• Accueil > 
  • Sports > 
  • Golf 
  • > Un arbitre de la LNH à l'Omnium des États-Unis 
Source ID:; App Source:

Un arbitre de la LNH à l'Omnium des États-Unis

L'arbitre de la LNH Garrett Rank a mérité son... (Photo Nathan Denette, archives PC)

Agrandir

L'arbitre de la LNH Garrett Rank a mérité son laissez-passer pour l'Omnium des États-Unis grâce à deux rondes de 71 au Club de golf Ansley en Georgie.

Photo Nathan Denette, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Terrin Waack
Associated Press
Southampton, N.Y.

Pendant quelques jours cette semaine, Garrett Rank laissera de côté les patins pour les souliers à crampons et fréquentera une scène beaucoup plus imposante que ce à quoi il est habitué.

Personne ne négocie Shinnecock Hills sur la glace.

La semaine qui commence n'a rien à voir avec les lignes bleues et des bâtons tenus trop élevés. Elle porte davantage sur des allées vertes et des coups roulés.

Le boulot régulier de Rank a pris fin il y a deux mois lorsque s'est conclue la première ronde des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey. Cela a donné suffisamment de temps à Rank, un officiel dans la LNH depuis trois ans, pour mériter sa première qualification à l'Omnium de golf des États-Unis qui se tiendra au cours du week-end.

«La réaction venant de la communauté hockey a été gigantesque, a déclaré Rank lundi. Je pense que tous les arbitres au sein de notre personnel m'ont envoyé un texto pour me féliciter, m'ont dit qu'ils allaient me suivre et qu'ils sont très fiers de moi.

«J'ai même reçu des appels téléphoniques de gens qui m'ont demandé s'il s'agissait du même Garrett Rank. Je ne connais pas beaucoup de gens avec le même nom. Mais oui, c'est moi. Je vais à l'Omnium des États-Unis.»

Les allées d'un parcours de golf ne servent pas nécessairement de lieu d'évasion pour le Canadien de 30 ans. Bien sûr, c'est plus tranquille. L'environnement est moins chaotique. Il n'y a aucun coup de sifflet, et les pénalités sont parfois imposées par les joueurs eux-mêmes.

Rank n'est là que pour jouer. L'intensité n'est pas différente.

«Vous devez vivre avec la pression de prendre une décision, ou, je suppose, la pression de prendre une mauvaise décision, souligne Rank en faisant allusion au hockey. Et vous devez faire face à la pression d'effectuer un mauvais coup au golf.

«Il faut également être très résolu. Résolu dans les décisions que vous prenez quand vient le temps d'effectuer un coup. Et bien sûr, vous devez prendre une décision en une fraction de seconde lorsque vient le temps d'appeler une pénalité ou non.»

Rank a mérité son laissez-passer pour Shinnecock grâce à deux rondes de 71 au Club de golf Ansley en Georgie, avec comme cadet Dan O'Rourke, un autre arbitre de la LNH. Ce faisant, il a obtenu l'une des trois places disponibles.

«Quel beau rêve qui se réalise», a lancé Rank, dont le cadet à l'Omnium des États-Unis sera son frère aîné Kyle. Lui-même un golfeur occasionnel, Kyle avait campé le même rôle auprès de son frère il y a deux ans, à l'Omnium canadien.

La maladie frappe

Depuis qu'il est tout jeune, Garrett Rank pratique les deux sports. Il l'a fait à l'Université de Waterloo, en Ontario.

Mais en 2011, à l'âge de 22 ans, il a dû mettre un frein à sa carrière sportive lorsqu'il a appris qu'il était atteint d'un cancer des testicules. La détection a été rapide et la même année, il apprenait qu'il était guéri.

Afin de demeurer actif au sein du hockey, il s'est entraîné pour devenir un arbitre, ce qui allait devenir sa carrière. Le golf s'est transformé en activité de loisirs.

«Le cancer, pour moi, aura été une forme de bénédiction, affirme Rank. Ça m'a permis d'avoir une bien meilleure façon d'approcher le hockey et le golf, et de changer mon attitude face à un mauvais coup ou à une décision ratée sur la patinoire.»

En carrière, Rank, dont le père Rich a également été un arbitre au hockey, a oeuvré dans 187 matchs dans la LNH. Il a fait ses débuts en 2015 et est devenu un officiel à temps plein en 2016.

Au golf, il a participé à 15 tournois de l'Association de golf des États-Unis. Son meilleur résultat remonte à 2012 alors qu'il a perdu en finale du Championnat mid-amateur des États-Unis, à un match d'une qualification au Tournoi des Maîtres.

«L'autre jour, on m'a demandé si je préférerais terminer dans le top 10 à l'Omnium des États-Unis où être d'office lors du septième match de la finale de la Coupe Stanley. J'ai répondu le top 10 à l'Omnium des États-Unis. J'ai dit que je vais garder la finale de la Coupe Stanley pour dans 15 ans, quand la qualité de mon golf aura diminué.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer