Pour la deuxième journée de suite, il y aura trois matchs éliminatoires, ce dimanche. Les Ravens de Baltimore et les Titans du Tennessee s’affronteront à Nashville (13 h), les Bears de Chicago joueront ensuite contre les Saints à La Nouvelle-Orléans (16 h 40), puis les Steelers accueilleront les Browns de Cleveland à Pittsburgh (20 h 15). Voici ce qui sera à surveiller lors de ces trois rencontres.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Ravens de Baltimore c. Titans du Tennessee

PHOTO TROY TAORMINA, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Le porteur de ballon Derrick Henry (22)

Forts de leurs cinq victoires consécutives pour terminer la saison, les Ravens sont favoris pour remporter ce qui est à première vue le match le plus prometteur en ce premier week-end des éliminatoires.

Les Titans ont pourtant gagné les deux derniers affrontements et possèdent l’un des joueurs les plus dominants de la NFL en Derrick Henry. Mais la machine des Ravens s’est mise en marche au moment où elle devait le faire à tout prix afin de participer au tournoi et on soupçonne qu’aucune équipe ne souhaite la retrouver sur son chemin.

Même s’il a gagné le titre de joueur par excellence en 2019, Lamar Jackson connaît les meilleurs moments de sa jeune carrière depuis quelques semaines. Jackson ne sera jamais le genre de quart-arrière qui gagne 350 verges aériennes par match régulièrement, mais ce n’est pas un mauvais passeur, contrairement à ce que croient certains observateurs.

PHOTO TOMMY GILLIGAN, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Le quart-arrière des Ravens Lamar Jackson

Le jeune quart des Ravens a réussi 64,4 % de ses tirs et a totalisé 26 passes de touché contre neuf interceptions cette saison. En carrière, ces chiffres sont de 64 %, 68 passes de touché et 18 interceptions. Un quart-arrière ne peut obtenir de telles statistiques s’il n’est pas un passeur de talent, surtout pas lors de ses trois premières saisons.

Cela dit, ce sont bien sûr les courses de Jackson qui en font un joueur d’exception. Et c’est grâce à lui que les Ravens possèdent l’un des jeux au sol les plus productifs et dangereux de l’histoire de la NFL.

On croyait que la perte de l’excellent bloqueur à gauche Ronnie Stanley causerait des problèmes aux Ravens, mais ça n’a pas été le cas jusqu’à maintenant. Jackson n’a été victime que d’un seul sac à ses trois derniers matchs et le jeu au sol des Ravens n’a jamais ralenti.

Jackson a mené les Ravens avec 1005 verges au sol en 2020. La recrue J.K. Dobbins, dont la productivité a augmenté plus la saison avançait, a ajouté 805 verges en 134 courses, une impressionnante moyenne de six verges. Dobbins et Gus Edwards se partagent le boulot dans le champ arrière, tandis que le vétéran Mark Ingram se veut essentiellement une police d’assurance à ce stade-ci.

Parce qu’il y a au moins deux menaces au sol à presque tous les jeux, les adversaires des Ravens sont vulnérables aux longues passes. Les receveurs de deuxième année Marquise Brown et Miles Boykin ont la vitesse pour exploiter cette réalité, surtout Brown, l’un des joueurs les plus explosifs de la ligue. L’ailier rapproché Mark Andrews et l’ailier espacé Willie Snead IV sont efficaces dans les zones intermédiaires et en milieu de terrain. Pas facile à contenir, cette attaque…

Jackson et l’attaque posent plusieurs problèmes à leurs adversaires et la défense des Titans n’a pas beaucoup de mordant. Elle a terminé au 29rang (277 verges par match) contre la passe, malgré la présence de quelques bons demis défensifs, dont Kevin Byard, et a accordé 4,5 verges par course, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne du circuit.

Pour vaincre les Ravens une troisième fois de suite, l’entraîneur-chef Mike Vrabel devra parvenir à soutirer le maximum de quelques-uns de ses meilleurs éléments en défense, on pense notamment à Rashaan Evans, Harold Landry III et Jeffery Simmons, trois jeunes joueurs qui peuvent en donner un peu plus.

On le sait tous, les espoirs des Titans reposent presque toujours sur Derrick Henry, qui a gagné plus de 2000 verges au sol pour la première fois de sa carrière cette saison.

Ryan Tannehill peut également compter sur l’un des bons ailiers espacés de la ligue, le très robuste A.J. Brown, mais les Ravens choisiront probablement de lui opposer l’excellent demi de coin Marlon Humphrey.

Henry sera certes attendu de pied ferme, mais la défense des Ravens n’a pas connu une très bonne saison contre la course et a accordé un total de 328 verges au porteur des Titans lors des deux derniers affrontements. Henry obtiendra probablement au moins 100 verges au sol, ce dimanche. La clé sera le jeu des Ravens près de la zone payante.

Les Titans ont un très bon trio de joueurs offensifs avec Henry, Tannehill et Brown, mais si on les analyse attentivement, les Ravens ont la plus complète des deux formations. Après avoir subi la défaite lors de ses deux premiers matchs éliminatoires, Lamar Jackson devrait goûter à la victoire pour la première fois de sa carrière.

Notre prédiction : Ravens 30, Titans 21

Ce dimanche, 13 h, au Nissan Stadium à Nashville

Ravens de Baltimore

Fiche : 11-5
Points marqués : 468 (29,3 par match) – 7rang de la NFL
Points accordés : 303 (18,9 par match) – 2rang de la NFL

Titans du Tennessee

Fiche : 11-5
Points marqués : 491 (30,7 par match) – 4rang de la NFL
Points accordés : 439 (27,4 par match) – 24rang de la NFL

Les trois derniers affrontements

22 novembre 2020 : Titans 30, Ravens 24 (en prolongation) (à Baltimore)
11 janvier 2020 (match éliminatoire) : Titans 28, Ravens 12 (à Baltimore)
14 octobre 2018 : Ravens 21, Titans 0 (au Tennessee)
En séries : Égalité 2-2 entre les deux équipes

Bears de Chicago c. Saints de la Nouvelle-Orléans

PHOTO NAM Y. HUH, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

David Montgomery (32), porteur de ballon des Bears, franchi la défense des Saints, en novembre dernier.

En mai dernier, les Bears ont décliné l’option du contrat de Mitchell Trubisky qui aurait pu leur assurer de le garder dans leur formation pour la saison 2021. Et pour être bien franc, c’est une décision qu’à peu près tout le monde aurait prise.

Trubisky a peut-être été le joueur de la NFL qui s’est le plus fait critiquer au cours des deux ou trois dernières années. Que ce soit injuste ou non, il sera toujours comparé à Patrick Mahomes et à Deshaun Watson.

Trubisky a été le deuxième espoir choisi au repêchage de 2017, huit rangs avant Mahomes et 10 avant Watson. Or, ce sont les Bears, qui avaient même amélioré leur rang de sélection d’une position afin de s’assurer de pouvoir sélectionner Trubisky, qui méritent d’essuyer les critiques pour cette gaffe.

Comme une majorité de gens, l’auteur de ces lignes croyait que l’entrée en scène de Nick Foles à la fin septembre serait une bonne chose pour les Bears. Cela ne s’est pas avéré puisque les Bears ont perdu cinq des sept départs de Foles.

Depuis qu’il a repris son poste de partant, Trubisky joue avec plus de confiance. Ses statistiques sont correctes sans plus, mais il faut tenir compte du fait qu’il doit composer avec une ligne qui en arrache, et avec un jeu au sol et un groupe de receveurs qui manquent de constance et qui sont limités dans ce qu’ils peuvent accomplir.

PHOTO MIKE DINOVO, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Mitchell Trubisky

Bref, si Trubisky quitte Chicago et qu’il connaît du succès avec une équipe plus talentueuse, les Bears se seront peut-être trompés deux fois. Trubisky ne deviendra probablement jamais un quart de premier plan, mais il n’est âgé que de 26 ans et avait très peu joué dans la NCAA avant son passage dans les rangs professionnels. Le meilleur est probablement à venir dans son cas.

Ce dimanche, Trubisky sera toutefois opposé à une défense qui devrait offrir une performance inspirée. Les Saints forment l’une des équipes les plus expérimentées de la NFL avec des joueurs comme Drew Brees, Cameron Jordan, Emmanuel Sanders, Demario Davis, Janoris Jenkins, Malcolm Jenkins et Jared Cook, qui sont tous âgés de 31 ans et plus.

Il y a aussi de très bons jeunes joueurs chez les Saints, dont Alvin Kamara, Michael Thomas et Ryan Ramczyk, mais si Brees prend sa retraite au cours de l’hiver, il y aura forcément une période d’adaptation. En ce sens, la meilleure chance à moyen terme qu’aura l’équipe de Sean Payton de gagner un deuxième titre du Super Bowl est probablement cette année. Les Saints devraient donc jouer avec l’intensité dans le tapis en janvier.

Kamara (COVID-19) et Thomas (cheville) devraient être de retour à leur poste contre les Bears, qui devront absolument obtenir un « gros » match de leur défense afin d’avoir une chance de surprendre les Saints. Dominante en 2018, l’unité n’a plus jamais été la même depuis deux ans. Mais avec des joueurs du calibre de Khalil Mack, Akiem Hicks et Eddie Jackson, elle pourrait permettre aux Bears de compliquer la tâche des Saints. Le secondeur intérieur Roquan Smith risque toutefois de rater le match, blessé à un coude.

Brees et ses coéquipiers comprennent l’urgence de la situation et possèdent une bien meilleure équipe que les Bears. Ils ne l’échapperont pas.

Prédiction : Bears 16, Saints 27

Ce dimanche, 16 h 40, au Mercedes-Benz Superdome à La Nouvelle-Orléans

Bears de Chicago

Fiche : 8-8
Points marqués : 372 (23,3 par match) – 22rang de la NFL
Points accordés : 370 (23,1 par match) – 13rang de la NFL

Saints de La Nouvelle-Orléans

Fiche : 12-4
Points marqués : 482 (30,1 par match) – 5rang de la NFL
Points accordés : 337 (21,1 par match) -5rang de la NFL

Les trois derniers affrontements

1er novembre 2020 : Saints 26, Bears 23 (en prolongation) (à Chicago)
20 octobre 2019 : Saints 36, Bears 25 (à Chicago)
29 octobre 2017 : Bears 12, Saints 20 (à La Nouvelle-Orléans)
En séries : Les Bears mènent la série 2-0.

Browns de Cleveland c. Steelers de Pittsburgh

PHOTO KEN BLAZE, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Ronnie Harrison (33) des Browns et JuJu Smith-Schuster (19) des Steelers

Favori pour remporter le titre d’entraîneur-chef de l’année, Kevin Stefanski regardera le premier match éliminatoire des Browns en 18 ans à la télévision. Stefanski a appris qu’il était infecté à la COVID-19 en début de semaine.

C’est le coordonnateur des unités spéciales Mike Priefer qui remplacera Stefanski sur les lignes de touche. Quelques autres membres des Browns rateront également le match en raison de la COVID-19, dont le garde Joel Bitino.

L’absence de Bitino, qui est l’un des meilleurs joueurs de ligne offensive des Browns, surviendra à un très mauvais moment. Le front défensif des Steelers a réussi quatre sacs aux dépens des Browns, dimanche dernier, et c’était sans T.J. Watt et Cameron Heyward, qui seront bien reposés pour la rencontre de ce dimanche soir.

Les Steelers ont mené la NFL au chapitre des sacs pour la quatrième année de suite avec une récolte de 56. Leur défense s’est ressentie de la perte des secondeurs Bud Dupree et Devin Bush au cours des dernières semaines, mais la recrue Alex Highsmith s’améliore à la vitesse grand V et Robert Spillane devrait faire un retour au jeu après avoir raté les quatre derniers matchs en raison d’une blessure à un genou.

La clé pour les Browns sera le jeu des demis offensifs Nick Chubb et Kareem Hunt, qui forment la meilleure paire de la ligue. Si les deux porteurs de ballon sont incapables de connaître du succès, le défi de Baker Mayfield sera considérable.

PHOTO KEN BLAZE, USA TODAY SPORTS

Baker Mayfield (6)

À l’inverse de celui des Browns, le jeu au sol des Steelers est anémique. Il n’obtient en moyenne que 3,6 verges par course, le pire rendement de la ligue. Que ce soit James Conner, Benny Snell ou la recrue Anthony McFarland qui joue, rien n’y fait. Avec le recul, les Steelers auraient dû rapatrier Le’Veon Bell lorsque l’occasion s’est présentée.

À défaut d’être bonne sur les jeux au sol, la ligne offensive des Steelers excelle en protection de passe. Elle n’a accordé que 14 sacs en 16 matchs, bon pour le premier rang, et ce même si les Steelers ont mené la ligue avec 656 passes tentées.

Les Browns devront donc obtenir une excellente performance de Myles Garrett, d’autant que leur autre ailier défensif régulier, Olivier Vernon, ne jouera plus cette saison après s’être déchiré un tendon d’Achille la semaine dernière.

Ben Roethlisberger a joué comme il l’avait fait en première moitié de saison lors de la deuxième demie du dernier match qu’il a disputé, le 27 décembre contre les Colts d’Indianapolis. Mais son jeu a été inégal en décembre, bien qu’il n’ait pas été aidé par les nombreuses passes échappées par ses receveurs. On sait que la défense des Steelers est bonne et que leur jeu au sol est mauvais. Ultimement, c’est le bras de Roethlisberger qui décidera de leur fortune dans les éliminatoires

Les deux dernières fois que les Browns ont accédé aux séries (après les saisons de 1994 et 2002), ils ont été éliminés par les Steelers. Il serait étonnant qu’ils ne subissent pas le même sort cette année.

Notre prédiction : Browns 17, Steelers 26

Ce dimanche, 20 h 15, au Heinz Field à Pittsburgh

Browns de Cleveland

Fiche : 11-5
Points marqués : 408 (25,5 par match) – 14rang de la NFL
Points accordés : 419 (26,2 par match) – 21rang de la NFL

Steelers de Pittsburgh

Fiche : 12-4
Points marqués : 416 (26 par match) – 12rang de la NFL
Points accordés : 312 (19,5 par match) – 3rang de la NFL

Les trois derniers affrontements

3 janvier 2021 : Steelers 22, Browns 24 (à Cleveland)
18 octobre 2020 : Browns 7, Steelers 38 (à Pittsburgh)
1er décembre 2019 : Browns 13, Steelers 20 (à Pittsburgh)
En séries : Les Steelers mènent la série 2-0.