L’entraîneur des 49ers de San Francisco, Kyle Shanahan, a louangé l’ancien quart Colin Kaepernick pour avoir mis en lumière le problème du racisme et de la brutalité policière.

Josh Dubow
Associated Press

Kaepernick l’a notamment fait en protestant lors de l’hymne américain, pendant la saison 2016.

PHOTO THEARON W. HENDERSON, AFP

Photo datant du 2 octobre 2016. Colin Kaepernick (7), Eric Reid (35) et Eli Harold (58) s’agenouille lors de l’hymne national avant un match contre les Cowboys de Dallas.

De telles questions de société ont refait surface cette semaine, alors que de nombreux joueurs et équipes de la ligue ont réagi à la mort de George Floyd, à Minneapolis.

Floyd était un homme noir qui a été menotté alors qu’un policier lui pressait un genou au cou, pendant plusieurs minutes. Le policier Derek Chauvin a été accusé de meurtre au deuxième degré.

Jeudi, le quart Drew Brees, des Saints, s’est excusé après avoir été critiqué pour avoir réitéré son opposition aux gestes de Kaepernick.

PHOTO JOHN DAVID MERCER, USA TODAY SPORTS

Drew Brees

« Ce qu’il faisait est très important, a dit Shanahan, à propos de Kaepernick. Certaines personnes n’ont pas encore compris son message. Il mérite une tonne de respect. »

Kaepernick a protesté contre la brutalité policière et le racisme au cours de la saison 2016, avec les 49ers. Il a posé un genou au sol durant l’hymne national. D’autres joueurs ont fait de même.

Shanahan est devenu l’entraîneur l’année suivante, et il voulait s’orienter différemment au poste de quart.

Kaepernick s’est retiré de son contrat avant d’être libéré. Il n’a pas été engagé par un autre club depuis.

Shanahan a parlé à ses joueurs de ce qui entoure le meurtre de Floyd. Il a dit qu’il est important pour les Blancs de ne pas être « ignorants » au sujet de la prévalence du racisme.

« Nous aimerions faire quelque chose comme équipe, a-t-il déclaré. Nous en discutons. L’essentiel est de savoir comment agir maintenant, mais aussi dans une semaine. Tous les jours, en fait. »

En mai, la NFL a annoncé des changements à la « règle Rooney » adoptée en 2003, pour accroître la diversité parmi les entraîneurs et dans les postes de direction.

« La majorité des joueurs sont des Noirs. Comment peut-on avoir seulement quatre Noirs parmi 32 entraîneurs en chef ?, demande Shanahan. Comment y a-t-il seulement deux Noirs comme directeurs généraux ? »

« Je ne sais pas si les décideurs en sont vraiment conscients. Il faut que ça s’améliore. »

Le personnel de Shanahan comprend un coordinateur défensif arabo-américain (Robert Saleh), un coordinateur des unités spéciales noir (Richard Hightower) et une adjointe qui est ouvertement homosexuelle (Katie Sowers).

« Nous avons de tout, a dit Shanahan. Ce n’est pas juste pour montrer que nous essayons d’être diversifiés. C’est parce que j’ai côtoyé ces gens et qu’ils sont vraiment bons dans ce qu’ils font. C’est tout. »