C’est sans Cam Newton et plusieurs autres joueurs importants que les Patriots de la Nouvelle-Angleterre se sont envolés vers Kansas City quelques heures avant d’y affronter les Chiefs, lundi. Et c’est à se demander comment ils sont parvenus à rester dans le coup durant les trois premiers quarts du match.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Damiere Byrd ? Isaiah Zuber ? Gunner Olszewski ? Mais qui sont ces joueurs ? D’où sortent-ils ?

Byrd, Zuber et Olszewski sont trois membres du nouveau groupe de receveurs des Patriots, qui n’est pas tout à fait l’une des forces du club, vous l’aurez deviné.

Même s’il en est à son troisième séjour avec l’équipe, Brian Hoyer a obtenu son tout premier départ dans l’uniforme des Patriots, et ça ne s’est pas très bien déroulé. On ne saura jamais si Newton aurait permis aux Patriots d’en voler une, mais on sait que Hoyer a éteint toute chance de victoire en prenant de mauvaises décisions près de la zone des buts des Chiefs.

C’était 6-3 pour Kansas City dans les derniers moments du deuxième quart et les Patriots menaçaient de prendre les devants. Mais Hoyer a été victime d’un sac sur le tout dernier jeu de la demie, ce qui a empêché les Pats de tenter un placement.

Au retour de la pause, Hoyer s’est encore fait plaquer derrière la ligne de mêlée parce qu’il a conservé le ballon trop longtemps. Les Patriots étaient en excellente position pour à tout le moins tenter un placement, mais Hoyer a perdu le ballon, récupéré par les Chiefs. Ces deux sacs ont été les jeux-clés du match, remporté 26-10 par les Chiefs.

La recette de Belichick

PHOTO JEFF ROBERSON, AP

L’entraîneur-chef des Patriots, Bill Belichick

Ce n’était que la troisième fois depuis que Patrick Mahomes est le quart partant des Chiefs que leur attaque n’inscrivait pas de touché en première demie. Les trois fois, c’était contre Bill Belichick et les Patriots, qui ont manifestement la bonne recette pour ralentir Mahomes et son arsenal. La base de celle-ci est l’utilisation d’une défense homme à homme et la présence de six demis défensifs sur le terrain la grande majorité du temps.

La défense des Pats n’a pas eu grand-chose à se reprocher, sauf d’avoir raté des interceptions. Ce fut le cas de Devin McCourty en début de match, puis de J. C. Jackson en deuxième demie. Ce même Jackson avait récupéré un échappé de Sammy Watkins plus tôt dans le match, et les Patriots ont été victimes d’une mauvaise décision des arbitres qui a annulé un revirement de Mahomes. Ça aurait pu facilement être une soirée de quatre revirements pour la défense de Belichick.

Et c’est 19 points que cette dernière a accordés à la prolifique attaque des Chiefs, puisque c’est le demi de sûreté Tyrann Mathieu qui a marqué le dernier touché des champions en titre. Le demi de sûreté a intercepté une passe de Jarrett Stidham, venu en relève à Hoyer après les deux coûteux sacs.

Une formation démunie

En plus de Newton, qui est actuellement en quarantaine en raison de la COVID-19, les Patriots ont disputé le match sans deux de leurs meilleurs joueurs de ligne offensive, David Andrews et Shaq Mason, ainsi que le demi-offensif Sony Michel.

N’oublions pas que Dont’a Hightower, Patrick Chung, Marcus Cannon et cinq autres joueurs de l’équipe ont décidé de ne pas jouer cette saison en raison de la pandémie, et que Tom Brady, Jamie Collins et Kyle Van Noy ont tous quitté Foxboro après avoir accepté des offres sur le marché de l’autonomie. Ça commence à faire du monde, comme dirait l’autre.

Il y a une limite à ce qu’on peut accomplir avec une formation aussi démunie. Belichick et ses adjoints font ce qu’ils peuvent, mais il manque de talent, c’est l’évidence. Même les plus ardents partisans des Patriots l’avoueraient. Les groupes d’ailiers espacés et d’ailiers rapprochés comptent parmi les plus faibles de la NFL, et il n’y a aucun joueur capable de presser le quart avec constance en défense.

Les Chiefs n’ont pas ce problème. Du talent, ils en ont à revendre.

Incapables de franchir la zone des buts jusqu’à la toute fin du troisième quart, les hommes d’Andy Reid ont marqué leurs trois touchés de la soirée en moins de sept minutes de jeu. C’est un scénario qui ne devrait plus surprendre personne.

Avec cette victoire, les Chiefs ont amorcé leur saison avec une fiche de 4-0 pour la quatrième année de suite, un exploit qui n’avait jamais été réalisé dans l’histoire de la NFL. Ils accueilleront maintenant les Raiders de Las Vegas dimanche, puis rendront visite à Josh Allen et aux Bills de Buffalo le jeudi 15 octobre. Ce rendez-vous contre les Bills sera probablement le plus gros test des Chiefs jusqu’à ce qu’ils affrontent Tom Brady et les Buccaneers à Tampa Bay à la fin de novembre, puis Drew Brees et les Saints à La Nouvelle-Orléans en décembre.