Source ID:; App Source:

Gionta et Callahan: les voisins devenus adversaires

Brian Gionta et Ryan Callahan.... (Photos Bernard Brault, La Presse et Chris O'Meara, Associated Press)

Agrandir

Brian Gionta et Ryan Callahan.

Photos Bernard Brault, La Presse et Chris O'Meara, Associated Press

Joe Smith

Tampa Bay Times

Quand Ryan Callahan, du Lightning de Tampa Bay, fera une rude mise en échec à Brian Gionta, lors de la première semaine des éliminatoires, il faudra y voir une douce revanche en mémoire de leurs nombreuses bagarres d'enfants.

Callahan, 29 ans, et Gionta, 35 ans, ont passé leur enfance à quelques rues l'un de l'autre, dans la ville de Greece, une petite banlieue de Rochester, dans l'État de New York. Callahan était un bon ami de Stephen, le plus jeune frère de Gionta. Celui-ci a maintenant 30 ans et joue pour les Devils. Gionta préférait passer son temps avec Mike, le frère aîné de Callahan.

Qu'ils jouent au hockey dans le cul-de-sac devant la maison de la famille Callahan ou sur l'étang gelé devant la maison des Gionta, les aînés avaient habituellement raison des petits frères.

« Nous battions les deux petits », a affirmé Gionta, souriant.

« Oh oui », a confirmé Callahan. « Mais les rôles seront peut-être légèrement inversés pour cette série... »

« Ce sera amusant de le voir de l'autre côté de la patinoire et de faire face à un gars que je connais si bien. »

Même s'ils n'ont pas pris le même chemin depuis Greece jusqu'au premier match de la série qui se déroulera demain soir au Tampa Bay Times Forum, ils sont restés proches et s'entraînent tous les jours ensemble durant l'été, à Rochester, où ils vivent toujours. Les deux familles se fréquentent, les enfants jouent ensemble, créant une rivalité amicale unique.

« Ça va être génial », a affirmé Callahan. « C'était un des joueurs que j'admirais. Au début de ma carrière, j'ai eu la chance de jouer contre lui en séries éliminatoires alors qu'il jouait pour New Jersey et moi pour New York. Ce fut toute une expérience. »

Un modèle

Lorsqu'il était enfant, plutôt que d'écouter Sesame Street, Callahan regardait les rediffusions des matchs des Sabres. Gionta l'a aidé à croire en lui, plaçant la barre très haut en étant repêché 82e par les Devils en 1998 au cours d'une illustre carrière de quatre ans au Boston College qui lui a permis d'amener les Eagles jusqu'à un titre national, en 2001.

Pendant ce temps, Callahan saisissait toutes les occasions qui se présentaient à lui. Il a été sélectionné lors de la 15e et dernière ronde du repêchage de la Ligue de hockey de l'Ontario, choisi par Jeff Jackson, entraîneur de l'équipe de Guelph, en guise de faveur à un ami : Steve Bartlett, son agent.

« Il travaille fort. Il mérite tout ce qu'il a. Je suis heureux de voir ses efforts récompensés. », a affirmé Gionta.

Bartlett, qui représente Callahan et Gionta, trouve qu'ils se ressemblent beaucoup par leur origine prolétaire et leur humble stature (Callahan mesure 5 pieds 11 pouces et Gionta 5 pieds 7 pouces). Les deux ont dissipé les doutes et sont devenus des athlètes olympiques et des capitaines (Callahan avec les Rangers).

« On leur disait souvent: "Fais un peu attention à ce que tu souhaites", en partie parce que la taille demeure un facteur », selon Bartlett. « Mais ça ne leur a pas nui. »

Ils se sont motivés l'un l'autre, hors saison, au fil de leurs entraînements au cours des six dernières années, rejoignant plusieurs autres professionnels au Rochester Institute of Technology. « Nous effectuons les mêmes entraînements », a précisé Gionta.

Pourtant, ils sont devenus des joueurs de style différent. Gionta a accumulé sept saisons de 20 buts, ainsi qu'une saison de 48 buts en 2005-2006.

Callahan le considère très talentueux et rapide. « Il est possible que je compte de façon un peu différente... plutôt dans les zones difficiles devant le but. »

Une dose de mordant

Callahan, acquis des Rangers au début mars, en échange du capitaine Martin St-Louis, a eu un grand impact sur l'équipe. Il a compté six buts et obtenu cinq assistances en 19 matchs avec Tampa Bay, offrant à l'entraîneur Jon Cooper le mordant dont il affirmait avoir besoin.

« Vous pouvez avoir tout le talent du monde, si vous n'avez pas de volonté, votre talent ne vaut rien », a précisé Cooper. « C'est ce qu'il apporte à notre équipe. Il n'abandonne jamais. Il fonce. C'est un vrai joueur. On n'en a jamais trop. »

Gionta affirme que lorsqu'ils ne sont pas sur la glace, Callahan et lui ont des personnalités et des intérêts similaires. Gionta et Harvest, son épouse, ont trois enfants : Adam, James et Leah. Callahan et son épouse Kyla, son amour de l'école secondaire, ont une fille prénommée Charlotte, née en mai 2012, tout comme James.

Dans les passe-temps qu'ils partagent, Callahan et Gionta sont tout aussi compétitifs que sur la glace. 

« Demandez-lui, il va vous le dire. Je le plante toujours au tennis », a affirmé Callahan en riant.

Et au golf ? « Je le bats dans tout, a ajouté Callahan. C'est comme ça que ça marche. »




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer