(Philadelphie) Jason Kelce portait une attelle à un coude et avait besoin de l’aide d’un coéquipier pour attacher son casque protecteur.

Rob Maaddi
The Associated Press

La douleur ne l’empêchait pas de jouer. Et ça n’a jamais été le cas.

Le centre étoile des Eagles de Philadelphie effectuera son 100e départ consécutif lundi soir contre les Seahawks de Seattle.

Pendant un moment, on a cru que sa séquence était menacée lorsqu’il s’est blessé dans une défaite contre les Browns de Cleveland dimanche dernier. Kelce a lancé son casque protecteur en signe de frustration après avoir quitté le terrain, a refusé d’entrer dans la tente médicale pour être examiné et tapé du pied sur les lignes de côté. Il a finalement accepté de subir un test d’imagerie par résonance magnétique, et n’a raté que cinq jeux avant d’effectuer son retour sur le terrain.

« Je ne veux rien rater, a confié Kelce. Les gars comptent sur moi. Les gens comptent sur moi. »

Pendant que ces coéquipiers autour de lui tombent comme des mouches, Kelce a été le pilier du front offensif des Eagles. Ceux-ci en sont à leur 10e différente formation sur la ligne offensive en 11 rencontres.

« J’ai beaucoup de respect pour lui en tant que joueur de football, tant sur le terrain qu’à l’extérieur, a dit l’entraîneur-chef des Eagles Doug Pederson. Il fait toujours les bonnes choses, et même si ses performances ne sont pas toujours constantes, ce gars-là travaille, s’entraîne et joue parfois blessé. Il donne tout ce qu’il a pour ses coéquipiers. Il est un grand leader, pas seulement sur la ligne offensive, mais aussi pour l’ensemble de cette équipe. »

J’adore ce gars-là. C’est formidable ce qu’il parvient à faire ; sa façon de se déplacer, d’atteindre le deuxième niveau de la défensive adverse, et son intelligence en protection du quart. Je n’ai jamais vu un joueur comme lui, un joueur de ligne offensive de son calibre qui maintient le même niveau d’engagement — j’ai une tonne de respect pour Jason.

Doug Pederson, entraîneur-chef des Eagles

Kelce, avec ses longs cheveux, sa longue barbe et sa chemise en flanelle, ressemble à un bûcheron. Son image correspond à celle des joueurs de ligne coriaces, qui n’ont pas peur de se salir les mains. Il a néanmoins minimisé l’importance de son impressionnante séquence de départs.

PHOTO MATT SLOCUM, ASSOCIATED PRESS

« Je ne crois que les statistiques soient si importantes, a dit Kelce. Je crois simplement qu’il faut essayer d’être toujours disponible, pour faire ton travail. J’ai été chanceux de pouvoir le faire, et de toute évidence, les blessures sont assez fréquentes dans cette ligue. J’ai été très chanceux, tout compte fait, d’avoir évité les blessures pendant ces 100 matchs-là. Mais je crois que c’est la chance qui détermine ça. Je suis heureux de pouvoir atteindre ce plateau. »

Les Eagles (3-6-1) sont dans le pétrin, mais une victoire contre les Seahawks (7-3) leur permettrait de retourner à égalité en première place de la section Est de l’Association nationale, à égalité avec l’équipe de football de Washington (4-7).

Depuis la conquête de leur premier Super Bowl en 2017, une victoire couronnée par un discours légendaire de Kelce, les Eagles ont toujours dû terminer leurs saisons sur les chapeaux de roue pour espérer participer aux éliminatoires de la NFL.

Ils ont gagné leurs trois derniers matchs de 2018 pour être repêchés en éliminatoires, et ils ont remporté leurs quatre derniers matchs de la saison dernière pour décrocher le titre de leur section.