(Cincinnati) Evan McPherson devait réussir le plus important botté de précision de sa vie, samedi, et il a exécuté le travail avec brio, propulsant les Bengals de Cincinnati en finale de l’Américaine pour la première fois en 33 ans.

Publié le 25 janvier
Mitch Stacy Associated Press

Mais avant même de frapper le ballon, la recrue de 22 ans savait que c’était dans la poche et il s’est permis de le dire haut et fort.

« Il discutait avec (le quart suppléant Brandon Allen) au moment d’entrer sur le terrain pour effectuer son botté, raconte le quart-arrière Joe Burrow en rigolant. Il a fait un petit mouvement de la jambe pour se réchauffer et il a dit : “On dirait qu’on s’en va en finale de l’AFC” — puis il est allé faire son botté. »

Le placement de 52 verges de McPherson au moment où les dernières secondes s’écoulaient au cadran, samedi, était son quatrième botté réussi du match en quatre occasions dans la victoire de 19-16 des Bengals sur les Titans du Tennessee. Depuis le début des éliminatoires de la NFL, sa fiche est toujours parfaite en huit tentatives.

« Il a de la glace dans les veines », s’étonne son entraîneur-chef Zac Taylor.

L’exploit de samedi était d’ailleurs le quatrième botté victorieux de McPherson cette saison. Ses coéquipiers l’ont d’ailleurs surnommé « Shooter », le tireur.

« C’est mon travail », a simplement déclaré le spécialiste avec humilité. « C’est ce que je fais pour gagner ma vie. Alors, c’est mon travail de demeurer relaxe, calme, en contrôle dans des moments comme ceux-là. Et je suis juste tellement content que mon équipe ait pu me placer dans une bonne position pour que je puisse avoir du succès et avoir la chance de gagner le match. »

Les Bengals misaient sur cette force mentale et cette efficacité sur le terrain lorsqu’ils ont utilisé un choix de cinquième ronde (149e au total) pour sélectionner le jeune botteur au plus récent repêchage de la NFL.

En trois ans à l’Université Florida, McPherson a réussi 51 de ses 60 bottés de placement (85 %), incluant cinq de ses huit tentatives sur des distances de plus de 50 verges. De plus, il n’a raté qu’un seul converti en 150 occasions.

Les Bengals cherchaient de la stabilité et de la puissance après avoir remercié Randy Bullock en plein milieu de la saison 2020 et l’avoir terminée avec Austin Seibert, qui s’est fait ravir son job par McPherson en 2021.

« C’était une position qui, je ne sais pas si on peut dire incertaine, mais disons qu’on était un peu mitigé, a confié le coordonnateur des unités spéciales Darrin Simmons. On voulait élever un peu la barre, sachant qu’on avait un quart-arrière capable de nous amener en position de marquer beaucoup de points. Avoir un botteur fiable, quelqu’un sur qui on peut compter dans des moments critiques comme celui-là, c’est énorme pour nous. »

Burrow sait très bien reconnaître un regard confiant lorsqu’il en voit un.

« On savait parfaitement ce qu’on avait au moment où il est entré dans la pièce au camp d’entraînement. On a tout simplement constaté comment il se comportait, a révélé le jeune quart-arrière partant. Évidemment, tout le monde à ce niveau peut botter le ballon entre les poteaux, mais c’est la manière dont une personne se comporte dans le vestiaire qui nous montre qu’elle a la confiance nécessaire pour aller sur le terrain et réussir un botté comme celui-là et performer comme il l’a fait dans un match comme celui-là. On savait exactement quel genre de joueur on avait dès le camp d’entraînement. »

En incluant les matchs éliminatoires, McPherson a réussi 36 de ses 41 tentatives de placements (87,8 %), incluant 11-en-13 sur des distances de plus de 50 verges. Il a également réussi 49 de ses 51 convertis.

Deux de ses ratés sont survenus lors d’une défaite de 25-22 en prolongation face aux Packers de Green Bay lors de la cinquième semaine. Un botté de 57 verges au quatrième quart a frappé le poteau droit et un botté de 49 verges en prolongation est passé tout juste à la gauche des poteaux alors que le vent tourbillonnait.

À la suite de ce qui était sans doute sa pire journée de travail chez les professionnels, le jeune athlète a rebondi avec panache en réussissant 23 de ses 25 placements suivants jusqu’à la fin de la saison.

Depuis qu’il a prédit son botté de la victoire, samedi, McPherson s’est attiré énormément d’attention. Il faut dire que son puissant coup de pied ne laissait aucun doute sur l’issue du match et sur la participation des Bengals à la finale de l’Américaine dimanche prochain contre les Chiefs à Kansas City.

Il n’était pas né la dernière fois que les Bengals ont gagné un titre d’association — seulement deux joueurs de l’équipe avaient vu le jour — mais McPherson comprend l’importance du moment quand il voit l’effervescence dans la ville de Cincinnati qui est affamée de championnat.

« C’est vraiment spécial de voir que notre équipe crée son propre legs, a-t-il dit. Je crois qu’on se souviendra pour toujours de cette édition des Bengals. Et l’énergie que l’on a injectée à la ville de Cincinnati, je trouve ça extraordinaire. La ville est en feu ! »