Les Blue Jackets de Columbus souhaitent que l'ancien président des Blues de St. Louis John Davidson soit l'homme de la situation afin de relancer l'organisation.

Mis à jour le 24 oct. 2012
Rusty Miller ASSOCIATED PRESS

La nomination de Davidson comme président des opérations hockey des Blue Jackets sera confirmée, mercredi.

Il remplacera Mike Priest, qui va concentrer ses efforts à l'avenir sur l'aspect financier.

L'équipe a montré le pire dossier de la LNH, la saison dernière (29-46-7, 65 points).

Davidson, âgé de 59 ans, membre du Temple de la renommée du hockey à titre d'analyste à la télévision, a agi comme président des Blues pendant sept ans. Il a quitté les Blues à la suite de l'arrivée du nouveau propriétaire Tom Stillman, qui a racheté son contrat dans un effort de rationalisation budgétaire.

Il va superviser le travail du directeur général Scott Howson, pointé du doigt pour les insuccès de l'équipe et la diminution des assistances ces dernières années.

Les Blue Jackets ont eu une fiche déficitaire au cours de 10 des 11 dernières saisons. La seule bonne saison qu'ils ont connue a été en 2008-09, quand les Red Wings de Detroit les ont balayés en quatre matchs au premier tour des séries. Cette saison-là, les Blue Jackets étaient dirigés par Ken Hitchcock, que Davidson a plus tard engagé à la barre des Blues.

Au cours de son passage chez les Blues, Davidson a aidé l'équipe à faire les acquisitions des attaquants Andy McDonald, Alex Steen et Chris Stewart, du défenseur Kevin Shattenkirk ainsi que du gardien Jaroslav Halak.

La situation est beaucoup moins rose chez les Blue Jackets, qui viennent de se départir de leur joueur-étoile Rick Nash, échangé aux Rangers de New York en retour des attaquants Brandon Dubinsky et Artem Anisimov ainsi que du défenseur Tim Erixon, en plus d'un choix de premier tour.

Natif d'Ottawa, en Ontario, mais ayant grandi à Calgary, en Alberta, Davidson a passé 10 saisons dans la LNH, chez les Blues et les Rangers. Le gardien a conservé une fiche de 123-124-39, aidant les Rangers à atteindre la finale de la Coupe Stanley en 1979.

> Réagissez sur le blogue de Mathias Brunet