(Détroit) Tom Brady et ses coéquipiers des Buccaneers de Tampa Bay sont en voiture, et c’est dans le siège du conducteur qu’ils se présenteront dans la ville de l’automobile ce week-end.

Larry Lage
The Associated Press

Avec une victoire face aux Lions de Detroit, dans l’un des trois matchs au calendrier de la NFL samedi, les Buccaneers (9-5) se qualifieront pour les séries éliminatoires pour la première fois depuis 2007.

« C’est pourquoi nous jouons, pour nous placer dans une position privilégiée et nous donner une chance de lutter pour un championnat », a déclaré Brady, six fois vainqueur du Super Bowl depuis le début de sa carrière.

« Ce sont des matchs que je surnomme “ casquettes et chandails ” », a illustré l’entraîneur-chef Bruce Arians.

« On vous donne une casquette et un chandail quand vous vous qualifiez pour les séries éliminatoires. C’est une merveilleuse sensation pour ces gars-là. C’était l’objectif cette année ; participer à la danse », a ajouté Arians.

Les Buccaneers arriveront à Detroit alors que le receveur Antonio Brown a connu son meilleur match depuis qu’il s’est joint à l’équipe, après une suspension de huit matchs pour avoir transgressé les politiques comportementales de la ligue.

La semaine dernière, il a capté cinq passes de Brady pour des gains de 93 verges, un sommet personnel cette saison. L’une d’elles, un jeu qui a couvert 46 verges pour un touché, a couronné la remontée victorieuse des Buccaneers face aux Falcons d’Atlanta.

« À titre de coéquipier, et aussi parce que je le connais assez bien, je peux vous dire qu’il a accompli beaucoup de travail pour arriver à ce point », a déclaré Brady.

PHOTO LYNNE SLADKY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Tom Brady et Antonio Brown alors qu'ils évoluaient pour les Patriots, la saison dernière

« Je suis fier de lui, de sa concentration, de la manière qu’il a établi sa liste de priorités. »

L’ailier espacé âgé de 32 ans a capté 30 passes pour des gains de 310 verges et un touché en six matchs.

« Il profite aux maximum de la chance qui s’offre à lui », a noté Arians.

Un personnel d’entraîneurs chambardé

Exclus de la course dans la section Nord, les Lions (5-9) devraient s’avérer de dociles hôtes.

Les Lions seront dirigés par Robert Prince, qui deviendra le troisième homme à mener l’équipe cette saison.

Prince se retrouve dans cette position parce que l’entraîneur-chef par intérim, Darrell Bevell, doit rester à l’écart afin de respecter les protocoles de la ligue au sujet de la COVID-19 en ce qui a trait au traçage de contacts.

Les Lions devront aussi se débrouiller sans quatre autres membres de leur personnel d’instructeurs, dont le coordonnateur à la défensive, Cory Undlin, pour les mêmes motifs.

« C’est super décevant », a admis Bevell, qui affiche un dossier d’un gain et de deux défaites depuis qu’il a remplacé Matt Patricia, limogé le 28 novembre en même temps que le directeur général Bob Quinn.

« Je suis frustré. Depuis que nous avons commencé, j’ai reçu des résultats de tests négatifs. Vous ne comprenez pas tout ce qui se passe autour de tout ça, et puis il y a ce désir de vouloir être là. C’est tout ça. »

Les unités offensive et défensive des Lions seront dirigées par des instructeurs qui n’ont jamais occupé dans la NFL les fonctions qui leur ont été attribuées.

Sean Ryan, l’instructeur des quarts-arrière, prendra les décisions à la place de Bevell, qui agit aussi à titre de coordonnateur à l’attaque des Lions. Evan Rothstein, qui travaille dans l’ombre dans les domaines de la recherche et de l’analyse, remplacera Undlin.

« J’ai confiance en eux, en ce qu’ils savent et en ce qu’ils doivent faire pour gérer la situation », a déclaré Bevell.