(Los Angeles) Justin Rose et Harold Varner III, un des rares golfeurs noirs du circuit PGA, commencent la 2e ronde en tête du Défi Charles Schwab ce matin.

Agence France-Presse

Les deux hommes ont terminé en tête de la première journée de ce tournoi qui a marqué la reprise à huis clos du golf, jeudi à Forth Worth.

Après trois mois d’arrêt forcé dû au coronavirus, c’est en silence et à distance respectable, compte tenu de la pandémie persistante, que la compétition a repris au Colonial, sous une forte chaleur texane.

La mémoire de George Floyd honorée

Une minute de silence a d’abord été observée, le temps pour le patron du circuit PGA Jay Monahan et toutes les personnes présentes, golfeurs, caddies, personnels de rendre en hommage à George Floyd. La PGA a ainsi exprimé sa solidarité avec les nombreuses protestations contre l’injustice raciale et les violences policières, qui ont lieu aux États-Unis.

Après quoi ce fut l’heure tant attendue du « tee time », à exactement 8 h 46, pour ne pas oublier les 8 minutes 46 secondes de calvaire vécues le 25 mai à Minneapolis par cet homme noir de 46 ans, étouffé durant tout ce temps par le genou d’un policier appuyé sur son cou.

Le silence s’est aussi fait entendre toute la journée de jeudi pour les joueurs, tout au long du parcours évidé de ses spectateurs. Et dans ces conditions inédites, à l’issue de ce premier tour qui offrait un plateau extrêmement relevé avec 16 des 20 premiers mondiaux en lice, dont Tiger Woods est le grand absent, c’est un duo inattendu qui s’est illustré.

Varner « dans la zone »

Le Britannique Justin Rose a longtemps occupé seul la tête, grâce à ses 7 oiselets réussis sur ses 12 premiers trous pour une carte de 63, soit 7 coups sous la normale. Mais le 14e mondial, vainqueur de l’Omnium des États-Unis en 2013, a vu le surprenant Américain Harold Varner III, 124e mondial, rendre la même carte, au prix d’un septième oiselet réussi sur le dernier trou.

Tout en reconnaissant qu’il jouait « plus que pour » lui ce week-end, ce dernier a assuré « n’avoir pensé qu’au golf sur le parcours ». « J’étais dans la zone. Je voulais juste bien jouer. Je sais que nous sommes toujours dans une situation difficile. Je m’en occuperai lorsque j’aurai fini de travailler. »

Derrière ce duo se trouve, à un coup, un quatuor composé du Vénézuélien Jhonattan Vegas, du Mexicain Abraham Ancer, des Américains Colin Morikawa et Justin Thomas. Ce dernier (4e mondial) est le mieux classé du Top 5 en lice.  

Le numéro 1 mondial Rory McIlroy a en effet connu un retour sur les verts plutôt moyen, mais il reste dans le coup à cinq longueurs des leaders. « C’était une de ces journées. Sans histoire », a soufflé après coup le Nord-Irlandais rejoint par l’Américain Brooks Koepka (3e mondial) lui aussi auteur d’une carte de 68.

Enfin l’Espagnol Jon Rahm (2e mondial) se trouve un rang derrière, à six coup du duo de tête, tout comme le vétéran Phil Mickelson.