(Augusta) Une longue journée malgré la courte période d’ensoleillement en novembre n’a pas permis de confirmer quoi que ce soit au Tournoi des Maîtres, vendredi, sauf que Dustin Johnson joue comme le golfeur no 1 au monde et que Justin Thomas a enfin compris comment jouer à l’Augusta National.

Doug Ferguson
Associated Press

Johnson et Thomas étaient deux des quatre golfeurs se partageant le premier rang lorsque la deuxième ronde a été interrompue en raison de la noirceur — le résultat du fait qu’un orage avait retardé le jeu pendant trois heures la veille.

Parmi ceux qui n’ont pas complété la deuxième ronde, il y a Tiger Woods, coincé au neutre lors d’une journée où les verts ont légèrement accéléré et le vent a secoué légèrement les feuilles. Bryson DeChambeau était en danger de ne pas se qualifier pour les rondes du week-end après avoir perdu une balle, ce qui a mené à un triple boguey.

Ce que l’on a appris lors des deux premiers jours du Tournoi des Maîtres, c’est que le parcours n’est pas tout à fait comme au printemps, quand l’évènement a habituellement lieu.

Le Mexicain Abraham Ancer, l’un des 26 golfeurs à sa première participation au Tournoi des Maîtres, a réussi six oiselets lors d’une ronde de 67 (moins-5) pour rejoindre Johnson (70) et Thomas (69) parmi le groupe de tête à moins-9. L’Australien Cameron Smith se retrouvait aussi à moins-9 après avoir inscrit un aigle et trois oiselets de suite à ses quatre derniers trous lors d’une ronde de 68.

Le Sud-Coréen Sungjae Im (70), une autre recrue, faisait partie du groupe à un coup de la tête, tout comme l’Américain Patrick Cantlay (66), qui a été dans la course pour le veston vert en 2019.

« Aussi étrange que ça puisse paraître, il faut vraiment oublier ses expériences passées cette semaine, a déclaré Thomas. Si vous vous fiez trop à ce que vous avez appris de ce parcours par le passé, ça peut jouer contre vous. Mais en bout de ligne, le parcours est plus mou et il est plus facile d’obtenir de bons scores. »

Thomas l’a démontré vendredi matin, quand il était l’un des 44 golfeurs devant terminer sa première ronde. Thomas était loin à la gauche du 15e vert, devant tenter un coup pratiquement impossible dans des circonstances normales. Cette fois, il y est allé d’une approche basse qui a mordu sur le vert et sa balle s’est immobilisée suffisamment près de la coupe pour enchaîner avec un oiselet facile.

« Je devais avoir confiance que l’effet rétro allait freiner la balle, a dit Thomas. Les balles laissent des marques un peu partout. »

Johnson a été l’un des trois golfeurs à terminer à un coup de Woods au Tournoi des Maîtres l’an dernier et il a semblé trouver son erre d’allée avec quatre oiselets sur le deuxième neuf pour un score de 65 en matinée. Il partageait alors la tête après 18 trous avec Dylan Frittelli et Paul Casey.

Johnson est vite devenu le premier golfeur à atteindre moins-10 cette semaine avec trois oiselets autour de l’Amen Corner. Il a toutefois enchaîné avec un boguey au 14e, après que sa balle se soit entachée avec de la boue — ce qui n’est pas inhabituel cette semaine.

Au 15e, son coup de fer-3 a été ralenti par une bourrasque et ce fut suffisant pour que sa balle s’arrête sur l’avant du vert avant de rouler jusque dans l’eau. Cela a aussi mené à un boguey.

Johnson s’est racheté avec 11 normales consécutives, puis a terminé sa journée avec un oiselet au neuvième trou.

Après un début de tournoi sous la pluie, les prévisions sont plus clémentes ce week-end.

« Je pense que le terrain peut se raffermir un peu, mais ce sera difficile, a dit Johnson. Je pense qu’il va rester suffisamment mou pour jouer du golf agressif et continuer à jouer comme je le fais. J’aime comment je joue. J’aime mes chances. »

Le Japonais Hideki Matsuyama et l’Espagnol Jon Rahm étaient aussi à moins-8 quand le jeu a été interrompu, mais ils devront revenir tôt samedi pour compléter leur deuxième ronde. Woods se retrouvait à égalité au 22e rang à moins-4 avec huit trous à jouer quand il a quitté le parcours vendredi.

Corey Conners, de Listowel, en Ontario, était dans le groupe suivant à moins-3 avec deux trous à jouer. Nick Taylor, d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, se retrouvait à égalité à la normale après une ronde de 72. Mike Weir, de Brights Grove, en Ontario, et Adam Hadwin, d’Abbotsford, étaient en danger de ne pas se qualifier pour les deux dernières rondes, respectivement à plus-1 et plus-2, avec neuf et cinq trous à jouer.