Deux jours après la victoire des Chiefs de Kansas City en finale de l’Association américaine, Laurent Duvernay-Tardif s’est entretenu avec les médias québécois, mardi. Le garde et son équipe ont déjà commencé leur préparation en vue du Super Bowl, qu’ils disputeront aux 49ers de San Francisco, le 2 février à Miami.   

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

« Du moment où l’on joue dans la NFL, ça devient le but ultime de participer au Super Bowl. Je pense qu’on ne le réalise pas encore pleinement parce qu’on n’est pas encore à Miami », a commenté Duvernay-Tardif lors d’un appel conférence.

Les Québécois Jean-Philippe Darche (avec les Seahawks de Seattle après la saison de 2005) et Tom Nutten (avec les Rams de St-Louis après la saison de 1999) ont également participé au Super Bowl. Duvernay-Tardif est toutefois le premier footballeur de la province à réussir cet exploit comme joueur partant de l’attaque ou de la défense après avoir joué son football universitaire au Québec.  

« C’est un privilège. On a beau tout faire, de s’entraîner au meilleur de ses capacités et d’être l’un des meilleurs joueurs à sa position, il y a toujours une partie de chance dans l’équation », a rappelé Duvernay-Tardif.

PHOTO JEFF ROBERSON, AP

Laurent Duvernay-Tardif (76) fait son entrée sur le terrain avant le match des Chiefs contre les Titans, dimanche

« D’avoir fait tous les sacrifices que j’ai fait, c’était pour mettre les chances de mon côté d’aller jusqu’au bout. On ne fait pas un camp d’entraînement à dormir sur des lits de dortoir et à faire des journées de 16 heures si on n’a pas la vision de se rendre jusqu’au Super Bowl. »

« Ce qui me fascine du Super Bowl, c’est l’ampleur de l’événement. Ça transcende le football, et même le sport. C’est un événement qui va chercher tellement de monde, que ce soit pour le football, le spectacle de la mi-temps ou l’attraction en général. »

« D’avoir la chance d’y participer, c’est vraiment fou ! Il reste juste à le gagner. »

Une semaine atypique

Les Chiefs devront changer leur routine hebdomadaire cette semaine, mais encore plus à compter de dimanche lorsqu’ils s’envoleront vers Miami.  

PHOTO BRYNN ANDERSON, AP

Les Chiefs disputeront le Super Bowl LIV aux 49ers de San Francisco, le 2 février à Miami.

« Ce sera différent de se rendre à Miami à partir du début de la semaine, de s’entraîner là-bas, puis il y aura tout l’engouement médiatique », a noté Duvernay-Tardif.  

« On n’arrête pas de nous dire à quel point ça va être plus que ce qu’on peut même imaginer. Je ne cacherai pas que tout est nouveau pour moi dans cette aventure. »

Duvernay-Tardif aura au moins la chance de pouvoir en discuter avec des gens qui ont vécu l’expérience du Super Bowl, dont Darche, qui est aujourd’hui l’un des médecins des Chiefs. Le vétéran garde Stefen Wisniewski a gagné le Super Bowl avec les Eagles de Philadelphie, il y a deux ans, et l’entraîneur-chef de l’équipe, Andy Reid, avait participé au match il y a une quinzaine d’années. « Ils vont pouvoir nous dire quelles distractions il pourrait y avoir et comment les éviter. »

Jouer dans la chaleur

Après avoir disputé leurs cinq derniers matchs dans le froid, les Chiefs devront également se réhabituer à jouer dans la chaleur. La température à Miami devrait osciller autour de 20 °C le jour du match.  

« C’est quelque chose qui se prépare depuis plusieurs semaines, pas seulement depuis le début de celle-ci », a précisé Duvernay-Tardif.  

« Coach Reid a commencé à nous dire dès la 14semaine (au début de décembre) qu’on devait s’assurer d’être capables de jouer dans la chaleur. Je l’ai pris à cœur, et je prends trois ou quatre saunas (par semaine) dans lesquels je fais des entraînements pour pouvoir garder la forme. »

Les Chiefs devront aussi s’assurer de commencer le match contre les 49ers du bon pied, ce qu’ils n’ont pas fait depuis le début des éliminatoires. Ils ont respectivement tiré de l’arrière par 24 et 10 points contre les Texans de Houston et les Titans du Tennessee avant de dominer l’action à partir du deuxième quart.  

« Peu importe la situation dans laquelle on se retrouve, tout le monde reste calme. On a confiance en nos habiletés de pouvoir remonter, marquer des points, et contrôler le temps de possession. C’est ce qu’on a été capables de faire dans les deuxièmes, troisièmes et quatrièmes quarts de nos deux derniers matchs. Il nous reste maintenent à commencer de meilleure façon, car plus on avance dans la pyramide vers le Super Bowl, plus les équipes sont talentueuses. »

Défi de taille

Non seulement les 49ers possèdent-ils une excellente formation, leur ligne défensive est l’une des plus talentueuses de la NFL. Pour remporter leur premier Super Bowl en 50 ans, les Chiefs devront donc obtenir une très bonne performance de Duvernay-Tardif et des autres membres de leur ligne à l’attaque.  

« C’est probablement le plus gros défi auquel on a fait face cette année. On a peut-être rencontré de meilleurs joueurs individuels, mais collectivement, c’est de loin le meilleur front défensif qu’on a affronté », a reconnu Duvernay-Tardif au sujet de la ligne défensive des Niners.  

« La bonne nouvelle, c’est que je pense qu’on a offert une très bonne protection à Patrick Mahomes au cours des dernières semaines. Il faut donner le plus de temps possible au meilleur quart-arrière de la Ligue nationale. Si on est capables de faire ça, nos chances de gagner vont augmenter. »