(Pittsburgh) Les Steelers de Pittsburgh ont passé trois mois à flirter avec la perfection, insistant chaque fois qu’ils n’étaient pas parfaits.

Will Graves
Associated Press

Ils n’ont pas eu tort. La saison parfaite des Steelers est maintenant chose du passé et le premier rang de la section pour l’Équipe de football de Washington est encore bien présent.

Alex Smith a lancé une passe de touché et pour des gains de 296 verges, Dustin Hopkins a brisé l’égalité grâce à un placement de 45 verges et la formation de Washington a battu les Steelers 23-17, lundi soir.

« Nous avons été abattus pendant si longtemps, mais nous tentons de nous reconstruire et de bâtir quelque chose, a mentionné l’entraîneur-chef de la troupe de Washington, Ron Rivera. Nous pouvons bâtir sur cette victoire. »

Les Steelers (11-1) ont raté une occasion d’obtenir leur billet pour les séries et ils se retrouvent maintenant à égalité avec les Chiefs de Kansas City pour le sommet de l’Association Américaine.

« C’est désolant, a exprimé le quart des Steelers Ben Roethlisberger. Ça faisait un bout que nous n’avions pas perdu. Ce n’est pas un bon sentiment. »

Une journée après avoir vu les Giants de New York surprendre les Seahawks de Seattle, l’Équipe de football de Washington (5-7) a effacé un retard de 14 points pour l’emporter à Pittsburgh pour une première fois depuis 1991.

Cette année-là, Washington avait gagné le Super Bowl. Les attentes sont un peu plus modestes cette saison, la première sous la tutelle de Rivera.

« Nous sommes sur une belle séquence, a indiqué l’ailier défensif Montez Sweat, qui a rabattu trois passes de Roethlisberger. C’est le genre de football que nous voulions jouer depuis la première semaine. »

Les attentes sont un peu plus élevées chez les Steelers, qui ont connu leur meilleur départ en 87 ans d’histoire. Ils s’en étaient tirés au fil des semaines malgré quelques petites erreurs, mais ce ne fut pas le cas cette fois.

« Nous sommes rendus à un moment dans la saison au cours duquel tu veux être à point dans toutes les facettes du jeu, avec toute l’équipe et dans toutes les situations, a affirmé Roethlisberger. Il peut y avoir toutes sortes de distractions, mais il reste qu’il faut jouer du bon football. »

Roethlisberger a lancé deux passes de touché et pour des gains aériens de 305 verges, mais il a été victime d’une interception de Jon Bostic alors qu’il restait moins de deux minutes à écouler. Hopkins a ajouté un placement de 45 verges pour sceller l’issue de la rencontre.

La troupe de Pittsburgh s’est rendue jusqu’au milieu du terrain à sa dernière possession, mais les dernières secondes se sont écoulées.

Les Steelers semblaient en contrôle quand Roethlisberger a repéré James Washington pour un touché de 50 verges au deuxième quart, qui portait le pointage à 14-0. Les Steelers sont habituellement quasi-invincibles au Heinz Field lorsqu’ils mènent par 14 points.

Smith a finalement orchestré quelque chose en attaque et Hopkins a mis fin à la première demie avec un botté de précision. Une course d’une verge de Peyton Barber a réduit l’écart à 14-10 et une passe lobée à Logan Thomas a créé l’égalité 17-17.