Le Canadien prend forme.

Et bien que la composition des trios d'attaquants et des duos de défenseurs soit aussi instable que la bourse en période de crise, on peut dire que si le Tricolore avait amorcé sa saison lundi, Scott Gomez et Brian Gionta auraient évolué au sein d'un premier trio complété par le jeune Max Pacioretty.

«Les décisions finales viendront jeudi matin. Des changements peuvent encore survenir d'ici là», a lancé Jacques Martin en guise de mise en garde.

On veut bien.

Mais il appert que l'entraîneur-chef du Canadien tentera le Diable en regroupant Gionta et Gomez dans le but avoué de retrouver la complicité qui a permis aux deux joueurs de totaliser 92 buts et 92 mentions d'aide en 2005-2006 avec les Devils du New Jersey.

«Je crois qu'il est préférable d'équilibrer les trios offensifs. Gomez et Gionta affichent une belle complicité et c'est évident qu'on mise sur cet aspect», a indiqué Martin.

Tomas Plekanec, Mike Cammalleri et Andrei Kostitsyn étaient réunis au sein d'un deuxième trio.

Comment contenter Cammalleri qui a marqué 39 buts et récolté 82 points l'an dernier, à Calgary, où il évoluait avec Jarome Iginla?

Facile: en l'insérant au sein de la première unité d'attaque massive en compagnie de Gionta et Gomez.

Pacioretty: la force du mental!

Quant à la présence surprise de Pacioretty, l'entraîneur-chef a indiqué que son jeune joueur l'avait gagnée.

«Il a connu un bon camp et il apporte de la vitesse et un bon tir. Il devra s'assurer d'utiliser ses forces et son physique pour aider ses deux coéquipiers en zone adverse.»

Plus jeune joueur encore avec l'équipe - il aura 21 ans en novembre - Pacioretty a souri lorsqu'on lui a demandé si sa présence au sein du premier trio était de nature à le convaincre qu'il faisait partie du grand club pour de bon.

«Ce serait la pire erreur que je pourrais commettre. Je suis très content de profiter de cette occasion. Mais je ne peux m'asseoir sur mes lauriers. J'ai beaucoup travaillé sur l'aspect mental de ma préparation. Je sais que j'ai la force et les aptitudes pour jouer ici, mais je dois m'assurer de rester bien éveillé. J'ai rencontré des psychologues sportifs et j'ai lu des publications spécialisées - Mind Gym et Lone Survivor - pour m'aider à composer avec ma situation. Lone Survivor est écrit par un militaire du groupe tactique de la Marine américaine (Navy Seal) et j'y ai trouvé des conseils pour relever les défis qui s'offrent à moi», a indiqué le jeune Américain qui gagne en confiance.

Tout comme le défenseur Ryan O'Byrne et l'attaquant Matt d'Agostini.

«Nos jeunes joueurs prennent de l'expérience et ça paraît sur la patinoire. Ils font partie de l'équipe, c'est évident. Mais ça ne veut pas dire qu'ils soient des joueurs établis pour autant. En les plaçant là où ils sont, on leur donne l'occasion de réussir. Mais si ça ne fonctionne pas, c'est évident que des ajustements seront apportés», a indiqué Jacques Martin.

Latendresse et Lapierre réunis

Confiné au troisième trio en compagnie de Maxim Lapierre et Matt D'Agostini, Guillaume Latendresse était loin d'avoir le coeur brisé. Il a même convenu être plus à l'aise avec son copain.

«Ce n'est pas évident de produire en jouant une période ici et là avec des gars comme Gomez, Gionta ou Cammalleri. Max et moi avons grandi ensemble avec le Canadien. Il n'y a aucune compétition entre nous. On se pousse, on veut le succès de l'autre et ça rapporte. Espérons que ça va continuer», a commenté Latendresse.

En plus d'hériter d'un poste à la droite de Guillaume Latendresse et Maxim Lapierre, Matt D'Agostini s'entraînait au sein de la deuxième vague d'attaque massive lundi.

Georges Laraque, Glen Metropolit et Travis Moen composaient un quatrième trio qui devrait être en place jeudi à Toronto contre des Leafs qui ont pris du muscle au cours de l'été.

«Georges est prêt même s'il n'a pas encore joué. Ç'aurait été injuste de l'habiller samedi parce qu'il n'avait pas la préparation requise. Mais après trois jours ici, il sera en mesure de jouer contre Toronto», assurait Martin.

Dans le camp des défenseurs, rien n'est acquis.

La présence de Yannick Weber et de Mathieu Carle rendaient les combinaisons difficiles à relever. Mais il est encore tôt pour déterminer qui de Ryan O'Byrne ou Paul Mara sera laissé de côté lors de la première rencontre.