Il y aura la poète Amanda Gorman, qui a séduit tout le monde à la prestation de serment de Joe Biden.

Publié le 7 févr. 2021
Philippe Cantin
Philippe Cantin La Presse

Il y aura le chanteur canadien The Weeknd et son succès Blinding Lights au spectacle de la mi-temps.

Il y aura un hommage aux travailleurs de la santé, héros de la pandémie.

Et il y aura deux quarts-arrières plus grands que nature, une authentique légende et une légende en devenir : Tom Brady et Patrick Mahomes. Qui l’emportera entre le plus grand quart de l’histoire de la NFL et le prétendant à son trône ?

J’ai beau fouiller dans ma mémoire, repenser aux exploits d’Eli Manning (j’ai toujours eu un faible pour les Giants de New York) et aux défaites crève-cœur des Bills de Buffalo, je pense que le Super Bowl de dimanche a le potentiel de surpasser tous les autres sur le plan dramatique.

La confrontation est unique. Tony Romo, le superbe analyste du réseau CBS, a attaché le grelot la semaine dernière en plaçant, dans des propos rapportés par Sports Illustrated, le duel en perspective.

> Lisez l’article de Sports Illustrated (en anglais)

« Ce sera un des grands affrontements dans l’histoire du sport, a dit l’ancien quart des Cowboys de Dallas. Pouvez-vous imaginer si Michael Jordan pouvait conduire son équipe en finale contre LeBron [James], devenu le visage de la ligue ? C’est ce qu’on a dans ce Super Bowl. C’est comme Jack Nicklaus contre Tiger Woods. »

Toutes les éditions du Super Bowl ont leur trame narrative. Les joueurs, les dirigeants et les analystes ont deux semaines pour la tisser. Pandémie ou pas, un axe de discussion émerge inévitablement. Cette fois, cette lutte entre deux surdoués occulte tout le reste. On peut même pousser l’analogie de Romo plus loin et dire que ça ressemble à un combat de boxe pour le championnat du monde des poids lourds. Après « The Thrilla in Manila » entre Joe Frazier et Muhammad Ali en 1975, voici « The Thrilla in Tampa » entre Brady et Mahomes.

Dans cet ultime sport d’équipe qu’est le football, où – comme on le sait tous – les unités spéciales feront peut-être la différence, c’est exceptionnel qu’un match devienne personnalisé à ce point. Ce n’est pas l’attaque des Chiefs contre la défense des Bucs ou l’inverse. C’est Brady c. Mahomes. Et ça promet en grand !

***

Êtes-vous fan de Brady ? Avec son histoire de ballons dégonflés et sa casquette rouge MAGA dans son casier en 2015, il n’a jamais été un de mes favoris. Mais j’admire son incroyable parcours. Souvenons-nous : quand Tiger Woods a remporté le Tournoi des Maîtres en 2019, sa victoire a suscité un enthousiasme fou. Non seulement en raison de son retour au sommet, mais aussi parce qu’il a réalisé cet exploit à 43 ans. Dans le sport professionnel, c’est presque la vieillesse.

PHOTO MATT LUDTKE, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Tom Brady, quart-arrière des Buccaneers de Tampa Bay, célébrant la victoire des siens face aux Packers de Green Bay, en finale de la Conférence nationale

Brady a le même âge aujourd’hui. Et même si le golf professionnel est dur pour le corps, il ne faut pas comparer avec les risques courus par un quart-arrière de la NFL. Les rivaux de Tiger n’ont jamais tenté de le plaquer sur un tertre de départ ou essayé de lui bousiller les côtes en fonçant tête première vers lui sur les verts. (Remarquez que certains d’entre eux ont dû en éprouver le goût quand il dominait outrageusement son sport !)

Brady, lui, a vécu avec ces menaces physiques (souvent concrétisées) toute sa carrière. Il a encaissé des milliers de coups, mais ne semble pas en porter les stigmates. En conférence de presse cette semaine, il dégageait toujours cette image de premier de classe au-dessus des dangers inhérents à sa profession.

Comment fait-il ? Cette semaine, j’ai reçu un courriel d’une firme américaine expliquant en grande partie sa longévité par le soin porté à sa santé. C’est en effet une partie de la réponse. Mais la qualité de son sommeil et son souci d’une saine hydratation font-ils vraiment foi de tout ? Non, il y a davantage : Brady a un talent unique et une force de caractère encore plus grande.

La retraite ? Ce n’est pas dans ses plans. Cette semaine, il a même avancé l’idée de jouer au-delà de 45 ans ! On dit souvent qu’il ne faut jamais parier contre Brady. (Comme des milliers d’amateurs, j’aurais dû observer ce principe dans mes prédictions d’avant-saison.) Non, Brady n’égalera pas Gordie Howe, qui a joué dans la LNH jusqu’à 52 ans. Mais il pourrait bien demeurer à la tête de l’attaque des Buccaneers de Tampa Bay trois saisons de plus.

Brady est un phénomène, point final.

***

Face à lui, on retrouve Mahomes, le héros du dernier Super Bowl. Rappelons-nous : quand il a pesé sur l’accélérateur au quatrième quart, les pauvres 49ers de San Francisco ont été liquéfiés et leur avance de 10 points s’est transformée en déficit. Mahomes, comme les meilleurs athlètes du monde, n’a pas seulement inspiré les siens, il a détruit psychologiquement ses rivaux. Trois touchés au dernier quart et l’affaire était entendue.

PHOTO REED HOFFMANN, ARCGIVES ASSOCIATED PRESS

Patrick Mahomes, quart-arrière des Chiefs de Kansas City, lors de la finale de la Conférence américaine face aux Bills de Buffalo

Mahomes (une victoire) rejoindra-t-il un jour Brady (six victoires) pour le nombre de titres du Super Bowl ? Selon Romo, la possibilité existe, mais à la condition qu’il gagne le match de dimanche. « Le fait que Mahomes fasse partie de cette conversation indique à quel point il est exceptionnel, a-t-il expliqué. S’il gagne, il garde cette porte ouverte. Mais si Brady l’emporte, personne ne le dépassera. »

Au-delà des records, il y a le spectacle. Brady nous a épatés mille fois au fil des ans. Mais existe-t-il aujourd’hui – tous sports confondus – un athlète plus excitant que Mahomes ? Son exceptionnelle vision périphérique lui permet des tours de magie à chaque match.

***

Alors, qui l’emportera ? J’ai bien peur de ne pas apprendre entièrement de mes erreurs et je parie contre Brady. Mahomes et ses Chiefs coifferont un deuxième titre consécutif. Les deux quarts-arrières s’en donneront à cœur joie et ce match sera à haut pointage : 35-24 Chiefs.

Mais peu importe le résultat, l’essentiel est que les deux équipes nous en mettent plein la vue. Malgré la COVID-19, la NFL a terminé son calendrier avec un minimum d’ennuis. Et elle mettra fin à sa saison dimanche avec un probable feu d’artifice.

Avouons-le, ça nous fera du bien d’oublier nos tracas pandémiques le temps d’une soirée captivante.

Le temps de Brady c. Mahomes.

Le temps, peut-être, du Super Bowl de tous les Super Bowls.