La première saison de Ocho Cinco a mal commencé. Huit attrapés sans importance pour des gains de seulement 88 verges; aucun touché en trois rencontres. À l'époque où il se faisait connaître par son vrai nom, Chad Johnson, le receveur étoile des Bengals de Cincinnati pouvait présenter de meilleures statistiques lors d'un seul match!

Joe Kay ASSOCIATED PRESS

Autre changement: Ocho Cinco ne dit pas un mot.Le prétentieux receveur de passes a acquis une réputation de bougonneux lorsqu'on ne lui lance pas le ballon, laissant sous-entendre que l'équipe gagnerait davantage de matchs s'il jouait un rôle plus actif au sein de l'attaque. Après trois matchs et autant de défaites jusqu'à maintenant cette saison, il n'a émis aucun commentaire du genre. Il ne compte pas beaucoup d'attrapés, mais il affiche une sérénité irréprochable.

«Ça va venir, a-t-il affirmé. J'ai déjà eu des saisons comme celle-ci - je pense que c'est en 2006, alors que j'avais connu un lent départ. Mais lorsque j'explose, j'explose vraiment. Pour cette raison, je demeure patient et je fais de mon mieux. Et lorsque les opportunités se présenteront, j'en profiterai.»

Pendant combien de temps demeurera-t-il aussi patient? Ça dépend.

Ca dépend, en partie, du temps que Ocho Cinco demeurera le centre d'attention des unités défensives adverses. Depuis le début de la saison, les rivaux des Bengals effectuent des rotations dans leur couverture pour l'empêcher de réaliser un gros jeu.

Dans la défaite de 26-23 dimanche dernier contre les Giants de New York, T.J. Houshmandzadeh a capté 12 passes pour des gains de 146 verges et un touché, le seul de l'équipe par la voie des airs depuis le début de la saison. Ocho Cinco? Trois attrapés et des gains de 29 verges.

«Ça va s'améliorer, a-t-il répété, adoptant un ton rassurant. Ça finit toujours par se placer. Ça ne m'inquiète pas. Sauf l'an dernier, je commence toujours lentement. C'est un peu la norme pour moi. Peut-être que mon jeu est légèrement moins bon.»

Légèrement? Il s'agit de son plus mauvais début de saison depuis 2002, sa deuxième dans la NFL. Voici ses statistiques après trois matchs lors de chacune de ses saisons, depuis 2002:

- 18 attrapés, 303 verges, un touché en 2003.

- 16 attrapés, 243 verges, un touché en 2004.

- 19 attrapés, 307 verges, trois touchés en 2005.

- 12 attrapés, 137 verges, un touché en 2006.

- 25 attrapés, 442 verges, trois touchés en 2007.

- 8 attrapés, 88 verges, aucun touché en 2008.

En 2006, il avait une bonne raison pour motiver son lent départ. Le quart Carson Palmer se rétablissait d'une opération à un genou et il n'avait pas encore retrouvé son doigté. Lors de ces trois matchs, tous les membres de l'unité offensive des Bengals avaient perdu leur synchronisme.

Cette année, on peut expliquer ses contre-performances par la qualité des défensives que les Bengals ont affrontées jusqu'à maintenant - les Ravens, les Titans et les Giants - sans pouvoir compter sur une attaque au sol potable. Les Bengals ne totalisent que 260 verges par la voie terrestre en trois matchs - et Palmer en compte 38 à lui seul, en six courses.

«Plus souvent qu'autrement, il captera un nombre important de passes lorsque notre attaque au sol fonctionne bien, ce qui force les défensives adverses à insérer leur maraudeur tout près de la ligne de mêlée au lieu de l'ajouter à la couverture de Chad, a expliqué Palmer. D'autres facettes de notre attaque doivent mieux fonctionner pour qu'il se mette en marche, et c'est toujours ce qui survient.»