(Sandwich) Jordan Spieth a réussi des coups roulés comme s’il était en 2017, mais Louis Oosthuizen a laissé de côté sa deuxième position au cours des deux derniers tournois majeurs pour prendre les commandes de l’Omnium britannique, jeudi.

Associated Press

Applaudi par la plus imposante foule permise depuis le début de la pandémie de coronavirus, Oosthuizen est parvenu à sauver la normale d’une fosse de sable d’allée sur le dernier trou pour signer une carte de 64 (moins-6).

Spieth suit à un coup derrière, à égalité avec son compatriote Brian Harman, après avoir excellé sur les verts du parcours du club de golf Royal St. George’s.

Consultez le tableau des meneurs

« Sur le terrain, dès le premier tertre de départ, on a l’impression de retrouver notre routine d’antan, comme c’était le cas auparavant, avant la COVID-19 », a déclaré Spieth, dont la séquence de quatre oiselets consécutifs au cours de sa ronde de 65 rappelait vaguement son parcours au Royal Birkdale il y a quatre ans, lorsqu’il avait soulevé le prestigieux Claret Jug.

Spieth n’avait pas triomphé depuis son titre au Royal Birkdale, mais il a mis un terme à cette disette en gagnant l’Omnium Valero du Texas, en avril.

PHOTO PAUL ELLIS, AFP

Jordan Spieth

Oosthuizen vient de terminer deuxième au Championnat de la PGA et à l’Omnium des États-Unis — et il pourra le faire de nouveau après avoir égalé la meilleure ronde initiale de l’histoire au Royal St. George’s. Christy O’Connor fils avait joué 64 en 1981.

Sa ronde n’avait toutefois pas commencé comme il l’espérait, avec sept normales de suite. Le Sud-Africain a cependant rebondi avec six oiselets sur les neuf trous suivants.

« J’ai appris au fil des ans en participant aux tournois majeurs que la patience est la clé », a dit Oosthuizen, qui n’a pas gagné de titre du Grand Chelem depuis sa victoire à l’Omnium britannique de 2010, à St. Andrews. Il a cependant fini deuxième à six reprises en tournois majeurs entre-temps.

Oosthuizen et Spieth se sont élancés en matinée, lorsque les conditions de jeu étaient plus favorables. Le Canadien Mackenzie Hughes a lui aussi profité de cette heure de départ.

PHOTO PAUL CHILDS, REUTERS

Mackenzie Hughes

Hughes, de Hamilton, en Ontario, a remis une carte de 66 (moins-4) sur le parcours du Royal St. George’s pour se retrouver tout près de la tête du tournoi. Celui qui a failli obtenir la victoire le mois dernier à Torrey Pines n’est toutefois pas le seul à connaître du succès jusqu’ici.

Stewart Cink, le champion de l’Omnium britannique de 2009 à Turnberry, est en quintuple égalité en quatrième place avec Dylan Frittelli, Benjamin Hébert, Webb Simpson et Hughes.

Dix golfeurs, dont l’ancien champion de la PGA Collin Morikawa et le favori anglais Tommy Fleetwood, partagent quant à eux la neuvième position, à moins-3. Fleetwood pourrait devenir le premier Anglais à remporter ce tournoi depuis Nick Faldo, en 1992.

« Ça fait tellement longtemps qu’un Anglais n’a pas gagné l’Omnium britannique. J’aimerais bien être le prochain. Nous verrons », a exprimé Fleetwood.

Le favori, Dustin Johnson, a atteint 14 verts en coups recommandés et déclaré qu’il était satisfait de sa ronde de 68, suffisante pour une égalité en 15e position.

Le champion de l’Omnium des États-Unis, Jon Rahm, a connu des ennuis tout au long de sa ronde et s’est contenté d’un pointage de 71. Bryson DeChambeau a obtenu le même score après avoir passé l’essentiel de sa ronde dans l’herbe longue, le privant ainsi de sa puissance unique.

Shane Lowry, le champion en titre de l’Omnium britannique, a également joué 71 devant une foule limitée à 32 000 spectateurs au quotidien cette semaine. Aucun tournoi majeur depuis celui présenté au Royal Portrush, qui avait été remporté par Lowry en 2019, n’a accueilli autant d’amateurs de golf.

« C’était une journée très spéciale pour moi », a avoué Lowry.

Ce ne fut pas une partie de plaisir pour tout le monde. Les golfeurs qui ont pris le départ en après-midi ont fait face à de bonnes bourrasques et des conditions de jeu plus sèches.

Rory McIlroy a réussi un oiselet au dernier trou pour jouer 70, dans sa quête d’un premier titre majeur en sept ans. Justin Thomas a signé une carte de 72. Phil Mickelson a quant à lui bouclé le parcours en 80 coups et il s’agissait de sa pire première ronde en carrière à l’Omnium britannique.

Le Canadien Corey Conners a amorcé le tournoi avec une ronde de 68, se hissant à égalité au 19e échelon. Ses compatriotes Adam Hadwin et Richard T. Lee ont joué 75 et pointent à égalité en 137e place.