Guy Carbonneau a réitéré jeudi qu'il n'envisageait pas d'autre option que celle de diriger un club de hockey de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Alexandre Geoffrion-McInnis LA PRESSE CANADIENNE

Carbonneau a fait cette déclaration tandis qu'il s'élançait dans le champ de pratique du club de golf Le Fontainebleau, quelques minutes avant le début d'un tournoi pro-am au Championnat de Montréal auquel il prenait part en compagnie de Michael Cammalleri et d'anciens du Canadien de Montréal.

L'ex-capitaine du CH a d'ailleurs reconnu avoir discuté avec son ancien entraîneur adjoint et coéquipier du Tricolore, Kirk Muller, après avoir appris que celui-ci avait été nommé entraîneur-chef du club-école des Predators de Nashville, le 26 juin.

«Oui, j'ai parlé avec lui - on se parle assez souvent - et je suis très content pour lui, a dit Carbonneau. C'est sûr que comme tout le monde, on veut diriger dans la LNH, mais je pense que pour lui c'est important de prendre de l'expérience.

«La Ligue américaine est probablement l'une des ligues les plus difficiles à coacher, et de toute façon c'est la nouvelle tendance (pour accéder à la LNH)», a-t-il confié, un brin d'amertume dans la voix.

Questionné quant à la possibilité de suivre les traces de Muller, Carbonneau a été catégorique: il ne veut pas être entraîneur dans la Ligue américaine (LAH), ni même adjoint dans la LNH.

«Non, pas du tout. Je ne veux pas pas passer par la LAH, a rétorqué Carbonneau. J'essaie encore de trouver un poste d'entraîneur-chef dans la LNH, mais ce n'est pas évident en ce moment, parce qu'il ne reste qu'une équipe (sans entraîneur) - les Devils du New Jersey.»

Carbonneau a ajouté qu'il n'excluait pas la possibilité d'effectuer un retour dans le giron du Canadien, mais ce ne serait pas pour combler le poste d'adjoint laissé vacant par Muller.

«Je ne pense pas que Jacques Martin aimerait encore avoir Guy Carbonneau dans les pattes, a-t-il répliqué. Il a son monde, il est à l'aise avec eux, donc ce n'est pas présentement le chemin que je recherche.»

«Carbo» a par ailleurs passé ses derniers jours à travailler sur le repêchage d'espoirs pour les Saguenéens de Chicoutimi. L'homme de 51 ans a également indiqué qu'il ne prévoyait plus faire d'interventions dans le cadre de l'émission Hockey Night in Canada, au réseau CBC, mais n'a pas exclu la possibilité d'un partenariat avec RDS - comme l'an dernier.

Cammalleri se réjouit pour Gill et Markov

Parmi les autres joueurs de la Sainte-Flanelle qui participaient au pro-am jeudi se trouvait Cammalleri. Le numéro 13 du Tricolore a profité de son passage au Championnat de Montréal pour déclarer qu'il avait éprouvé beaucoup de difficulté à regarder les Bruins de Boston remporter la Coupe Stanley.

«J'ai eu de la difficulté à regarder la finale, vous savez, a dit l'attaquant torontois. J'ai des amis à Vancouver et j'aurais aimé qu'ils (les Canucks) l'emportent. Mais de voir les Bruins gagner, je dois admettre que ç'a été difficile à regarder.»

Il a ajouté qu'il suivra attentivement le marché des joueurs autonomes, qui s'ouvrira dans quelques heures, et s'est réjoui de la stabilité qu'apporteront les mises sous contrat au cours des derniers jours des défenseurs Hal Gill et Andrei Markov, notamment.

«Si on lit entre les lignes, on peut déterminer ce qui oriente les décisions (de Pierre Gauthier), a expliqué Cammalleri. On a de bonnes fondations, qui sont tangibles et difficiles à bâtir. En conséquence, on ne voulait pas briser cela, et donc je suis heureux de voir Gill et «Markie' revenir.

«On visera de toute évidence la Coupe Stanley l'an prochain.»

Cammalleri s'est également dit satisfait de la sélection du défenseur des Sea Dogs de Saint-Jean Nathan Beaulieu avec le premier choix du Canadien lors de la dernière séance de repêchage. Il a toutefois convenu qu'il ne faut pas lui mettre trop de pression sur les épaules en s'attendant à ce qu'il fasse le club dès la saison prochaine.

Fait amusant, le joueur étoile du Canadien était accompagné sur le terrain d'un cadet nommé Vincent Courchesne. Ce dernier, qui est âgé de 21 ans, a remporté un concours organisé par l'entreprise Biosteel, et dans lequel Cammalleri demandait aux internautes québécois, par l'entremise d'une vidéo, de soumettre leur candidature afin d'être son cadet pour le pro-am de jeudi. C'est la mère de Cammalleri, Ruth, qui aurait sélectionné le jeune homme natif de Sherbrooke.