Comme c’est souvent le cas lorsque ces deux grands rivaux s’affrontent, le match entre les Ravens et les Steelers de Pittsburgh, dimanche à Baltimore, s’est décidé sur le tout dernier jeu.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Visiblement fatiguée après avoir passé plus de 35 minutes sur le terrain, la défense des Steelers a préservé de peine et de misère une victoire de 28-24 lorsque Minkah Fitzpatrick a rabattu une passe de Lamar Jackson dans la zone des buts. Les Steelers sont ainsi demeurés invaincus, même s’ils ont été dominés 457-221 au chapitre des verges.

Jusqu’à quel point l’intense rivalité entre les Steelers et les Ravens est-elle serrée ? En incluant leurs trois rencontres éliminatoires, Mike Tomlin et John Harbaugh ont maintenant une fiche de 14-14 l’un contre l’autre. Selon les calculs du réseau CBS, depuis que les Browns de Cleveland ont déménagé à Baltimore et qu’ils sont devenus les Ravens, en 1996, ils ont marqué 981 points aux dépens des Steelers, tandis que ceux-ci en ont inscrit 992. Les deux équipes étaient même à égalité 971-971 à un certain point, dimanche.

Les Steelers semblaient se diriger vers leur première défaite de la saison après les 30 premières minutes. Jackson, J. K. Dobbins et Gus Edwards avaient déjà tous plus de 50 verges au sol et les Ravens en avaient 179 au total. En comparaison, les Steelers n’avaient que 64 verges d’attaque après les deux premiers quarts, leur plus bas total à la mi-temps d’un match depuis 2008. C’était 17-7 en faveur des Ravens, mais ça aurait dû être bien pire pour les Steelers.

L’absence du secondeur Devin Bush s’est fait sentir, même si son remplaçant, Robert Spillane, a bien joué. Spillane a marqué le premier touché du match à la suite d’une interception, a récupéré un échappé en fin de rencontre et a mené les siens avec 11 plaqués. Mais Spillane ne possède ni la vitesse ni l’explosion du jeune Bush, qui ne jouera plus cette saison, blessé à un genou.

Il faut dire que le plaqueur Tyson Alualu a quitté le match au premier quart en raison d’une blessure à un genou, ce qui a également considérablement nui contre l’excellent jeu au sol des Ravens. Après avoir neutralisé Kareem Hunt et Derrick Henry à ses deux matchs précédents, la défense des Steelers s’est fait enfoncer 265 verges au sol en tout. L’unité a toutefois réussi les jeux-clés aux bons moments.

Mitigé pour Jackson

Ce qui est encore plus impressionnant dans le cas du jeu au sol des Ravens, c’est que l’équipe a perdu deux de ses partants sur la ligne offensive en première demie, dont son meilleur, Ronnie Stanley. Quelques jours après avoir signé une prolongation de cinq ans d’une valeur de près de 99 millions, le bloqueur à gauche a subi une blessure à une cheville qui semblait sérieuse.

Cela dit, les blessures sur la ligne offensive ont fini par être un facteur en protection de passe. Plus le match progressait, moins Jackson était bien protégé. Les Steelers ont terminé le match avec quatre sacs et ont frappé Jackson solidement après quelques-unes de ses courses.

PHOTO MITCHELL LAYTON, USA TODAY SPORTS

Lamar Jackson

Lorsque Jackson a été obligé de réussir des jeux avec son bras, les résultats ont été mitigés. Il a fait quelques belles passes, et deux d’entre elles se sont soldées par un touché. Mais il a également lancé une deuxième interception et a réussi moins de 50 % de ses tentatives (13 en 28).

Après celle de Spillane dans les premiers moments du match, la recrue Alex Highsmith a intercepté une très mauvaise passe de Jackson. Lorsque ce sont des secondeurs qui réussissent des interceptions, comme ce fut le cas des Steelers, c’est généralement parce que le quart-arrière a fait de mauvaises lectures de jeu.

L’opportunisme de Roethlisberger

Opposés aux excellents demis de coin des Ravens, les jeunes receveurs des Steelers en ont arraché en première demie, peinant à se défaire d’une couverture serrée. Mais comme c’est souvent le cas, Ben Roethlisberger s’est mis en marche après un départ difficile.

Roethlisberger a notamment réussi des passes importantes à JuJu Smith-Schuster, Eric Ebron et Chase Claypool, profitant d’une bonne protection derrière sa ligne. L’attaque des Steelers a été blanchie en première demie, mais Big Ben a complété 17 passes pour 158 verges de gains et 2 touchés au retour de la pause.

Il s’agissait de la cinquième victoire de Ben Roethlisberger à ses six derniers départs contre les Ravens de Baltimore.

L’attaque des Steelers n’a commis qu’un seul revirement, un échappé de Claypool. Ce fut un élément déterminant, alors que Jackson et les Ravens ont totalisé quatre revirements. Les deux interceptions de Jackson ont indirectement coûté 14 points aux Ravens. Ce n’était que le deuxième départ de Jackson face aux Steelers, et c’était la deuxième fois qu’il lançait deux interceptions.

Bon athlète, Jackson devra continuer de progresser comme passeur afin que les Ravens puissent vaincre des équipes du calibre des Steelers ou des Chiefs de Kansas City en séries. Lorsque son équipe tire de l’arrière et qu’elle doit s’en remettre à son jeu aérien, le jeune quart connaît souvent des difficultés. Et s’il continue de courir aussi souvent avec le ballon, ce n’est qu’une question de temps avant que Jackson subisse une blessure.

« On le [Jackson] respecte, mais on ne le craint pas. Alors nous ne sommes pas surpris de ce qui s’est déroulé », a dit Tomlin après le match. Un commentaire qui en dit long.

Les Steelers disputeront une troisième partie de suite à l’étranger, dimanche prochain. Après des matchs particulièrement exigeants au Tennessee et à Baltimore, ils visiteront les Cowboys de Dallas. Ils tenteront alors d’obtenir une fiche de 8-0 pour la première fois de leur histoire.