Les bonnes équipes trouvent le moyen de gagner. Ce fut laborieux, mais c’est exactement ce que les Alouettes ont fait, lundi après-midi au stade Percival-Molson.

Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

Dans un match qui a été âprement disputé, les joueurs de Khari Jones ont vaincu le Rouge et Noir d’Ottawa in extremis, marquant le touché victorieux alors qu’il ne restait plus que 42 secondes à écouler. Une victoire de 20-16 qui permet aux Als de revenir à la barre de ,500 (4-4).

C’est Vernon Adams fils qui avait entamé la dernière série offensive des Alouettes, mais c’est Matt Shiltz qui l’a terminée. À la fin d’une course, Adams fils a été plaqué solidement et a quitté la rencontre. Il s’agirait d’une blessure à l’épaule gauche.

Quelques minutes après le match, Adams fils a quitté le stade sur une civière. Les Alouettes ne connaissaient pas la nature exacte de sa blessure. « C’est son épaule gauche, et il ressentait de l’inconfort », a dit Jones.

Il ne restait plus que 2 min 13 s à faire au quatrième quart, et les Alouettes tiraient de l’arrière 16-13 lorsque Shiltz a remplacé Adams fils. Le quart réserviste s’apprêtait à vivre les plus beaux moments de sa carrière professionnelle.

Shiltz a réussi ses 3 passes pour des gains de 36 verges et a réussi une belle course de 17 verges, qui a positionné les siens près de la zone des buts du Rouge et Noir. Cameron Artis-Payne a marqué le majeur de la victoire avec une course de sept verges, terminant de belle façon ce qui était son premier départ dans la LCF.

« J’espère de tout mon cœur que la blessure de Vernon ne sera pas trop sérieuse. On passe beaucoup de temps ensemble et on est très près l’un de l’autre », a d’emblée dit Shiltz, qui n’était pas particulièrement nerveux de se retrouver sur le terrain alors que l’issue du match restait à être décidée.

J’ai mis les choses en perspective, il ne faut pas voir ça plus gros que c’est vraiment. Comme Khari [Jones] nous dit toujours, on doit profiter du moment et s’amuser.

Matt Shiltz

« Ça fait certainement partie de mes plus beaux moments dans la LCF. Je suis choyé de jouer au football professionnel, il y a beaucoup de gens qui rêveraient d’être dans ma position. J’apprécie donc chaque moment qui passe », a commenté Shiltz.

Des huées bien nourries pour les arbitres

Adams fils a été plaqué solidement à plusieurs occasions durant la rencontre, dont une fois par le demi défensif Abdul Kanneh, un geste qui aurait de toute évidence dû être pénalisé, mais qui ne l’a pas été. Même si Adams fils avait glissé les deux pieds vers l’avant à la fin de l’une de ses courses, Kanneh n’a jamais ralenti et l’a plaqué solidement au sol. Aucun mouchoir orange n’est sorti, à la surprise générale.

Adams fils est resté étendu au sol durant quelques secondes. Les 15 236 spectateurs, eux, ont copieusement hué les arbitres durant quelques minutes. Sur les lignes de touche, Jones était dans tous ses états, et avec raison.

« Je ne vais pas commenter cette décision des arbitres. Il n’y a rien de bon qui en ressortirait », s’est contenté de dire l’entraîneur-chef après la partie.

Dans son ensemble, le travail des officiels a été très en deçà des normes d’une ligue professionnelle. Il y a eu plusieurs décisions douteuses au cours du match.

Difficile pour la ligne offensive

Obtenant son premier départ parce que William Stanback était blessé aux côtes, Artis-Payne a gagné 122 verges en 21 courses et en a ajouté 27 autres en 4 attrapés.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Vernon Adams fils et Cameron Artis-Payne

« Il a été excellent. J’étais surtout heureux de lui donner la chance de jouer, car c’est difficile de le faire lorsqu’on peut compter sur un demi comme William. Le moment n’était pas trop gros pour lui », a commenté Jones au sujet de l’ancien des Panthers de la Caroline.

Homme de peu de mots, Artis-Payne n’a pas été surpris par le calibre de jeu à son premier départ dans la LCF et n’était pas nerveux à la porte des buts en fin de match avant d’inscrire le touché décisif. « Il n’y avait aucune nervosité, seulement de l’excitation », a-t-il dit.

L’absence de deux partants sur la ligne offensive, Philippe Gagnon et Sean Jamieson, n’a manifestement pas eu un grand impact sur le jeu au sol, mais la protection devant Adams fils a fait défaut. Le Rouge et Noir a totalisé six sacs du quart.

« Notre chimie n’était peut-être pas très bonne aujourd’hui, mais dans les moments importants, je pense qu’on a fait le travail », a estimé le garde Kristian Matte.

En plus de devoir faire appel aux réservistes David Foucault et David Brown, les Alouettes ont vu le bloqueur à gauche Chris Schleuger tomber au combat en première demie. Schleuger remplaçait Tony Washington, qui a été forcé de jouer en dépit d’une blessure à une jambe. « Il était loin d’être à 100 % », a noté Jones.

Les héros du match

Artis-Payne a été l’as de l’attaque, et Shiltz a réussi des jeux clés en fin de match, mais à l’exception de sa première série, qui n’a duré que trois jeux et qui s’est terminée par un touché de Jake Wieneke, l’attaque des Alouettes en a arraché. Adams fils a réussi 12 de ses 21 passes pour 157 verges de gains, un touché et une interception, lui qui a été frappé durement derrière sa ligne.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Micah Awe et Jake Wieneke

N’eût été du jeu de leur défense, les Alouettes auraient probablement été surpris par le Rouge et Noir. Mais l’unité de Barron Miles a terminé la rencontre avec cinq sacs du quart, une interception et n’a accordé aucun touché au jeune Caleb Evans et à l’attaque du Rouge et Noir. Le botteur Lewis Ward a réussi quatre placements, et les Alouettes ont accordé deux touchés de sûreté.

« Nos joueurs défensifs ont vraiment été les héros de notre équipe aujourd’hui. Notre défense redonnait constamment le ballon à notre attaque. Notre front et nos secondeurs ont exercé de la pression durant tout le match, et leur quart [Evans] n’a jamais pu se sentir à l’aise », a expliqué Jones.

« J’ai d’ailleurs donné le ballon du match à notre ligne défensive. Chaque membre de ce groupe a joué extrêmement bien. »

Les Alouettes et le Rouge et Noir s’affronteront à nouveau samedi, cette fois à Ottawa. On en saura davantage au cours des prochains jours, mais il serait assez étonnant qu’Adams fils puisse participer à la rencontre. La question est plutôt de savoir si la blessure qu’il a subie lui fera rater plusieurs matchs ou même le reste de la saison.