(Los Angeles) Sam Burns a brillé en début et en fin de ronde en route vers un 64 au Genesis Invitational, jeudi.

Doug Ferguson
Associated Press

Il a ainsi pris une avance de deux coups au sommet du tableau.

À son premier trou, un roulé de 18 pieds lui a valu un aigle. Il a plus tard fini le parcours avec trois oiselets de suite, parmi un total de sept.

Âgé de 24 ans, il est en quête d’une première victoire à la PGA.

Il est à moins sept, deux coups devant Matt Fitzpatrick et Max Homa.

Patrick Cantlay, récemment dans la course pour l’emporter à Palm Springs et à Pebble Beach, fait partie d’un large groupe à 67. Il a obtenu quatre oiselets sur le deuxième neuf.

Le numéro 1 au monde Dustin Johnson s’est limité à cinq roulés sur les six derniers trous, s’en tirant avec un 68.

« Le parcours ne pourrait pas être en meilleur état, a dit Johnson, victorieux il y a deux semaines, en Arabie saoudite.

« Les verts sont parfaits, fermes et rapides. Il faut vraiment envoyer la balle aux bons endroits. »

Également à 68 figurent Brooks Koepka, gagnant il y a deux semaines, à Phoenix, et Jordan Spieth, qui est en quête d’une première victoire depuis 2017, à l’Omnium britannique.

Mackenzie Hughes est le meilleur Canadien à 69, deux coups devant Adam Hadwin.

Corey Conners et Nick Taylor affichent tous deux 72.

Rory McIlroy a signé une carte de 73.

« C’était un de ces jours où vous pouvez facilement enlever deux ou trois coups à la normale, ou bien la dépasser de deux ou trois coups », a t-il dit.

Justin Thomas (77) a commis trois double bogueys.

Deux fois, il a eu besoin de trois roulés quand sa balle était à six pieds ou moins de la coupe.