Le propriétaire des Jaguars de Jacksonville, Shahid Khan, en avait assez vu. Peu de temps après la 10e défaite de suite de son club, un revers de 27-25 contre les Browns de Cleveland dimanche, Khan et les Jaguars ont remercié le directeur général David Caldwell, qui aura occupé ce poste pendant près de huit ans.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Sans vouloir manquer de respect à Caldwell, il était à peu près temps ! Outre le mirage de 2017, saison où les Jaguars avaient donné la frousse aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre en finale de conférence après avoir remporté 10 matchs en saison, cette formation n’a jamais gagné plus de six parties au cours d’une saison depuis 2010.

Les ratés des Jaguars au repêchage ont clairement été à la source des résultats du club sur le terrain, des insuccès qui ont commencé avant même que Caldwell n’obtienne le poste de directeur général.

De 2008 à 2017, les Jaguars ont eu 10 choix dans le top 10 du repêchage de la NFL. Dix ! Combien de joueurs sélectionnés par l’organisation avec ces choix font encore partie des Jaguars ? Aucun. Ceci explique cela, comme on dit.

Les choix de Blaine Gabbert, Justin Blackmon, Luke Joeckel et Blake Bortles se sont tous avérés des flops, alors que ceux de Dante Fowler fils et Leonard Fournette n’ont guère été mieux.

Le seul très bon choix de premier tour des Jaguars au cours de cette période aura été le demi de coin Jalen Ramsey, mais il a été échangé aux Rams de Los Angeles.

Pour la deuxième saison de suite, les Jaguars ont donné le ballon à un quart-arrière recrue pour quelques matchs en 2020, et pour la deuxième année de suite, ce quart avait été choisi au sixième tour du repêchage. N’est pas Tom Brady qui le souhaite…

Gardner Minshew le deuxième et Jake Luton ne sont ni l’un ni l’autre la solution à long terme comme quart partant des Jaguars. Le nouveau directeur général pourrait toutefois trouver cet homme lors du prochain repêchage, puisque l’équipe est pratiquement assurée d’avoir un autre très bon rang de sélection.

Mais vous vous doutez bien que le boulot du nouveau directeur général ne se limitera pas à trouver un quart qui sait jouer. Lorsqu’une équipe a une fiche de 64-139 à ses 13 dernières saisons, la défaite est règle générale assez bien incrustée. Il n’est jamais facile de sortir une équipe des bas-fonds.

D’autres entraîneurs en danger

Un jour avant l’annonce du congédiement de Caldwell, les Lions de Detroit avaient également mis fin à leur association avec leur directeur général Bob Quinn et leur entraîneur-chef Matt Patricia. Il était assez évident que ce n’était plus qu’une question de temps avant que les deux anciens membres des Patriots se fassent montrer la porte de sortie.

C’est le coordonnateur offensif Darrell Bevell qui a été nommé entraîneur-chef par intérim des Lions. Patricia n’a pu faire mieux qu’une fiche de 13-29-1 à la barre des Lions et semblait avoir perdu son vestiaire, comme on dit. Après avoir été blanchis, 20-0, par les Panthers de la Caroline, les Lions se sont fait malmener, 41-25, par les Texans de Houston, jeudi dernier. Doit-on préciser que les Panthers et les Texans ne font pas tout à fait partie des puissances de la NFL ?

Patricia est le troisième entraîneur-chef à perdre son poste au cours de la saison après Bill O’Brien (Texans) et Dan Quinn (Falcons d’Atlanta). Les probabilités sont très bonnes que d’autres subissent le même sort.

À Chicago, on commence à s’impatienter. On a pu constater une fois de plus que les Bears n’avaient tout simplement pas les chevaux pour faire concurrence aux Packers de Green Bay, dimanche soir. Aaron Rodgers et les Packers ont malmené la défense des Bears durant tout le match, qu’ils ont remporté, 41-25 ; c’était 41-10 à un certain moment.

Malheureusement pour lui, il semble de plus en plus évident que Mitchell Trubisky sera d’abord et avant tout connu pour être le quart-arrière qui a été choisi avant Patrick Mahomes et Deshaun Watson au repêchage de 2017… De retour dans la formation partante des Bears en raison de la blessure à une hanche de Nick Foles, Trubisky a lancé 2 interceptions et a échappé et perdu le ballon une fois. Trop d’erreurs pour espérer gagner au Lambeau Field contre un Rodgers qui a retrouvé sa forme des beaux jours.

Trubisky aura au moins eu le mérite de s’être battu durant tout le match, contrairement à plusieurs de ses coéquipiers. Certains joueurs défensifs n’avaient pas trop le goût de plaquer, dimanche soir.

Ce qui a fait dire à Matt Nagy que ses joueurs devaient démontrer plus de fierté. Les Bears ont perdu leurs cinq derniers matchs après avoir gagné cinq de leurs six premiers, une mauvaise séquence qui rend une participation aux éliminatoires très peu probable.

PHOTO CRAIG LASSIG, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Matt Nagy, entraîneur-chef des Bears de Chicago

« Tous les entraîneurs et joueurs feraient mieux de se réveiller et de réaliser où nous en sommes. Il faut avoir de la fierté et un sentiment d’urgence », a dit Nagy lors d’une visioconférence avec les médias, lundi.

Deux ans après avoir terminé la saison avec une étonnante fiche de 12-4, les Bears sont en chute libre, et c’est potentiellement Nagy qui en paiera la note.

Anthony Lynn est un autre pilote qui semble en danger de perdre son poste. L’auteur de ces lignes estimait qu’il méritait de le conserver pour au moins une autre saison il y a quelques semaines, mais à la suite de la performance décousue des Chargers de Los Angeles dans leur défaite de 27-17 dimanche à Buffalo, ce n’est finalement peut-être pas une si bonne idée. Lynn et son équipe ont commis plusieurs erreurs, notamment dans la gestion du cadran, et ont parfois semblé confus contre les Bills.

Au final, les Chargers ont trop de talent pour avoir une fiche de 3-8 comme c’est actuellement le cas. L’incertitude était au poste de quart-arrière avant le début de la saison, mais Justin Herbert a vite effacé ces doutes. On présume que Lynn est un homme stressé à l’heure actuelle.

Les quarts des Broncos seront de retour

Les Broncos de Denver ont reçu une bonne nouvelle, lundi, alors qu’il n’y a eu aucun nouveau cas de COVID-19 dans leur équipe. Ils devraient donc pouvoir compter sur un quart-arrière professionnel lors de leur prochain match, dimanche, contre les Chiefs de Kansas City. Un duel entre Patrick Mahomes et Kendall Hinton aurait été un peu inégal…

Hinton est bien sûr ce receveur recrue que les Broncos ont envoyé à l’abattoir, dimanche, contre les Saints de La Nouvelle-Orléans. Un ancien quart universitaire, Hinton était d’office parce que tous les quarts réguliers des Broncos étaient en isolement préventif après avoir ignoré le protocole à respecter quant au virus. Il a complété une de ses 9 passes pour 13 verges et a lancé 2 interceptions.

Vic Fangio, entraîneur-chef des Broncos, a indiqué lundi que ses quarts-arrières pourraient être réprimandés par le club pour avoir participé à une réunion sans avoir porté de masque. Jeff Driskel a été déclaré positif au virus, ce qui a mené à un retrait préventif des trois autres quarts de l’équipe, Drew Lock, Brett Rypien et Blake Bortles. Ces trois joueurs devraient cependant être de retour au jeu dimanche prochain.

Les 49ers joueront en Arizona

De leur côté, les 49ers de San Francisco ont appris lundi qu’ils devraient disputer leurs deux prochains matchs dans le stade des Cardinals de l’Arizona, l’une des trois autres équipes qui partagent la division Ouest de la Nationale avec les Niners.

La ville de Santa Clara, où jouent normalement les 49ers, a décidé d’interdire les sports de contact pour au moins les trois prochaines semaines. L’équipe de Kyle Shanahan jouera donc au stade State Farm à Glendale, lundi prochain contre les Bills de Buffalo et le 13 décembre contre l’équipe de Washington.