Stamkos a encore ses visées sur Sotchi

Steven Stamkos a patiné pendant 20 minutes lors... (Photo Nathan Denette, PC)

Agrandir

Steven Stamkos a patiné pendant 20 minutes lors de la séance matinale d'entraînement de son équipe, mardi, à Toronto.

Photo Nathan Denette, PC

Dhiren Mahiban
La Presse Canadienne
Toronto

La mire de Steven Stamkos est encore clairement orientée vers les Jeux olympiques de Sotchi.

L'attaquant vedette du Lightning de Tampa Bay a patiné pendant 20 minutes lors de la séance matinale d'entraînement de son équipe, au Centre Air Canada mardi, à quelques heures du match contre les Maple Leafs de Toronto.

Stamkos a foulé la glace 24 heures après avoir pris congé, lundi, en raison de raideurs à la jambe droite. Samedi, il s'était entraîné pour la première fois avec ses coéquipiers depuis sa fracture au tibia lors d'un match contre les Bruins de Boston, le 11 novembre.

Malgré sa blessure, Stamkos a été nommé au sein de l'équipe du Canada en vue des Jeux de Sotchi.

L'amélioration de l'état de santé de Stamkos pendant le périple actuel de quatre matchs en huit jours du Lightning à l'étranger devrait clarifier son statut en vue du tournoi de hockey olympique, qui s'amorce le 12 février.

Stamkos a confié que son objectif était de revenir au jeu lors de l'un des six matchs de son équipe avant le début du tournoi olympique, afin de tester son tibia.

«Si je dois participer aux Jeux, j'aimerais pouvoir prendre part à au moins une rencontre auparavant. C'est encore l'objectif que nous visons.

«Nous jouons à l'étranger et j'ai la chance de patiner avec les coéquipiers autant que possible. Nous verrons comment la situation évoluera.»

Mais Stamkos a indiqué qu'il pourrait néanmoins effectuer le périple en Russie même s'il ne reprend pas le collier avec le Lightning auparavant. Le dernier match de l'équipe avant les Jeux aura lieu le samedi 8 février, à domicile, contre les Red Wings de Detroit.

Le Canada disputera son match inaugural du tournoi olympique le 13 février, contre la Norvège.

«Si je ne prends part à aucun match et que je me sens très bien au moment où s'amorcera le tournoi, nous devrons prendre une décision, a déclaré Stamkos. Si (le directeur général Steve Yzerman et moi-même) devons nous asseoir ensemble quelques jours avant de quitter pour les Jeux, nous pouvons discuter avec franchise.

«Si je me trouve au niveau que je pense devoir atteindre pour être compétitif lors des Jeux olympiques, je crois qu'il devra avoir confiance en ma capacité de jouer. Mais en bout de ligne, je vais devoir être honnête avec lui. Si je lui fais savoir que je ne suis pas prêt, alors là, c'est évident que je ne ferai pas le voyage.»

Ken Holland, l'un des dirigeants de l'équipe canadienne olympique, est d'avis que Stamkos, même en-deçà de 100 pour cent de ses capacités, pourra avoir un impact positif sur les chances du Canada de remporter une deuxième médaille d'or consécutive.

«Il est un joueur étoile, et même lorsqu'un joueur de cette trempe n'est pas à 100 pour cent, s'il se situe à 80 ou 90 pour cent par rapport à un autre joueur, ça demeure très bon, a observé Holland.

«Souhaitons qu'il puisse jouer quelques matchs avant les Jeux et qu'il fera le voyage avec nous parce qu'il peut certainement faire la différence.»

Stamkos, qui présentait un dossier de 23 points, dont 14 buts, en 17 matchs avant sa blessure, a admis qu'il devra probablement endurer une certaine douleur s'il revient au jeu à temps pour les Olympiques.

«L'os est très solide en ce moment, les radiographies sont positives, et c'est plus une question de tissu mou, a expliqué Stamkos. Ce sont des choses sur lesquelles il faudra se pencher au fil du temps. (Lundi), nous avons opté pour la prudence, et ça allait beaucoup mieux (mardi).

Le hockeyeur originaire de Markham, en Ontario, a obtenu la permission de s'entraîner avec contacts légers, mais il est conscient qu'il devra se soumettre à des séances d'entraînement régulières avant de déterminer s'il est en mesure de renouer avec l'action.

«Vous ne pouvez reproduire des situations de matchs sans participer à un match, mais il faut au moins prendre part à quelques bons entraînements avec contacts. Mais nous ne sommes pas encore là. Il nous reste deux semaines et ça ne nous laisse pas beaucoup de temps. Si ça doit arriver, ça devra se faire durant la prochaine semaine.»




Infolettre Rondelle Libre

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer