équipe qui est ici dans ce vestiaire, et nous croyons que nous sommes capables de gagner cette série.»

En 2010, la formation montréalaise a pu miser sur un jeune gardien en état de grâce en la personne de Jaroslav Halak, et sur des joueurs qui avaient tous choisi d'être à leur mieux en même temps. Tomas Plekanec croit que c'est encore possible de reprendre la même recette en 2014.

«La série de 2010, c'est déjà loin pour moi, a répondu l'attaquant tchèque. Mais je me souviens qu'on avait choisi de relever les défis un à la fois, d'y aller une présence à la fois. Le plus important pour nous sera d'avoir un bon début de match. Si on pouvait marquer en premier, ce serait un gros avantage pour nous.»

En effet. Car le Canadien ne s'est pas souvent offert le luxe d'une avance dans cette série. Depuis le début de cette finale de l'Est, le club montréalais n'a eu l'avance dans un match que pendant... 2 minutes et 50 secondes!

En plus de tous ces obstacles, le Canadien n'a pas non plus les statistiques de son côté. Les Rangers ont déjà eu une avance de 3-1 dans une série à 13 reprises lors de leur histoire, et ils ont perdu une série à une seule reprise dans ces circonstances - en 2009 contre les Capitals de Washington.

Aucun doute possible: pour les joueurs du Canadien, la côte à remonter est assez abrupte, merci.

«Nous n'allons pas abandonner, a tenu à répéter l'attaquant Rene Bourque. Il faut faire comme au tour précédent contre Boston, et voir cette série un match à la fois. Il faut en gagner trois de suite, et ça commence mardi soir.»

Reste à voir si l'entraîneur Michel Therrien voudra apporter des changements à sa formation pour tenter de changer un peu le cours de la série. L'entraînement facultatif de lundi n'a pas permis de prévoir quoi que ce soit en ce sens, mais on peut se demander si le défenseur Alexei Emelin ne serait pas un bon candidat pour un repos forcé, lui dont le jeu a été douloureusement erratique lors de la défaite de dimanche soir à Manhattan.

Michel Therrien n'a pas voulu se prononcer sur le défenseur russe lundi.

«On est rendus ici parce qu'on a pu miser sur la contribution de tous, a répété l'entraîneur montréalais. Emelin fait partie de cette recette. C'est un défi différent face aux Rangers, il faut bien jouer autant sur une base individuelle qu'en équipe.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Timide retour à l'entraînement pour Carey Price

    Hockey

    Timide retour à l'entraînement pour Carey Price

    Carey Price a bel et bien chaussé ses patins, lundi à Brossard, mais ce n'était certes pas pour préparer un retour imminent devant le filet... »

  • Brad Richards: «L'espoir peut tout faire basculer»

    Hockey

    Brad Richards: «L'espoir peut tout faire basculer»

    C'est sans doute la seule fois qu'Alain Vigneault a grimacé au cours de son point de presse, lundi dans un hôtel du centre-ville de Montréal. »

  • Martin St-Louis a démarré en douce

    Hockey

    Martin St-Louis a démarré en douce

    Martin St-Louis a mis du temps à se mettre en marche avec les Rangers de New York, après avoir passé les 13 saisons précédentes chez le Lightning de... »

  • Raphael Diaz ne veut pas retourner en Suisse

    Hockey

    Raphael Diaz ne veut pas retourner en Suisse

    On pourrait penser que l'ancien défenseur du Canadien Raphael Diaz pâtit de ne pas jouer davantage en séries éliminatoires. Après tout, les... »

  • Le Canadien au pied du mur

    Hockey

    Le Canadien au pied du mur

    Le Canadien risquera l'élimination, ce soir, devant ses partisans. Richard Labbé analyse ce que le Tricolore doit faire pour remporter ce match. »

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer