La LCF a confirmé, mercredi, que sa saison ne commencerait pas avant le mois de septembre au plus tôt, elle qui devait normalement débuter le 11 juin. La ligue a également annoncé que le match de la Coupe Grey changerait possiblement de ville et de date s’il devait être disputé.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

« Cela ne veut pas dire pour autant qu’il y aura une saison », a noté le commissaire de la ligue, Randy Ambrosie, qui a répondu à des questions de détenteurs de billets de saison en ligne, mercredi.

« Il serait impossible de disputer des matchs dans certaines villes », a rappelé Ambrosie, faisant ainsi référence à Montréal, à Calgary et à Edmonton. Les provinces du Québec et de l’Alberta ont interdit tout événement sportif public jusqu’au 31 août inclusivement en raison de la pandémie de la COVID-19.

« La possibilité qu’il n’y ait pas de saison du tout est bien réelle. On espère qu’il y en aura une, mais cela dépendra de la situation avec le virus (COVID-19). »

La LCF et Ambrosie étudient plusieurs possibilités, dont celle de présenter des matchs sans partisans ou encore devant des foules plus modestes afin de pouvoir respecter les mesures de distanciation sociale. La ligue continue de discuter avec les différents gouvernements à ce sujet.

« On parle surtout avec les responsables de la santé publique afin d’obtenir leurs conseils et les lignes directrices dont on devrait tenir compte dans les différents scénarios que nous étudions, et qui nous permettraient possiblement d’accueillir des partisans à nos matchs », a indiqué Ambrosie.

À Regina en 2022

La LCF a également fait l’annonce que le match de la Coupe Grey, qui devait être disputé le 22 novembre à Regina, pourrait fort bien être disputé dans une autre ville et à une date ultérieure.

Si une saison devait avoir lieu, la formation parmi les deux équipes finalistes qui aurait eu la meilleure fiche en saison régulière accueillerait le match de la Coupe Grey en 2020. Dans l’éventualité où les deux équipes auraient terminé la saison avec la même fiche, la ligue utiliserait les mêmes mesures de bris d’égalité qu’elle utilise normalement.

Comme il l’était déjà prévu, le match de la Coupe Grey de 2021 sera présenté à Hamilton. Le match de 2022, qui n’avait toujours pas été octroyé à une ville, a été accordé à Regina en compensation pour 2020 et par souci d’équité.

« La Coupe Grey, c’est beaucoup plus qu’un match de football. Il y a toutes les festivités qui sont en marge du match. On aurait pu présenter la rencontre à Regina si ce n’était qu’un simple match, mais on sait que ce sera très différent cette année, même s’il devait y avoir une Coupe Grey. »

Le match de la Coupe Grey pourrait également être repoussé de quelques semaines et être joué en décembre.

« C’est le contraire de ce qu’on tente de faire depuis quelques années, alors qu’on a voulu devancer le match de la Coupe Grey. Mais en ayant la possibilité de repousser le match, cela nous donnerait une plus grande marge de manœuvre afin de pouvoir disputer plus de parties durant la saison », a expliqué Ambrosie.

La ligue a par ailleurs confirmé qu’il n’y aurait pas de rencontre à Halifax cette année. Les Argonauts de Toronto et les Roughriders de la Saskatchewan devaient s’affronter dans le stade de l’Université Saint Mary’s, le 25 juillet.

Revoir la structure d’affaires

Ambrosie et la LCF poursuivent leurs discussions avec le gouvernement fédéral quant à la possibilité d’obtenir une aide financière afin de traverser la crise de la COVID-19.

« On a eu d’autres discussions avec le gouvernement fédéral, dont une, vendredi dernier. Notre stratégie a toujours été d’évaluer plusieurs différentes options afin de faire face à cette crise. L’une de celles-ci était de discuter avec le gouvernement fédéral, de même qu’avec les gouvernements provinciaux, car nous avons plusieurs bons amis au sein des provinces. Et on travaille évidemment sur certains éléments par nous-mêmes », a dit Ambrosie.

Le commissaire avait évoqué la possibilité de demander une aide pouvant aller jusqu’à 150 millions lorsqu’il s’est adressé au comité de finance du Canada, il y a deux semaines. Un chiffre qui en avait sans surprise fait sursauter plusieurs.

Ambrosie a toutefois avoué que la ligue devrait revoir sa structure d’affaires, alors que plusieurs de ses équipes enregistrent des déficits annuels de plusieurs millions.

« C’est le moment de revoir notre structure d’affaires », a dit Ambrosie.

« Cette crise est très difficile pour les Canadiens et les partisans de la LCF, mais elle nous donne l’opportunité de prendre un pas de recul et d’analyser notre modèle d’affaires afin de nous assurer d’être bien positionnés pour un avenir prospère. On étudie les changements que nous pourrions apporter afin que notre ligue soit plus forte. »