Source ID:; App Source:

Canadien-Bruins: une rivalité qui a viré à la haine

S'il est vrai que les Bruins détestent viscéralement... (Photo: Olivier Pontbriand, archives La Presse)

Agrandir

S'il est vrai que les Bruins détestent viscéralement le Canadien, cela pourrait s'avérer un avantage pour les joueurs du CH, qui pourraient alors chercher sciemment à les faire sortir de leurs gonds.

Photo: Olivier Pontbriand, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Tougas
La Presse Canadienne
Montréal

Carey Price ne déteste pas les Bruins de Boston. Michel Therrien? On en est moins certain.

«Pas de commentaire», s'est contenté de dire l'entraîneur du Canadien, un sourire en coin à peine perceptible, après qu'on lui eut demandé directement - par deux fois - s'il détestait l'équipe qu'il affrontera à partir de jeudi au deuxième tour éliminatoire des séries de la Coupe Stanley.

Encore récemment, quelques joueurs des Bruins ne se sont pas gênés pour casser du sucre sur le dos de certains porte-couleurs du Canadien. Dans certains cas, on sent même une animosité bien palpable. Mais Price, lui, dit ne détester personne au sein de la formation de Claude Julien.

«Je crois que détester n'est pas le bon mot. Je dirais plutôt que nous avons l'esprit de compétition», a affirmé le gardien du Tricolore.

Même Therrien, qui a mal caché ses sentiments à l'endroit des Bruins, mercredi, a dit ne pas s'attarder aux paroles qui sont prononcées en dehors de la patinoire.

«Vous savez quoi? On porte attention seulement à ce que nous, on a à faire, a dit le vétéran entraîneur. L'attitude des Bruins n'est pas une considération, l'important c'est de bien se préparer pour le premier match de la deuxième ronde, un point c'est tout.»

Et les joueurs n'auront alors qu'à laisser libre cours à leur esprit de compétition, comme l'a dit Price - qui a par ailleurs reconnu qu'il aime bien le gardien des Bruins Tuukka Rask.

«Nous bavardons habituellement pendant l'échauffement d'avant-match, mais je pense qu'on n'aura plus le droit de le faire maintenant», a plaisanté Price, qui a par ailleurs eu l'occasion de discuter avec le Finlandais à la cafétéria du village des athlètes aux Jeux olympiques de Sotchi.

«Je le croisais à la cafétéria et je le saluais, a-t-il fait savoir. C'est une très bonne personne et c'est plaisant de passer du temps avec lui. Il est très gentil, il est compétitif, il est athlétique, il a toutes les qualités qu'un gardien devrait avoir. Et de ce que je vois, tout le monde à Boston a beaucoup de respect pour lui.

«Alors non, je ne le déteste pas. Mais ça ne change rien à l'esprit de compétition que j'aurai sur la patinoire. Je veux quand même gagner.»

Cet esprit de compétition sera également bien présent chez Brendan Gallagher, même si celui-ci s'entraîne avec Milan Lucic durant la saison morte.

«C'est un joueur compétitif et les joueurs compétitifs ne fraternisent pas comme ils le font pendant l'été, a dit Gallagher en parlant de Lucic. Quand je me placerai à côté de lui pour la mise au jeu, je ne me placerai pas à côté d'un ami, mais à côté du no 17 des Bruins de Boston.»

S'il est vrai que les Bruins détestent viscéralement le Canadien, cela pourrait s'avérer un avantage pour les joueurs du CH, qui pourraient alors chercher sciemment à les faire sortir de leurs gonds. Mais personne dans le vestiaire du Complexe sportif Bell à Brossard n'a trop voulu se prononcer là-dessus, mercredi.

«On verra comment ça se déroule, a simplement commenté Price. Pour nous, c'est une question de contrôler nos émotions et d'adhérer à notre plan de match.»

Et le plan de match du Canadien sera sensiblement le même contre Boston qu'il l'a été contre Tampa Bay, à quelques nuances près. Therrien a indiqué que son équipe s'ajusterait aux Bruins tout en ne perdant pas son identité, et le défenseur Francis Bouillon a essentiellement fait écho à ces propos.

«Il ne faut pas changer d'identité juste parce qu'on affronte une nouvelle équipe, a dit Bouillon. Il s'agit de rester nous-même, d'y aller avec ce qui nous a permis de connaître du succès toute la saison et dans la série du premier tour. On a été rapide et on a été les premiers sur la rondelle contre Tampa Bay, et ce sera important de faire la même chose contre Boston.»

«Oui, on va miser sur notre vitesse, mais ce n'est pas seulement un élément qui va nous faire gagner, a noté Therrien. C'est un ensemble d'éléments qui va nous donner la chance de gagner.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer